Enterococcus faecalis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Enterococcus faecalis est une bactérie commensale à Gram positif, habitant le tube digestif des humains et d'autres mammifères[1].

Comme d'autres espèces du genre Enterococcus, E. faecalis peut causer des infections mortelles chez l'homme et le singe, particulièrement dans un environnement hospitalier : le haut niveau de résistance naturelle aux antibiotiques de la bactérie contribue à sa pathogénicité[1] et au risque nosocomial.

Elle peut aussi déclencher des inflammations chronique de l'intestin[2]

Description[modifier | modifier le code]

E. faecalis se présente comme un microorganisme non-mobile, anaérobie facultatif, il fermente le glucose sans production de gaz et ne produit pas de réaction catalase en présence de peroxyde d'hydrogène. De même, il réduit la teinture de tournesol, mais ne liquéfie pas la gélatine.
Sa croissance en bouillon nutritif est compatible avec son caractère anaérobie facultatif.

Pathogénicité[modifier | modifier le code]

E. faecalis peut causer des endocardites, ainsi que des infections de la vessie, de la prostate ou de l'épididyme. Les infections du système nerveux sont plus rares[1],[3].

E. faecalis est résistant à de nombreux agents antibiotiques communément utilisés (aminoglycosides, aztréonam, céphalosporines, clindamycine, les pénicillines semi-synthétiques nafcilline et oxacilline, ainsi que le co-trimoxazole). L'exposition aux céphalosporines est un facteur de risque particulièrement important pour la colonisation et l'infection aux entérocoques.

Histoire taxonomique[modifier | modifier le code]

Avant 1984, alors que les entérocoques étaient membres du genre Streptococcus, E. faecalis était classé sous le taxon Streptococcus faecalis[4].


Épidémiologie[modifier | modifier le code]

Des échanges de bactéries entre humains et porcs existent[5],[6]. la bactérie peut rapidement muter, avec un risque nosocomial important[7]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Ruiz-Garbajosa P, Canton R, Pintado V, Coque TM, Willems R, Baquero F, Genetic and phenotypic differences among Enterococcus faecalis clones from intestinal colonisation and invasive disease. Clin Microbiol Infect. 2006;12:1193–8 (Résumé).

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c KJ. Ryan, CG. Ray (editeurs) (2004) Sherris Medical Microbiology, 4th ed., McGraw Hill, 294–5. ISBN 0-8385-8529-9
  2. Agence Science presse, La bactérie Enterococcus faecalis: déclencheur d'inflammations chroniques de l'intestin, 16/12/2011
  3. LL. Pelletier (1996). Microbiology of the Circulatory System in: Baron's Medical Microbiology (Baron S et al, eds.), 4th ed., Univ of Texas Medical Branch. ISBN 0-9631172-1-1.
  4. KH. Schleifer ; R. Kilpper-Balz (1984) "Transfer of Streptococcus faecalis and Streptococcus faecium to the genus Enterococcus nom. rev. as Enterococcus faecalis comb. nov. and Enterococcus faecium comb. nov.". Int. J. Sys. Bacteriol. 34: 31–34.
  5. CDC EID Décembre 2011 Porcine and Human Community Reservoirs of Enterococcus faecalis, Denmark [http://wwwnc.cdc.gov/eid/article/17/12/10-1584.htm CDC>
  6. Larsen J, Schønheyder HC, Lester CH, Olsen SS, Porsbo LJ, Garcia-Migura L, Porcine-origin gentamicin-resistant Enterococcus faecalis in humans, Denmark. Emerg Infect Dis. 2010;16:682–4 (résumé)
  7. Ruiz-Garbajosa P, Bonten MJ, Robinson DA, Top J, Nallapareddy SR, Torres C, Multilocus sequence typing scheme for Enterococcus faecalis reveals hospital-adapted genetic complexes in a background of high rates of recombination. J Clin Microbiol. 2006;44:2220–8. (Résumé)