Entérocoque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Enterococcus

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Enterococcus dans des tissus pulmonaires

Classification
Règne Bacteria
Division Firmicutes
Classe Bacilli
Ordre Lactobacillales
Famille Enterococcaceae

Genre

Enterococcus
(ex ?Thiercelin & ?Jouhaud 1903)
?Schleifer & ?Kilpper-Bälz 1984

Les entérocoques sont des bactéries à métabolisme anaérobie, dite cocci à Gram positif, se présentant habituellement sous forme de chaînettes. Ce sont des pathogènes opportunistes causant des septicémies, infections urinaires, ou abdominales d'origine intestinale. Ils sont la cause de plus de 10 % des infections nosocomiales[1].

Pendant très longtemps, les entérocoques ont été classés au sein du genre Streptococcus, jusqu'en 1984, où une analyse du génome indiqua qu'il était plus approprié de créer le genre Enterococcus. Cet amalgame est notamment dû au fait que les entérocoques possèdent l'antigène de paroi D, partagé par des bactéries du genre Streptococcus (Streptococcus gallolyticus, Streptococcus infantarius…)[2]. Le genre Enterococcus et le sous-genre Streptococcus D peuvent être différencié par la salinité d'un milieu de culture. En effet, les Enterococcus peuvent être cultivées sur un milieux hypersalé (6,5 % Nacl).

Les deux principales espèces sont Enterococcus faecalis et Enterococcus faecium.

Ils sont assez résistant aux acides, ce qui leur permet de passer la barrière stomacale.

Dans l'eau potable, ce sont des indicateurs de contamination fécale, comme les colibacilles.

Certaines souches sont antibio-résistantes. Leur résistance à certains antibiotiques et leur profil de virulence varie selon les souches isolées. Les patients peuvent aussi y être plus ou moins vulnérables[3].

Vue au microscope électronique
Vue au microscope électronique
Détail de l'image ci-dessus
Vue au microscope électronique

Habitat[modifier | modifier le code]

Comme leur nom le rappelle (entérique + coque), ils font partie de la flore commensale et se retrouvent notamment dans le tractus digestif et génito-urinaire (dont urètre).

Écologie[modifier | modifier le code]

L'écologie des entérocoques est différente de celle des streptocoques et leur adaptation au milieu intestinal, où ils sont normalement commensaux minoritaires, leur confère un certain nombre de propriétés différentes des streptocoques. Ils sont notamment plus résistants dans les milieux extérieurs. Comme pour les colibacilles, leur présence dans une eau de boisson ou un aliment est un indice de pollution fécale.

L'émergence de souches antibiorésistantes a probablement été favorisée par l'usage des antibiotiques, chez l'homme, mais aussi en usage vétérinaire et par l'agriculture et l'industrie agro-alimentaire (vancomycine et autres glycopeptides). Par exemple, l'usage d'avoparcine (glycopeptide très utilisé en Europe mais non aux États-Unis ni au Canada) durant plus de 20 ans comme facteur de croissance dans la supplémentation alimentaire d'animaux d'élevage a pu sélectionner des entérocoques de type VANA résistant à la fois à la vancomycine et à l'avoparcine. L'isolement d'entérocoques VANA d'excréments de cochons et poulets d'élevages allemands et danois utilisant l'avoparcine, alors que les entérocoques isolés dans des fermes n'utilisant pas d'antibiotiques en supplémentation animale sont sensibles aux glycopeptides, étaye cette hypothèse [4].

Diagnostic bactériologique[modifier | modifier le code]

Les entérocoques sont des cocci à Gram positifs caractérisés par un certain polymorphisme: coques souvent de dimensions inégales, en diplococoques ou courtes chaînettes. Ils sont immobiles et sans capsule.

Ce ne sont pas des bactéries exigeantes et ils peuvent pousser sur des géloses ordinaires. Leur culture est plus aisée et plus abondante que celle des streptocoques. Ils présentent un trouble en bouillon et des colonies légèrement opalescentes de plus ou moins 1,5 mm sur gélose. Sur gélose au sang, les colonies peuvent être non hémolytiques ou alpha-hémolytiques. Sur un milieu bile-esculine, les entérocoques se développent en hydrolysant l'esculine (halo noir).

Les entérocoques font partie du groupe D des streptocoques et ils sont PYR positifs. Pour les streptocoques Lancefield D, le caractère hémolytique perd sa signification du point de vue pathogénicité. C'est surtout dans les infections urinaires, les abcès abdominaux ou les hémocultures que la présence d'un germe "viridans" doit faire penser à un entérocoque.

Le milieu le plus utilisé pour la mise en évidence des entérocoques est le milieu bile-esculine qui comprend :

  • 10 % de bile de bœuf (les entérocoques tolèrent jusqu'à 40 % de bile contrairement à de nombreux autres germes) ;
  • de l'azoture de sodium (cet antiseptique élimine tous les bac. Gram négatifs) ;
  • de l'esculine et du citrate de fer ammoniacal.

Les entérocoques (mais aussi les lactobacilles et les listéria, qui, heureusement ne sont pas des coques) poussent en faisant virer le milieu au noir : le noircissement du milieu traduit l'hydrolyse de l'esculine en esculétine qui se lie avec le fer.

Les principaux caractères les différenciant des streptocoques sont les suivants :

  • ils résistent 1/2 heure à 60 °C ;
  • ils peuvent pousser entre 10 et 40 °C (streptocoques: 37 °C) ;
  • ils peuvent pousser en bouillon additionné de 40 % de bile (les streptocoques sont inhibés, les pneumocoques sont dissous) ;
  • ils tolèrent jusqu'à 6,5 % de NaCl ;
  • ils fermentent l'esculine.

les espèces sont identifiées par PCR multiplex. Les phénotypes de résistance aux glycopeptides et de rechercher les principaux gènes de virulence des souches isolées.

Pathogénie[modifier | modifier le code]

Les deux espèces les plus fréquemment rencontrées en pathologie humaine sont : Enterococcus faecalis et Enterococcus faecium qui peuvent être à l'origine d'infections chez les patients fragilisés. Ce sont des bactéries pathogènes opportunistes.

Les affections les plus courantes sont :

Épidémiologie[modifier | modifier le code]

Les infections bactériennes (bactériémies) dues à des entérocoques sont réputées presque toujours être des infections d'origine endogène, ce qui demande des stratégies adaptées de contrôle du risque nosocomial[5]. En milieu hospitalier, ces bactéries peuvent être responsables d'infections nosocomiales graves[6], dont la première fut détectée en France au milieu des années 1980[7].

À titre d'exemple une étude prospective faite au CHU de Nîmes [6] en 2004-2005, a porté sur 33 patients d'âge médian de 68 ans (3-96). Elle a détecté 33 souches d'entérocoques, nosocomiales dans 60,6 % des cas.
Les infections faisaient suite à une intervention chirurgicale dans 54,5 % des cas, et avec un pronostic vital engagé dans 63,6 % des cas (7 de ces patients sont morts durant leur hospitalisation, soit 21,2 % mais aucune épidémie n'a été induite). La porte d'entrée principale semblait digestive, avec aussi un nombre non négligeable d'infections liées aux cathéters.
Les facteurs de comorbidités étaient cardiovasculaires et digestifs[6].
Les infections étaient généralement monomicrobiennes (à 75,8 %), dues àEnterococus faecalis dans 87,9 % des cas.
Chez ces patients, les isolats d' E. faecalis étaient tués par l'amoxicilline et les glycopeptides mais antibiorésistantes à la norfloxacine, à l'érythromycine et à la pristinamycine. Idem pour Enterococus faecium (avec aussi un cas de résistance importante à l'amoxicilline) [6].
E. faecalis possédait un maximum de gènes de virulence contrairement à E. faecium [6].

Diagnostic biologique[modifier | modifier le code]

Le diagnostic se fait par mise en culture de prélèvements de natures diverses :

  • urine,
  • pus,
  • liquide de ponction,
  • hémoculture,
  • écouvillonage rectal pour le dépistage des porteurs sains d'entérocoques résistants à la vancomycine.

Antibiothérapie[modifier | modifier le code]

L'une des difficultés du traitement vient de la résistance des entérocoques à beaucoup d'antibiotiques [8],[9].

  • Les entérocoques sont résistants aux céphalosporines.
  • Ils tolèrent les pénicillines, même à fortes doses (CMB/CMI > 32).
  • En général, l'amoxicilline demeure très active sur les entérocoques.
  • Dans les infections sévères (endocardites, bactériémies…), il est nécessaire de recourir à une association d'antibiotiques :

En France, les entérocoques résistants à la vancomycine semblent encore rares.

Qualité de l'eau[modifier | modifier le code]

De nombreux pays ont édicté des réglementations drastiques concernant l'eau du robinet ou en bouteille, et dans les eaux de baignades. Par exemple, l'état de Hawaii aux États-Unis, impose un taux de moins de 7 bactéries formant colonie par 100 ml d'eau, taux au-dessus duquel l'État peut afficher des avertissements invitant le public à rester hors de l'océan[10].
En 2004,Enterococcus spp.a pris la place du groupe des coliformes fécaux pour la nouvelle norme fédérale pour la qualité des eaux de baignade des plages publiques, car cet indicateur est jugé représentatif des nombreux autres agents pathogènes fécaux et notamment trouvés dans les eaux usées[11] (égouts, qui peuvent fuir ou déborder, notamment dans les zones d'affaissements miniers, et après les tremblements de terre. Dans certains pays les eaux usées, rejetées dans le milieu naturel sans traitement par station d'épuration, sont un facteur majeur de contamination.

Prévention, précaution[modifier | modifier le code]

  • Un dépistage systématique permet de limiter le risque en amont[12]
  • Des mesures d'hygiène stricte doivent être prises dans les hôpitaux et autour des patients à risques, notamment dans les unités de soins intensifs (dont néonatales[13]), et par le personnel soignant pour limiter le risque de transmission manuportée d’entérocoques antibiorésistants[14],[15]. Le nettoyage des mains est très important, les solutions hydro-alcooliques semblent efficacement limiter les risques[16] .
  • Certains matériaux et matériels peuvent favoriser ou au contraire diminuer la survie de la bactérie dans le milieu ambiant[17]
  • La modélisation du risque nosocomial permet de mieux le gérer[18]

Liste des espèces[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pr. A. Bouvet (Centre National de Référence des Streptocoques, Hôtel Dieu, Université Paris VI) ; Cours (en ligne) de Bactériologie Générale ; Streptocoques-Entérocoques, consulté 2010/06/08
  2. E. Pilly, édition 2010 : ouvrage de référence de Pathologie Infectieuse et Tropicale en Langue Française
  3. Furuno JP, Harris AD, Wright MO, et al. Prediction rules to identify patients with methicillin-resistant Staphylococcus aureus and vancomycin-resistant enterococci upon hospital admission. American Journal of Infection Control 2004; 32(8), 436-440.
  4. LECLERCQ R., DERLOT E., WEBER M., DUVALJ & COURVALIN ; p. 1989. Transferable vancomycIll and teicoplanin resistance III Enterococcus faecium. Antimicrob. AgentsChemother. 33 :10-15
  5. Calfee DP, Giannetta ET, Durbin LJ, et al. Control of endemic vancomycin-resistant Enterococcus among inpatients at a university hospital. Clinical Infectious Diseases 2003; 37(3): 326-332
  6. a, b, c, d et e J.-P. Lavigne, H. Marchandin, E. Czarnecki, C. Kaye, A. Sotto ; Bactériémies à Enterococcus spp. : étude prospective au CHU de Nîmes ; Pathologie Biologie ; Volume 53, numéro 8-9 ; pages 539-545 (octobre-novembre 2005) ; Doi:10.1016/j.patbio.2005.06.005 (Résumé)
  7. Résistance des entérocoques aux glycopeptides : une première épidémie nosocomiale en France ? ; La Lettre de l’Infectiologue ; 1995; 19-20: 708-709.
  8. Eliopoulos GM. Antimicrobial agents for treatment of serious infections caused by resistant Staphylococcus aureus and enterococci. European Journal of Clinical Microbiology and Infectious Diseases 2005; 24(12): 826-831.
  9. (en) P. K. Linden, « Treatment Options for Vancomycin- Resistant Enterococcal Infections », Drugs, vol. 62, no 3,‎ 2002, p. 425-441 (ISSN 0012-6667 et 1179-1950, lire en ligne)
  10. Hawaii State Department of Health ; Clean Water Branch  ; consulté 2007-02-08
  11. Jin G, Jeng HW, Bradford H, Englande AJ ; Comparison of E. coli, enterococci, and fecal coliform as indicators for brackish water quality assessment ; Journal=Water Environ. Res. ; volume=76 ;issue=3 ;pages=245–55 ; Année : 2004 ; doi=10.2175/106143004X141807
  12. Huang SS, Rifas-Shiman Sl, Pottinger JM, et al. Improving the assessment of vancomycin-resistant enterococci by routine screening. Journal of Infectious Diseases 2007; 195(3): 339-346.
  13. Singh N, Leger MM, Campbell J, et al. Control of vancomycin-resistant enterococci in the neonatal intensive care unit. Infection Control and Hospital Epidemiology 2005; 26(7): 646-649.
  14. Duckro AN, Blom DW, Lyle EA, et al. ; Transfer of vancomycin-resistant enterococci via health care worker hands. Archives of Internal Medicine 2005; 165(3): 302-307.
  15. Duckro AN, Blom DW, Lyle EA, et al. Transfer of vancomycin-resistant ; enterococci via health care worker hands. Archives of Internal ; Medicine 2005; 165(3): 302-307.
  16. Gordin FM, Schultz ME, Huber RA, et al. Reduction in nosocomial transmission of drug-resistant bacteria after introduction of an alcohol-based handrub. Infection Control and Hospital Epidemiology 2005 ; 26(7): 650-653.
  17. Lankford MG, Collins S, Youngberg L, et al. Assessment of materials commonly utilized in health care: implications for bacterial survival and transmission. American Journal of Infection Control 2006 ; 34(5): 258-263.
  18. D’Agata EM, Web G, Horn M. A mathematical model quantifying the impact of antibiotic exposure and other interventions on the endemic prevalence of vancomycin-resistant enterococci. Journal of Infectious Diseases 2005; 192(11): 2004-2011.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Note DHOS/DGS no 627 du 6/12/2006 relative à la prévention de l’émergence des épidémies d’entérocoques résistants à la vancomycine

dans les établissements de santé - Fiche technique opérationnelle. Ministère de la Santé et des Solidarités. 4 pages. (Réf 18205)

  • Avis relatif à la maîtrise de la diffusion des entérocoques résistants aux glycopeptides dans les établissements de santé français.

Comité Technique des Infections Nosocomiales et des Infections Liées aux Soins. Adopté le 6/10/2005. 5 pages.

  • Diffusion de recommandations aux présidents des comités de lutte contre les infections nosocomiales relative à une augmentation

du nombre de signalements d’infection nosocomiale à entérocoque résistant à la vancomycine. Ministère de la Santé et des Solidarités. 2 pages.

  • Surveillance passive des entérocoques résistants à la vancomycine. Rapport 2004. Institut National de Santé Publique du Québec.

2005. 21 pages.