Engoulevent d'Europe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Caprimulgus europaeus

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Engoulevent d'Europe

Classification (COI)
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Classe Aves
Ordre Caprimulgiformes
Famille Caprimulgidae
Genre Caprimulgus

Nom binominal

Caprimulgus europaeus
Linnaeus, 1758

Répartition géographique

alt=Description de l'image Caprimulgus_europaeus_distr.png.


     /    nidification

     /    hivernage avéré

     /    hivernage probable

Statut de conservation UICN

( LC )
LC  : Préoccupation mineure

L'Engoulevent d'Europe (Caprimulgus europaeus) est une espèce d'oiseau rarement observé qui chante au crépuscule et chasse les papillons de nuit. Il est très difficile à repérer de jour, à cause du camouflage que lui procure son plumage aux teintes de feuilles mortes ou d'écorce.

Il peut être également nommé tête-chèvre, oiseau mobylette[1] ou encore crapaud volant[2].

Visiteur d'été en France, il migre en Afrique en hiver.

Description[modifier | modifier le code]

Cet oiseau mesure 26 à 28 cm de longueur pour une envergure de 54 à 60 cm et une masse de 75 à 100 g.

Comportement[modifier | modifier le code]

En journée, l'engoulevent reste allongé sur le sol ou sur une branche. Quand un prédateur se rapproche, il s’aplatit et reste parfaitement immobile. Son plumage mimétique le rend particulièrement difficile à repérer. Il attend généralement que le prédateur soit à proximité immédiate avant de s'enfuir : il est souvent observé à l'envol, juste au moment où l'on allait lui marcher dessus.

Alimentation[modifier | modifier le code]

Elle est constituée uniquement d'Insectes, surtout de papillons de nuit, capturés en vol, notamment à l'aube et au crépuscule. Une étude de 1969[3], portant sur une nichée et sur près de 5 500 proies rapportées par les parents, a trouvé 179 espèces différentes d'insectes, dont 62 % de Lépidoptères, 12 % de Diptères, 7 % de Coléoptères, autant de Phryganes, et 5 % de Névroptères.

Reproduction[modifier | modifier le code]

Oeufs d'Engoulevent d'Europe, Muséum de Toulouse

Le nid est un creux au sol pour 2 oeufs en 1 ou 2 pontes de mai à juillet.

Habitat[modifier | modifier le code]

Le biotope de cet oiseau est constituée de landes à bruyère, de milieux dégagés à végétation basse et de clairières des zones boisées.

Systématique[modifier | modifier le code]

L'espèce Caprimulgus europaeus a été décrite par le naturaliste suédois Carl von Linné en 1758[4].

Taxinomie[modifier | modifier le code]

D'après Alan P. Peterson, cette espèce est constituée des six sous-espèces suivantes :

  • Caprimulgus europaeus dementievi Stegmann 1949
  • Caprimulgus europaeus europaeus Linnaeus 1758
  • Caprimulgus europaeus meridionalis Hartert 1896
  • Caprimulgus europaeus plumipes Prjevalsky 1876
  • Caprimulgus europaeus sarudnyi Hartert 1912
  • Caprimulgus europaeus unwini Hume 1871

Engoulevent d'Europe et l'Homme[modifier | modifier le code]

Protection[modifier | modifier le code]

L'Engoulevent d'Europe bénéficie d'une protection totale sur le territoire français depuis l'arrêté ministériel du 17 avril 1981 relatif aux oiseaux protégés sur l'ensemble du territoire. Il est donc interdit de le détruire, le mutiler, le capturer ou l'enlever, de le perturber intentionnellement ou de le naturaliser, ainsi que de détruire ou enlever les œufs et les nids, et de détruire, altérer ou dégrader son milieu. Qu'il soit vivant ou mort, il est aussi interdit de le transporter, colporter, de l'utiliser, de le détenir, de le vendre ou de l'acheter.


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Conservation-nature.fr
  2. Oiseauxethologie.fr
  3. (de) Schlegel Reiner (1969) Der Ziegenmelker (Caprimulgus europaeus L.), Wittenberg Lutherstadt, A. Ziemsen
  4. Linnaeus, C. 1758: Systema Naturae per regna tria naturæ, secundum classes, ordines, genera, species, cum characteribus, differentiis, synonymis, locis, Tomus I. Editio decima, reformata. Holmiæ: impensis direct. Laurentii Salvii. i–ii, 1–824 pp page 193.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références taxonomiques[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :