Récits d'enlèvement par les extraterrestres

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les récits d’enlèvement par les extraterrestres[1], est l'un des aspects les plus controversés de l'ufologie et du phénomène OVNI. Le premier récit d'enlèvement rapporté sous hypnose est celui de Betty et Barney Hill aux États-Unis, en 1961. Depuis, des milliers de personnes, principalement aux États-Unis, ont prétendu avoir été enlevées par des extraterrestres. Cependant, aucune preuve scientifique n'a été apportée pour soutenir la réalité des enlèvements. On ne peut donc pas écarter la possibilité que ces témoignages relèvent d'un phénomène psychosocial. Dans le système de classification de Hynek, les abductions sont répertoriées en tant que « rencontre rapprochée du 4e type » (RR4).

Principales caractéristiques[modifier | modifier le code]

Les récits relatent un examen médical approfondi de la part des ravisseurs, plus ou moins douloureux ou traumatisant selon le cas, avec insertion d'un implant dans le cerveau, le nez ou le sexe principalement.

D'autres personnes prétendent que les extraterrestres les auraient enlevées pour leur faire part d'un message : on surnomme en ufologie ce type de témoins des « contactés », pour les différencier des « abductés » ou « ravis » (victimes de rapt)[2]. George Adamski, Claude Vorilhon (alias Raël) sont des cas célèbres de personnes se prétendant « contactées ».

Explications psychologiques[modifier | modifier le code]

Dans le cadre du modèle sociopsychologique du phénomène ovni, les organisations de sceptiques expliquent les enlèvements par les extraterrestres par une combinaison de symptômes de la paralysie du sommeil et de faux souvenirs, révélés par l'utilisation de l'hypnose prétendument « régressive ».

Certains auteurs, comme Elaine Showalter[3], considèrent qu'il s'agit d'une forme contemporaine d'hystérie parmi d'autres, comme le trouble dissociatif de l'identité, le syndrome de fatigue chronique ou encore le syndrome de la guerre du Golfe. Une recherche menée par Nicholas P. Spanos et collaborateurs[4] semble indiquer à l'inverse que les ravis ne souffriraient pas d'une psychopathologie.

Un autre élément à prendre en considération est que certains enlevés présenteraient une personnalité encline à l'imagination, ou du moins un fort engagement dans l'imaginaire, qui les conduirait à projeter celui-ci dans le monde extérieur. Cette personnalité serait non pathologique, car le sujet n'en souffre pas et serait adapté socialement. Deux exemples célèbres en ufologie de personnalité encline à la fantaisie sont Betty Hill et Whitley Strieber.

Selon l'étude de la psychologue Susan A. Clancy[5], un nombre non négligeable d'enlevés n'ont aucun souvenir de leur enlèvement et ne se considèrent comme enlevés qu'en raison de symptômes (déprime, rêves vivaces, marques sur le corps, etc.) qu'ils interprètent de la sorte a posteriori alors qu'ils peuvent avoir été causés par bien d'autres choses.

Ces arguments ne suffisent à convaincre les milieux ufologiques qui soulignent la similarité et la cohérence des témoignages, malgré leur nombre élevé (près d'un millier aux États-Unis, où le phénomène est étudié), et les différences de perception de ces événements (certains en tirent une grande inquiétude, d'autres une satisfaction).

Récits d'enlèvements célèbres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. également appelé abduction (emprunt à l'anglais dans ce sens) dans les milieux ufologiques
  2. Marie-Thérèse de Brosses, Enquête sur les enlèvements extraterrestres, coll. « Aventure secrète », J'ai Lu, 1995, glossaire, p. 425 (article « Abducté ») et 429 (article « Ravi »).
  3. (en) Elaine Showalter, Hystories: Hysterical Epidemics and Modern Media, Colombia University Press, 1998.
  4. (en) Spanos N. P., Cross P. A., Dickson K. & Dubreuil S. C., Close Encounters: An examination of UFO experiences, in Journal of Abnormal Psychology, 102, 4, p. 624-632 (1993).
  5. (en) Susan A. Clancy, Abducted - How people come to believe they were kidnapped by aliens, Harvard University Press, Cambridge, 2005.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]