Enrico De Pedis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Enrico De Pedis, connu aussi sous le nom Renatino (né le 15 mai 1954 à Rome et mort dans la même ville le 2 février 1990) est un criminel italien, l'un des créateurs et le dernier chef de la banda della Magliana.

Dans la bande della Magliana[modifier | modifier le code]

La Banda della Magliana est une bande de malfaiteurs italiens basé à Rome dans le quartier de Magliana, mêlée aux drames politiques des « années de plomb » et de la stratégie de la tension au cours de la guerre froide. Elle entretint des rapports opaques avec la Mafia et l'extrême-droite italienne. Elle fut particulièrement active de 1970 à 1992.

Ont été attribués à ce groupe criminel des liens avec différentes organisations maffieuses, mais aussi avec des représentants du monde politique comme Licio Gelli (loge P2), de la branche insurrectionnelle d'extrême droite, et avec des secteurs de la finance du Vatican (Institut pour les Œuvres de Religions) en particulier Monseigneur Paul Marcinkus. Ces liens, souterrains par rapport aux activités criminelles normales de la bande (trafic de drogue, d'armes, rapt, paris clandestins...) qui n'ont jamais été complètement éclaircis, ont mis le groupe sur le devant de la scène médiatique durant les années de plomb. La banda della Magliana est liée en outre aux mystères italiens suivant:

La mort d'un chef[modifier | modifier le code]

Enrico De Pedis a été tué dans un guet-apens à Rome a Via del Pellegrino, dans les alentours de Campo de' Fiori. Son meurtre fut catalogué comme règlement de comptes entre bandits. De Pedis, en effet, contrairement aux autres, ne stagna pas, et fut le seul à posséder un "esprit d'entrepreneur" remarquable : pendant que les autres dissipaient leur butin, il réinvestissait le sien dans des activités légales : entreprises de bâtiment, restaurants, boutiques, etc. Las de payer pour ses anciens camarades, il décida d'arrêter. Les autres interprétèrent ceci comme une humiliation à lui faire payer cher. L'occasion se présenta quand ils réussirent à savoir d'un antiquaire de Rome qu'il avait rendez-vous le 2 février 1990 avec lui dans sa boutique. À peine sorti du magasin, De Pedis monta sur sa Honda Vision et démarra, mais fut immédiatement rejoint par une motocyclette puissante avec à bord deux tueurs à gages toscans soudoyés pour l'occasion.

Mystère concernant sa sépulture[modifier | modifier le code]

La sépulture de De Pedis se trouvait dans la basilique di Sant'Apollinare ; une telle sépulture est normalement réservée aux souverains Pontifes, aux cardinaux et aux évêques diocésains émérites.

Pour justifier cette faveur, le 6 mars 1990, 32 jours après la mort de Renatino, le recteur de la basilique, monsignor Piero Vergari, attesta par lettre de son statut de grand bienfaiteur : On atteste que le monsieur Enrico De Pedis né à Rome - Trastevere le 15/05/1954 et décédé à Rome le 2/2/1990 a été un grand bienfaiteur des pauvres qui fréquentent la basilique et qu'il a les a concrètement aidés. Le 24 avril le corps de De Pedis y fut enterré et les clés de la grille furent remises à sa veuve, Carla De Pedis. Néanmoins, cette décision resta controversée.

Le 9 juillet 1997, la journaliste Antonella Estoc écrivit dans Il Messaggero sur la sépulture étrange réservée à Enrico De Pedis[1].

En 2009, suite à une information évoquant la possibilité que la tombe contienne des indications sur le sort d'Emanuela Orlandi, le Bureau du procureur de Rome ordonna une enquête sur les circonstances de la sépulture[2]. En 2011, Antonio Mancini, ancien de la Banda della Magliana[3], prétendit que cette sépulture avait été promise à De Pedis en remerciement d'avoir fait arrêter les crimes (dont le kidnapping d'E. Orlandi) destinés à faire pression sur le Vatican pour qu'il dédommage les membres de la bande de leurs pertes dans la faillite de la banque Ambrosiano.

La tombe fut ouverte en mai 2012. Se trouvaient dans la crypte utilisée comme sépulture depuis l'époque napoléonienne de nombreuses boîtes contenant des ossements humains non identifiés. Ils devaient être testés pour voir si les restes d'E. Orlandi se trouvaient parmi eux, mais aucune annonce en ce sens n'a été faite[4]. Les restes de De Pedis ont été incinérés puis immergés.

Dans les médias[modifier | modifier le code]

Enrico De Pedis a inspiré le personnage Il dandi dans le roman Romanzo Criminalle de Giancarlo De Cataldo. On peut aussi voir son histoire dans le film Romanzo criminale et dans la série Romanzo criminale (série télévisée) où il est interprété par Alessandro Roja dont la première saison a été diffusée sur Canal+ depuis 2009, le deuxième est actuellement en cours de préparation.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Criminalité au Vatican

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.archivio900.it/it/articoli/art.aspx?id=6143 URL consulté le 09-07-2008
  2. Magliana, giallo sulla sepoltura del boss. Sentiti i rettori di Sant'Apollinare-Corriere Della Sera, 23rd December 2009
  3. L'ex della Magliana: "Sì, siamo stati noi a rapire la Orlandi"-La Stampa, 27th July 2011
  4. "Italian mafia boss's tomb opened in search for missing girl" The Guardian 15 May 2012