Enregistrements historiques

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Publicité pour un phonographe (1915)

Enregistrement historique est un terme utilisé dans le monde de la musique classique pour indiquer les enregistrements d'importance historique, mais le plus souvent réalisé avec la technologie sonore limité, sans son stéréophonique[1],[2]. Disposant d'une grande banque d'enregistrements, EMI Classics republie régulièrement des enregistrements historiques. La Bibliothèque du Congrès rend disponible, gratuitement, des enregistrements historiques au grand public[3].

Références[modifier | modifier le code]

  1. David Vandiedonck Qu'est-ce qui fait tourner le disque classique? 1999 Page 39 « Aimable prétention pour définir ce comportement compilateur et incontestablement fétichiste. .. craquements et autres 'bruits' des enregistrements historiques constituent précisément l'écran nécessaire, séparant le mélomane de la chose aimée. C'est dans ce jeu du caché-montré, du présent-absent, que peut s'inscrire le fétichisme ... critique des disques de C. Panzéra en donnant sa préférence au CD préservant « la vérité de la restitution sonore, incluant les bruits de surface. » Les enregistrements historiques, même retravaillés, ne peuvent attirer qu'un segment restreint de consommateurs, peu soucieux de la qualité technique. »
  2. Antoine Hennion, Sophie Maisonneuve, Émilie Gomart Figures de l'amateur: formes, objets, pratiques de l'amour de la ... 2000 Page 86 « Cette opposition entre genres se combine avec une distinction qualitative des rayons à l'intérieur même du classique, entre des rayons « pointus » (enregistrements historiques, import) destinés aux connaisseurs et « la grosse cavalerie » ..
  3. Bernard Bovier-Lapierre Opéras: faut-il fermer les maisons de plaisir? Page 31 - 1988 « Si elle peut donner naissance à des discomanies aussi fortes que celles dont bénéficient les disques récents, la passion de l'enregistrement historique ou non stéréophonique, est avant tout fascination pour des interprétations privilégiant la construction de l'œuvre, sa signification, au lieu de traquer désespérément détails pittoresques, prouesses sonores gratuites, et « prodiges » quadriphoniques. »