Enmanns Kaisergeschichte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'Enmanns Kaisergeschichte, communément abrégé en EKG, parfois aussi appelée en français Histoire impériale d'Enmann, est le nom donné à une œuvre historique latine aujourd'hui perdue mais dont l'existence est déduite de la constatation de similitudes importantes dans les textes d'historiens de l'Antiquité tardive.

Le philologue allemand Alexander Enmann (1856-1903) est le premier à avoir démontré l'existence de cette source en 1884 en comparant les textes d'Eutrope et d'Aurelius Victor[1].

Date de l'œuvre[modifier | modifier le code]

En raison des conceptions de son époque sur l’Histoire Auguste, recueil de biographies impériales qui utilise aussi l’EKG, Enmann supposa qu'une première version était déjà apparue à l'époque de Dioclétien. Mais cette idée fut remise en cause en 1889, lorsqu'Hermann Dessau démontra que l’Histoire Auguste était en fait une œuvre plus tardive, de la fin du quatrième siècle. Plus récemment, Timothy D. Barnes a montré que les recoupements entre Eutrope et Aurélius Victor sont moins importants après 337, établissant une date limite pour l'EKG[2]. Dans son étude sur Aurélius Victor, H.W. Bird a proposé une datation vers 357[3].

L'œuvre et son auteur[modifier | modifier le code]

L’EKG était une suite de biographies impériales. Les biographies devaient suivre une organisation assez similaires : nom et origine de l'empereur, remarques sur sa vie avant l'accession au trône, activité guerrière et diplomatique, politique intérieure, mort de l'empereur, honneurs reçus, durée du règne. Pour rédiger ces biographies, l'auteur de l’EKG a pu s'appuyer sur l'œuvre de Marius Maximus, elle aussi perdue aujourd'hui[4],[5]. On considère aujourd'hui que l'auteur de l’EKG n'était pas chrétien et vivait dans la partie occidentale de l'empire romain, étant données les nombreuses références à la Gaule et à la Bretagne. Ses conceptions sont fortement marquées par la vision sénatoriale de l'histoire romaine. R.W. Burgess a proposé de reconnaître l'auteur de l’EKG en Eusèbe de Nantes[6], sans emporter l'adhésion unanime des spécialistes. À partir d'une remarque d'André Piganiol, Santo Mazzarino a proposé de reconnaître dans l'Origo Constantini Augusti (pars prior de l'Anonyme de Valois) un authentique fragment de l’EKG, idée réaffirmée plus récemment par Giuseppe Zecchini[7].

L’EKG source de l'historiographie romaine tardive[modifier | modifier le code]

Outre Eutrope, Aurélius Victor et l’Histoire Auguste, l’EKG est aussi utilisée par l’Épitomé de Caesaribus, Jérôme de Stridon, l'empereur Julien dans ses Césars[8] et peut-être par Ammien Marcellin et Rufius Festus[9]. Chacun de ces auteurs reprend toutefois l'EKG avec ses propres buts et à sa manière, ainsi pour un même passage on peut constater que la tendance au commentaire d'Aurelius Victor s'oppose à la brièveté, voire la sécheresse, d'Eutrope[10].

La question de l’EKG est souvent soulevée dans l'étude de l’Histoire Auguste, de ses sources et de sa date. Retrouver sans ambiguïté la trace de son usage par l'auteur anonyme de l’Histoire Auguste est cependant difficile car il a aussi utilisé Aurélius Victor et Eutrope. Selon André Chastagnol, l’EKG apparaît dans des passages « beaucoup moins nombreux qu'on ne le croyait naguère »[8]. François Chausson a proposé de reconnaître l’EKG derrière un passage de la vie de Septime Sévère que l'on attribuait usuellement à l'utilisation d'Aurelius Victor[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Alexander Enmann, « Eine verlorene Geschichte der römischen Kaiser und das Buch De viris illustribus urbis Romae », Philologus Suppl.-Bd. 4, H. 3, 1884, p. 337–501.
  2. Barnes, 1970
  3. H.W. Bird, Sextus Aurélius Victor. A Historiographical Study, Liverpool, 1984, p. 6-37
  4. Burgess, 1995
  5. Jörg A. Schlumberger, Die Epitome de Caesaribus. Untersuchungen zur heidnischen Geschichtsschreibung des 4. Jahrhunderts n. Chr., C.H. Beck, Munich, 1974
  6. Burgess, 1993
  7. Zecchini, 1993
  8. a et b A. Chastagnol, 1994, p. LXX
  9. Burgess, 1995
  10. Chausson, 1994
  11. Chausson, 1994.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) CD. Barnes (en), «  The Lost Kaisergeschichte and the Latin Historical Tradition », Bonner Historia Augusta Colloquium 1968/69. Bonn 1970, p. 13–43.
  • (de) Bruno Bleckmann (de), « Überlegungen zur Enmannschen Kaisergeschichte und zur Formung historischer Traditionen in tetrarchischer und konstantinischer Zeit », dans Giorgio Bonamente, Klaus Rosen (ed.), Historiae Augustae Colloquium Bonnense. Bari 1997, p. 11–37.
  • (en) Richard W. Burgess, « Principes cum Tyrannis. Two Studies on the Kaisergeschichte and its Tradition », The Classical Quarterly, 43, 1993, p. 491–500.
  • (en) Richard W. Burgess, « On the Date of the Kaisergeschichte », Classical Philology, 90, 1995, p. 111–128.
  • (en) Richard W. Burgess,« A Common Source for Jerome, Eutropius, Festus, Ammianus, and the Epitome de Caesaribus between 358 and 378, along with Further Thoughts on the Date and Nature of the Kaisergeschichte », Classical Philology, 100, 2005, p. 166–192.
  • André Chastagnol, « L'histoire impériale d'Enmann » dans A. Chastagnol ed., Histoire Auguste, Paris, 1994, p. LXIX-LXXI.
  • François Chausson, « Severus, XVII, 5 - XIX, 4 : une identification ? », dans G. Bonamente, K. Rosen (ed.), Historiae Augustae Colloquium Bonnense, n. s., V (Bonn, 1994), Bari, 1997, p. 97-113.
  • (it) Giuseppe Zecchini, « L'origo Constantini Imperatoris », dans G. Zecchini, Ricerche di storiografia latina tardoantica, Rome, 1993, p. 29-38.

Voir aussi[modifier | modifier le code]