Enfant gâté

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Un enfant gâté est un enfant qui présente des problèmes de comportement suite à la négligence de ses parents. Un enfant gâté peut être perçu comme égocentrique ou narcissique. Être gâté n'est pas reconnu en tant que trouble mental dans aucun manuel de médecine tels que le CIM-10[1] ou le DSM-IV[2], bien qu'il n'y ait également aucune suggestion faite dans le DSM-5[3].

Syndrome de l'enfant gâté[modifier | modifier le code]

Bruce McIntosh a inventé le terme de "syndrome de l'enfant gâté" en 1989[4]. Ce syndrome est caractérisé par un "comportement immodéré, narcissique et immature". L'enfant présente également un manque de considération concernant autrui, des sautes d'humeur fréquentes ainsi qu'une incapacité à attendre une gratification[5].

McIntosh expliqua que ce syndrome proviendrait du manque de limites imposés par les parents en fonction de l'âge de l'enfant. D'autres psychiatres tels que Glen Aylward pensent que la personnalité de l'enfant est également une cause probable[6].

Causes principales[modifier | modifier le code]

  • Négligence des parents qui n'imposent pas de limites à l'enfant[5]
  • Parents qui surprotègent leur enfant des frustrations banales de la vie[5]
  • Surabondance de cadeaux, y compris lorsque l'enfant n'est pas obéissant[5]
  • Parents qui ne remplissent pas leur rôle[5]

Enfant unique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Enfant unique.

Alfred Adler (1870–1937) a avancé l'idée que les enfants uniques étaient plus susceptibles de rencontrer un certain nombre de problèmes. Adler supposa que ceux-ci avaient plus de chance d'être gâté, plus précisément par leur mère, du fait de l'absence de rival qui partagerait l'affection et l'attention de ses parents. Il ajouta qu'à cause de ça, l'enfant pourrait souffrir à l'avenir de problèmes de sociabilité si celui-ci n'était pas adulé par le reste de la population[7].

Cependant, il est à noter que plusieurs études contredisent la théorie d'Adler, et ne trouvent aucun lien entre le fait d'être gâté et d'être enfant unique.

Conséquences[modifier | modifier le code]

Le fait pour un enfant d'avoir été gâté peut avoir pour conséquence des problèmes de sociabilité. Ainsi, n'étant pas habitué à ce qu'on lui refuse quoi que ce soit, celui-ci peut avoir du mal à accepter quelconque reproche ou critique adressé à son égard. En tant qu'adulte, l'enfant gâté peut faire preuve d'un manque de professionnalisme, d'une difficulté à contenir ses émotions (en particulier sa colère) et à gérer ses relations personnelles[8],[9].

Annexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « ICD 10 Codes for Psychiatry »
  2. (en) « APA Diagnostic Classification DSM-IV-TR » (consulté le 17 octobre 2011)
  3. (en) « DSM-5 »
  4. (en) Bruce J. McIntosh, « Spoiled Child Syndrome », Pediatrics, vol. 83, no 1,‎ January 1989, p. 108–115 (PMID 2642617, lire en ligne)
  5. a, b, c, d et e (en) Vidya Bhushan Gupta, Manual of Developmental and Behavioral Problems in Children, Inform Health Care,‎ 1999, 198–199 p. (ISBN 0824719387), « Spoiled Child Syndrome »
  6. (en) Glen P. Aylward, Practitioner's Guide to Behavioral Problems in Children, Springer,‎ 2003 (ISBN 0306477408), p. 35
  7. A. Adler, Problems of neurosis, New York, Harper and Row,‎ 1964
  8. (en) Leslie D. Weatherhead, Psychology Religion and Healing, READ BOOKS,‎ 2007, 272 p. (ISBN 1406747696)
  9. (en) Michael Osit, Generation Text, AMACOM Div American Mgmt Assn,‎ 2008, 59 p. (ISBN 0814409326)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Bruce J. McIntosh, « Spoiled Child Syndrome », Pediatrics, vol. 83, no 1,‎ January 1989, p. 108–115 (PMID 2642617, lire en ligne)
  • (en) Eileen Gallo, Jon J. Gallo, and Kevin J. Gallo, Silver Spoon Kids: How to Raise a Responsible Child in an Age of Affluence, McGraw-Hill Professional,‎ 2001 (ISBN 0809294370)