Enhalus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Enhalus est un genre monotypique de plantes monocotylédones sous-marines de la famille des Hydrocharitaceae[1].
Le nom générique Enhalus dérive du grec « en » (dans), « halo » (sel marin) et de la désinence latine « us » (du, de la) [2] [3], pour nommer une plante vivant en eau salée.

Caractéristiques générales[modifier | modifier le code]

Ce sont des plantes marines herbacées, vivaces, appartenant à la famille des Hydrocharitaceae, dont les caractères distinctifs sont les suivants[4] :

  • Feuille avec une gaine à leur base, mais sans ligule,
  • Rhizome jusqu'à 1,5 cm de large, densément recouvert de débris de fibres de feuilles déchiquetées,
  • Nombreuses racines, non ramifiées de 10 à 20 cm de long et 3 à 5 mm de large,
  • Feuilles de 30 à 150 cm de long et 1,25 à 1,75 cm de large.

Les feuilles en forme de ruban se développent directement à partir des rhizomes et peuvent dépasser 1 m de longueur[1]. La pollinisation s’effectue à la surface de l’eau : les fleurs mâles se détachent de la plante et flottent en surface jusqu’à ce qu’elles entrent en contact avec les fleurs femelles permettant à la pollinisation de se produire[1].

Liste d'espèces[modifier | modifier le code]

Une seule espèce est acceptée dans ce genre, d'après ITIS et WORMS :


Synonymie[modifier | modifier le code]

  • Enhalus acoroides
    • Enhalus koenigii Rich., 1814
    • Enhalus marinus Griff., 1851
    • Stratiotes acoroides L.F., 1782
    • Vallisneria sphaerocarpa Blanco, 1837

Distribution[modifier | modifier le code]

L'espèce a une large distribution des côtes orientales de l'Afrique jusqu'aux Îles Ryūkyū (Japon) ; sur les côtes sud et est des îles Salomon ; en Nouvelle-Calédonie ; dans le détroit de Torrès et le nord du Queensland (Australie) [4].

On en récolte jusqu'à Singapour[5] en particulier à Pulau Semakau[6].


Répartition du genre Enhalus

Écologie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) Seagrasses: Biology, Ecology and Conservation, Dordrecht, Springer-Verlag New York, LLC,‎ 2005, 2e éd. (ISBN 978-1-4020-2942-4, LCCN 2006273259)
  2. Cailleux A. & Komorn J., Dictionnaire des racines scientifiques, Paris, C.D.U. et SEDES réunis,‎ 1981, 3e éd., 263 p. (ISBN 2-7181-3708-8)
  3. Maureen L. Sullivan[le lien externe a été retiré], « The taxonomy of "seagrasses" surveyed from the higher taxa down through to the family level », Florida International University,‎ décembre 1994 (consulté le 9 janvier 2010) : « Enhalus: (from the Greek en + halus - in salt) »
  4. a et b (en) Phillips R.C. et Menez E.G., Seagrasses, Washington, D.C, Smithsonian Institution Press,‎ 1988, 104 p. (lire en ligne), p. 27-28 (clé des genres), 65 (description), 67, 101 (carte)
  5. Lim et al, « Labrador Park »,‎ août 2009 (consulté le 15 janvier 2010)
  6. « Tape seagrass - Enhalus acoroides », Wild Singapore WILD Fact Sheet,‎ décembre 2008 (consulté le 26 janvier 2010) : « Pulau Semakau has the largest bed of tape seagrass that ordinary people can visit. It covers kilometres of the shoreline. »