English Defence League

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir EDL.
English Defence League
Présentation
Président Tim Ablitt, Alan Lake
Fondation 27 juin 2009
Idéologie Patriotisme
Anti-islam
Anti-islamisme
Anti-islamisation[1]
Affiliation européenne European Defence League
Couleurs Noir, Blanc, Rouge
Site web www.englishdefenceleague.org/
L'EDL manifeste à Newcastle le 29 mai 2010. Le drapeau lit "Northeast England Infidels" (« Infidèles du nord-est de l'Angleterre »).

La English Defence League ou EDL (en français : Ligue de défense anglaise) est un mouvement politique anglais formé le 27 juin 2009 et classé à l'extrême droite, bien qu'officiellement le groupe en lui-même se défende d'être orienté politiquement et se dise opposé au racisme. Le but affiché de ce mouvement est de combattre l'islamisation de l'Angleterre, et plus particulièrement l'extrémisme musulman[2], par de nombreuses manifestations ayant rassemblé plusieurs centaines de manifestants dans plusieurs villes du pays depuis sa création par Tommy Robinson.

En octobre 2013, les fondateurs du mouvement, Tommy Robinson et Kevin Carroll quittent l'organisation qu'ils jugent trop extrémiste et prévoient de créer un nouveau groupe moins extrémiste[3].

Formation[modifier | modifier le code]

Banderole de l'EDL disant "né en Angleterre, vivant en Angleterre et mort en Angleterre"

Le groupe s'est formé en réponse aux provocations lors d'une manifestation organisée par des extrémistes musulmans en mars 2009 contre des troupes anglaises qui revenaient de la guerre d'Afghanistan[4]. Des liens entre l'EDL et les groupes d'hooligans anglais apparaissent évidents[5], l'EDL a d'ailleurs tendance à organiser des manifestations les jours de matchs de football pour assurer une participation maximale de ses membres[6].

Accusations d'appartenance à l'extrême droite[modifier | modifier le code]

Présence policière pour encadrer une manifestation de l'EDL, le 29 mai 2010.

Les manifestations de l'EDL rencontrent à chaque fois une forte présence policière, et aussi des contre-manifestations de la part de membres de la communauté musulmane et de groupes anti-fascistes. Ces derniers accusent l'EDL de racisme et de liens avec le premier parti d'extrême droite d'Angleterre, le BNP. Néanmoins l'EDL nie tout lien officiel avec le BNP, et le chef de ce parti, Nick Griffin, « proscrit l'EDL » et annonce dans un interview que « c'est une faute disciplinaire pour nos membres de participer ou d'être présent à leurs [EDL] activités »[6].

L'EDL annonce à plusieurs reprises sur son site internet que l'organisation n'a pas vocation à combattre les musulmans, mais bien l'islam intégriste qui veut instaurer la Charia en Angleterre. L'EDL encourage les personnes de toutes les couleurs et de toutes les religions à les rejoindre[7] et ils ont tenu le 10 octobre 2009 une conférence de presse filmée où ils ont brûlé un drapeau nazi et poussé certains de leurs membres de couleur devant les caméras[8]. On retrouve parfois dans leurs manifestations des drapeaux israéliens.

De plus, lors de la manifestation de Bolton, en mai 2010, des symboles de la communauté homosexuelle étaient présents. On estime que le nombre de membres LGBT est de 107[9]. L'EDL prévoit déjà une croissance du soutien de cette communauté dans la mesure où la gauche fait "de plus en plus de concessions à l'intolérance et à la haine des islamistes" et abandonnera les homosexuels comme elle "a abandonné les juifs"[10].

Toutefois il est évident que l'EDL se proclame patriote au vu de leurs propos sur la défense des valeurs anglaises et les nombreux drapeaux anglais qui apparaissent régulièrement dans leurs manifestations. Les logos de l'EDL, notamment sur les tee-shirt officiels en vente libre sur internet, présentent en général la croix de saint Georges.

Actions[modifier | modifier le code]

  • Le 3 mai 2010 à Dudley, des dizaines de membres de l'EDL occupent le toit d'une mosquée en projet de construction dans le centre ville[11]. La police bloque les rues pour empêcher d'autres manifestants de les rejoindre alors que l'EDL fait sonner un chant du muezzin du haut du toit en guise d'exemple[12]. Cette action ainsi que deux pétitions des habitants de Dudley contre la construction de la mosquée (qui entâcherait selon eux le centre ville à caractère médiéval) réunissant plus de 50 000 signatures contraint la mairie de la ville à annuler le contrat. La mosquée sera construite plus en retrait[13].
  • Le 6 février 2011, l’EDL organise une manifestation à Luton, qui rassemble 2500 à 3000 personnes avec pour slogan « Les poseurs de bombes musulmans hors de nos rues »[14].


Liens avec d'autres partis étrangers[modifier | modifier le code]

Article détaillé : European Defence League.

L'animateur de radio américain Michael Savage est devenu la première personnalité des médias populaires[style à revoir] à annoncer publiquement son soutien pour l'EDL, en déclarant : « Comment l'Angleterre peut laisser les islamo-fascistes cracher sur les morts à la guerre, sans que l'EDL ne les renvoie chez eux avec des tuyaux et des bouteilles de bière, je ne comprendrai jamais ». Erick Stakelbeck, un commentateur de la Christian Broadcasting Network de Pat Robertson, a également exprimé son soutien à l'EDL par rapport à ses membres[style à revoir] du mouvement Tea Party américain.

L'EDL est rapporté à développer[style à revoir] des liens avec des éléments d'extrême droite en Amérique[15].

À Gainesville, en Floride, le pasteur Terry Jones, dont les appels à brûler le Coran avaient provoqué des violences qui avaient fait de nombreux morts[réf. nécessaire], a été invité à un rassemblement à Luton en février 2011 « pour partager son point de vue sur l'extrémisme islamique ». Le ministre de l'Intérieur avait interdit à Jones d'entrer dans le Royaume-Uni.

La Jewish Defense League canadienne a organisé une manifestation de soutien de l'EDL, en disant que les deux groupes vont « prendre position contre les forces de l'islam politique ». Le Congrès juif canadien s'est opposé à cette alliance[16].

L'EDL a établi des liens avec la Danish Defence League. Cependant des tentatives récentes visant à établir une présence au Danemark et aux Pays-Bas n'ont pas réussi à attirer de soutien et ont été respectivement décrit comme « une humiliation » et comme « un pétard mouillé »[17].

Selon le Daily Telegraph, le norvégien Anders Behring Breivik, auteur des attentats de 2011 en Norvège a affirmé avoir des centaines de membres de l'EDL comme amis sur Facebook. Lors de son procès en avril 2012, cependant, Breivik a nié avoir eu tout contact avec l'EDL, mais il a admis avoir utilisé des forums liés à l'EDL et avoir envoyé un message à un membre de l'EDL. Il a également comparé l'EDL avec l'organisation des Templiers dont, selon lui, il faisait partie de, en disant : « Le permis de conduire est un anti-violent organisation[style à revoir] soutenant la démocratie et s'opposant à la charia et l'islamisation et ils n'ont rien à voir avec KT. Vous ne pouvez pas même les comparer ». Certains membres de l'EDL ont par la suite été associée à des éloges pour Breivik[style à revoir], à la suite de sa condamnation dans les tribunaux norvégiens[18].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Political Studies
  2. (en) « Who are the EDL? », sur http://www.englishdefenceleague.org/ (consulté le 3 mai 2010)
  3. http://www.rue89.com/2013/10/08/les-fondateurs-lenglish-defence-league-jugent-parti-extremiste-sen-vont-246422
  4. (en) « Luton parade protesters 'were members of extremist group' », sur http://www.telegraph.co.uk/ (consulté le 3 mai 2010)
  5. (en) « 'Defence league' recruiting football fans to march against Islamic extremism », sur http://www.guardian.co.uk/ (consulté le 3 mai 2010)
  6. a et b (fr) « Reportage France 24 sur l'EDL et Islam4UK », sur http://www.dailymotion.com/ (consulté le 3 mai 2010)
  7. (en) « Who are the EDL? - Exposing the Myth », sur http://www.englishdefenceleague.org/ (consulté le 3 mai 2010)
  8. (en) « Under the skin of English Defence League », sur http://news.bbc.co.uk/ (consulté le 3 mai 2010)
  9. (en) « Football hooligans to launch 'European Defence League' in Amsterdam », sur http://euobserver.com/ (consulté le 3 septembre 2010)
  10. (en) « RMT Refuses to Allow Gay Member to Protest Islamic Homophobia », sur http://www.englishdefenceleague.org/ (consulté le 3 septembre 2010)
  11. (en) « EDL Stage Rooftop Protest at Mosque Site in Dudley », sur http://www.englishdefenceleague.org/ (consulté le 3 mai 2010)
  12. (en) « BREAKING NEWS: EDL stages rooftop protest », sur http://www.dudleynews.co.uk/ (consulté le 3 mai 2010)
  13. (en) « Dudley mosque plan is scrapped », sur http://www.expressandstar.com/ (consulté le 5 mai 2010)
  14. « Manifestation d'extrême-droite à Luton », Le Monde, 6 février 2010.
  15. « Anti-Islamic groups across Europe to attend far-Right rally », sur The telegraph,‎ 18 janvier 2012 (consulté le le 3 septembre 2014)
  16. « Violent demonstration opposes Jewish defense alliance », sur JTA,‎ 12 janvier 2011 (consulté le le 3 septembre 2014)
  17. « EDL summit in Denmark humiliated by low attendance », sur The guardian,‎ 31 mars 2012 (consulté le le 03 septembre 2014)
  18. « British far-right extremists voice support for Anders Breivik », sur The guardian,‎ 1 septembre 2012 (consulté le le 3 septembre 2014)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]