English-only movement

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'English-only movement, également appelé « Official English movement » par ses partisans, est un mouvement politique pour l'usage unique de la langue anglaise dans les affaires publiques à travers l'établissement de l'anglais comme langue officielle unique des États-Unis. Le mouvement a connu plusieurs incarnations sans rapport entre elles au cours de l'histoire américaine.

Citations favorables au mouvement[modifier | modifier le code]

En 1914, le président Theodore Roosevelt déclara : « Il n'y a de place que pour une seule langue dans notre pays, et cette langue c'est l'anglais, car nous comptons bien que le creuset fera de notre peuple des Américains, de nationalité américaine, et non des sortes de locataires dans une pension de famille polyglotte »[1].

U.S. English, un groupe qui plaidait pour l'anglais langue officielle résuma ainsi sa conviction : « L'accès de l'anglais au statut de langue officielle donnera aux immigrants des possibilités supplémentaires pour apprendre l'anglais et le parler, et c'est l'outil le meilleur et le plus efficace dont ils doivent disposer pour réussir »[2].

Les premiers mouvements English-only[modifier | modifier le code]

En 1803, à la suite de l'achat de la Louisiane, les États-Unis y trouvèrent une population francophone. Après la guerre américano-mexicaine, ils acquirent 75 000 personnes de langue espagnole outre quelques peuples qui parlaient des langues indigènes.

En 1847 une loi autorisa l'instruction en français et en anglais dans les écoles publiques de Louisiane. En 1849, la constitution de la Californie reconnut les droits de la langue espagnole.

Les droits du français furent supprimés après la guerre de Sécession. En 1868, l'Indian Peace Commission recommanda une scolarisation exclusivement en anglais pour les indigènes. En 1878-1879, la constitution de la Californie fut ainsi récrite : « Toutes les lois de l'État de Californie, tous les écrits officiels, et les procédures exécutives, législatives et judiciaires ne se dérouleront, ne seront enregistrés, et ne seront publiés dans aucune autre langue que l'anglais. »

À la fin des années 1880, le Wisconsin et l'Illinois passèrent des lois pour un enseignement exclusivement en anglais aussi bien dans les écoles paroissiales que dans les écoles publiques.

En 1896, sous le gouvernement de la République de Hawaii, l'anglais devint la langue unique de scolarisation pour les enfants hawaïens. Après la guerre hispano-américaine, l'anglais fut déclaré « langue officielle du domaine scolaire » à Porto Rico. De la même manière, il fut déclaré langue officielle aux Philippines, après la Guerre philippino-américaine.

Pendant la première guerre mondiale se déroula une vaste campagne contre l'utilisation de l'allemand aux États-Unis, notamment par l'élimination dans les bibliothèques des livres dans cette langue[3]. Une autre mesure eut lieu en Australie, où le gouvernement de l'État d'Australie du Sud adopta le Nomenclature Act de 1917 : 69 villes, faubourgs ou régions qui portaient des noms allemands furent ainsi rebaptisés. Une mesure similaire fut appliquée au Canada en renommant par exemple la ville de Berlin en Kitchener.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Roosevelt, Theodore, Works (Memorial ed., 1926), vol. XXIV, p. 554 (New York: Charles Scribner's 11 Sons).
  2. (en) About U.S. English - U.S. English, Inc.
  3. (en) James J Martin, An American Adventure in Bookburning in the Style of 1918, Ralph Myles Publisher,‎ 1988

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]