Enercoop

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Enercoop

alt=Description de l'image Enercoop.jpg.
Création 2005
Fondateurs Patrick Behm
Forme juridique Société Coopérative d'Intérêt Collectif (SCIC)
Slogan L'énergie militante
Siège social Drapeau de France Paris (France)
Direction Patrick Behm
Sociétaires 10 000 en juin 2013 dont Les Amis de la Terre et Biocoop[1]
Activité Fourniture d'électricité, aux particuliers et aux entreprises. Objectif : développement des énergies renouvelables
Produits Électricité d'origine 100 % renouvelable
Effectif Enercoop compte à l'heure actuelle (décembre 2012) trente salariés
Site web www.enercoop.fr
Capitalisation Enercoop est une coopérative à but non lucratif. Elle n'est pas cotée en Bourse.
Fonds propres 3.3M€ [2] (2013)
Chiffre d’affaires en augmentation 12 620 k€ (2013)[2]
en augmentation +44.4% en un an (8 739k€ en 2012, 12 620k€ en 2013

Enercoop est un fournisseur français d'électricité d'origine renouvelable. Son statut est celui d'une société coopérative d'intérêt collectif (SCIC) à capital variable et son objectif principal est le développement des énergies renouvelables en France. Cette activité s'inscrit dans le contexte de l'ouverture du marché de l'électricité intervenu progressivement en France, qui a conduit à une séparation des activités de production, de transport (qui restent un monopole public : RTE, ERDF), de distribution et de fourniture de l'électricité. Les particuliers (depuis juillet 2007) et les professionnels (depuis 2004) peuvent librement choisir leur fournisseur d'électricité.

Elle compte parmi ses administrateurs diverses sociétés et associations impliquées dans le projet dès son origine, parmi lesquelles : Biocoop, Greenpeace et La Nef[3]. Enercoop rassemble par ailleurs des professionnels des énergies renouvelables, des associations citoyennes, des collectivités locales, des acteurs de l'économie sociale et solidaire.

Enercoop se démarque des autres fournisseurs à la fois par sa forme coopérative et son offre d'électricité éthique[réf. nécessaire] et 100 % verte. La forme coopérative d'Enercoop permet de regrouper producteurs et consommateurs afin de garantir une traçabilité commerciale de l'électricité (la traçabilité physique de l'électricité étant impossible). Ce qui est facturé aux consommateurs est reversé aux producteurs « verts » de la coopérative.

Historique[modifier | modifier le code]

À l'origine d'Enercoop :

  • Un groupe de travail d'une vingtaine d'acteurs issus du monde des énergies renouvelables, des associations citoyennes et de l'économie sociale et solidaire : le CLER (Comité de Liaison des Énergies Renouvelables), la Compagnie du Vent, Espace Éolien Développement (éolien), Solagro (biogaz), Hespul (photovoltaïque), le réseau des magasins Biocoop, les associations Agir pour l'environnement, Greenpeace France, Les Amis de la Terre, etc..
  • Un objectif ambitieux : agir concrètement pour développer les énergies renouvelables en France et inciter à la maîtrise de l'énergie.

Fin 2005, Enercoop officialise son existence, dépose son nom et obtient le statut de SCIC. Ce statut, délivré par la préfecture, reconnaît l'utilité sociale et l'intérêt collectif d'Enercoop.

En septembre 2006, Enercoop reçoit l'agrément « entreprise solidaire » et commence à alimenter en électricité ses premiers consommateurs.

2006 : premier bilan[modifier | modifier le code]

L'année 2006 est marquée par le démarrage effectif de l'activité d'Enercoop, le 1er septembre. En moins de trois mois, près de 200 consommateurs avaient rejoint Enercoop.

En 2006, le marché de l'électricité n'étant pas encore ouvert à la concurrence pour les particuliers, les consommateurs sont des agriculteurs, professions libérales, associations et particuliers exerçant une activité professionnelle à domicile. Huit producteurs produisent plus de 1 000 000 kWh annuels : une centrale hydroélectrique, une petite éolienne et six toits solaires photovoltaïques.

530 membres rejoignent la coopérative, le capital social est alors de 232 000 euros.

Enercoop reçoit des subventions de la Fondation de France, du Conseil régional d'Île-de-France, de la Fondation MACIF, et de la Fondation du Groupe Chèque Déjeuner. Elle a des conventions avec le Conseil régional d'Île-de France et les clubs CIGALEs, Charte éthique des IUT, etc., et compte quatre salariés.

2009 : équilibre financier atteint[modifier | modifier le code]

Enercoop aborde l'année 2009 fort du soutien de 3 000 consommateurs. Le rythme auquel de nouveaux sociétaires et consommateurs rejoignent la coopérative a atteint les objectifs qui avaient été fixés en assemblée générale.

À la fin de l'année, la coopérative atteint l'équilibre financier, conformément aux prévisions. Le fournisseur en énergie verte se targue même d'être le meilleur fournisseur en termes de satisfaction des clients : « sur les 13 000 plaintes enregistrées en 2009 par le Médiateur de l'énergie, aucune ne concerne Enercoop » précise le communiqué[4].

En 2010, Le Chefresne devient la première commune cliente d'Enercoop[5],[6].

2011[modifier | modifier le code]

À la fin 2011, plus de 10 000 consommateurs ont rejoint la coopérative et 55 producteurs produisent plus de 44 GWh annuels : 39 éoliennes, onze toits solaires photovoltaïques, quatre centrales hydroélectriques et une centrale biogaz.

7 000 sociétaires constituent les six collèges de la coopérative, ce qui porte le capital social à 1,8 million d'euros.

Enercoop compte en octobre 2011 quatorze salariés.

2012[modifier | modifier le code]

En 2012, Enercoop compte 14 000 clients, 8 000 sociétaires et 30 salariés. Elle fournit une énergie qui s’élèvera en 2012 à 52 GWh produite par 89 producteurs : 50 éoliennes, 12 toits solaires photovoltaïques, 26 centrales hydroélectriques et 1 centrale biogaz[7].

2013[modifier | modifier le code]

En milieu 2013, Enercoop atteint, pour la quatrième année, l'équilibre économique[1]. Il compte 16 000 clients et 10 000 sociétaires.

Enercoop compte alors 6 coopératives régionales, en Bretagne, Champagne-Ardenne, Languedoc-Roussillon, Nord-Pas-de-Calais - Picardie, Provence-Alpes-Côte d'Azur et Rhône-Alpes.

En termes de production d'électricité, Enercoop dispose de 94 producteurs [2].

2014[modifier | modifier le code]

A la fin du premier trimestre 2014, Enercoop compte 20 000 clients à travers la France [8].

Objectifs[modifier | modifier le code]

Le premier objectif d'Enercoop est de développer la production d'électricité d'origine renouvelable et de favoriser les comportements énergétiques responsables chez ses consommateurs. Pour ce faire, Enercoop vise à rendre les énergies renouvelables plus compétitives en développant leur marché et à inciter à la réduction de consommation.

Développer le marché des énergies renouvelables consiste entre autres à rassembler les consommateurs prêts à se fournir exclusivement auprès de producteurs verts et à favoriser les investissements. Enercoop souhaite donc impulser et soutenir des investissements collectifs afin de développer localement de nouveaux moyens de production verts (éolien, biogaz, solaire et hydraulique).

L'objectif, une nouvelle politique énergétique locale : « Dans un objectif de décentralisation de la production et des décisions, l'idée est à terme de répéter ce modèle au niveau local et de réunir élus, consommateurs, producteurs et associations dans une démarche de service public décentralisé. Ce modèle ouvre la possibilité de construire une nouvelle politique énergétique locale plus viable à long terme et plus responsable, pour influencer les choses au niveau national dans un deuxième temps[9]. »

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

Enercoop achète de l'électricité à des producteurs d'électricité renouvelable eux-mêmes sociétaires de la coopérative. L'électricité est acheminée par les réseaux publics de transport et de distribution, auprès duquel Enercoop s'acquitte d'un droit d'accès proportionnel à son utilisation. L'électricité est ensuite facturée au consommateur final à un prix incluant le coût de l'énergie et le coût d'accès au réseau (via différentes taxes).

Commerce équitable[modifier | modifier le code]

La commercialisation de l'électricité par Enercoop s'inscrit dans le concept de commerce équitable. L'électricité est achetée aux producteurs au prix juste : différent suivant les filières (hydraulique, éolien, photovoltaïque, biogaz), le prix est fixé pour permettre un retour sur investissement suffisant pour assurer le développement de chaque filière[réf. nécessaire]. En payant ce prix juste, le consommateur participe concrètement au développement des énergies renouvelables.

Décision collective[modifier | modifier le code]

La SCIC est une nouvelle forme d'entreprise sociale qui s'inscrit dans le courant de l'économie sociale et solidaire et qui permet d'associer celles et ceux qui veulent agir ensemble dans un même projet. Dans l'organisation d'Enercoop, producteurs et consommateurs d'électricité ont les mêmes droits. Plus précisément, la coopérative est structurée en six collèges : producteurs, consommateurs, salariés, porteurs de projet, partenaires et collectivités locales. Ils sont tous représentés au Conseil d'Administration. Dans chaque collège, les décisions sont prises sur le principe coopératif « une personne = une voix ». En 2012, Enercoop regroupait plus de 8 000 sociétaires.

Utilisation des bénéfices[modifier | modifier le code]

Les statuts d'Enercoop imposent le réinvestissement d'au moins 57% des bénéfices dans des nouveaux moyens de production et des services de maîtrise de l'énergie[10]. Les bénéfices restants sont soit réinvestis dans la coopérative, soit viennent rétribuer les parts de capital des sociétaires au maximum à hauteur du TMRO (taux moyen de rendement obligataire, qui varie tous les six mois)[11].

Le développement de coopératives locales[modifier | modifier le code]

  • Objectifs :
    • investir dans des moyens de production d'énergie renouvelable en encourageant leur décentralisation géographique;
    • offrir aux sociétaires de la coopérative des moyens pour la diminution de leur consommation énergétique.
  • SCIC locales en activité :
    • En 2009 a été créée la première SCIC locale dans la région Champagne-Ardenne, elle est aujourd'hui en activité sur la proposition de services énergétiques et produit de l'énergie photovoltaïque via des panneaux solaires installés sur leurs locaux. Différents autres projets sont en cours et verront le jour dès 2011.
    • En septembre 2010 a été lancée Enercoop Rhône-Alpes et aspire aux mêmes ambitions. Des projets de petite hydraulique sont en cours de réalisation.
    • Enercoop Nord-Pas-de-Calais a été créée en 2011, suivie de Enercoop Languedoc-Roussillon en avril 2012.
    • Enercoop Provence-Alpes-Côte d'Azur, d'abord association de préfiguration créée début 2012 [12], est devenue une coopérative régionale en mars 2013. Elle compte sept producteurs d'énergie renouvelable (cinq hydrauliques, un éolien et un photovoltaïque) et plus de 1 000 clients dont trois communes (Forcalquier, la Motte-en-Champsaur et le Beaucet)[13].
    • Des associations de préfiguration se sont créées dans d'autres régions : Bretagne, Aquitaine, Midi-Pyrénées, Basse-Normandie et Haute-Normandie.

Perspectives[modifier | modifier le code]

Pour les prochaines années, Enercoop a des perspectives de développement ambitieuses mais néanmoins réalistes. En termes d’usagers, Enercoop alimente en électricité renouvelable plus de 16 000 usagers en juin 2013 après avoir fêté le 10000e usager en octobre 2011. Le but d'Enercoop est d'atteindre 150 000 clients en 2020[2]. Cet objectif est ambitieux du fait que le rythme actuel de croissance d'Enercoop est de 4 000 nouveaux contrats par an, ce qui reviendrait à 40 000 consommateurs en 2020.

Le modèle, à court/moyen terme, consiste à continuer à mettre en place les SCIC locales de production : des coopératives (ayant le même statut qu'Enercoop), réalisant la production et la commercialisation d'électricité. Ces coopératives permettent aux sociétaires d'investir dans de nouveaux moyens de production, et donc de consommer leur propre production. Elles raccourcissent la chaîne qui relie producteurs et consommateurs. Elles permettent donc de se couper de la dépendance au marché (les prix de l'électricité sur le marché connaissent des fluctuations très importantes). En outre, les SCIC locales permettent d'associer les collectivités territoriales intéressées par cette démarche de développement local.

Pendant la phase actuelle, celle de mise en place de ces projets, le nombre de producteurs admis au sein d’Enercoop augmente pour garantir l’équilibre entre énergie « verte » injectée sur le réseau de distribution et quantités soutirées par les usagers de la coopérative[réf. souhaitée].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b [PDF]ENERCOOP à l'équilibre pour la 4e année consécutive Enercop.fr, 27 juin 2013
  2. a, b, c et d Document: Le réseau enercoop & ses perspectives en 2013
  3. « Inscription au registre des sociétés - Nom des administrateurs »,‎ 2009 (consulté le 4 janvier 2009)
  4. L'Atelier, « Enercoop à l'équilibre financier », L'Atelier, Centre de ressources régional de l'économie sociale et solidaire,‎ 2010 (consulté le 11 janvier 2010)
  5. CP Enercoop [PDF]
  6. « Le Chefresne montre le bon exemple », l'âge de faire, no 41,‎ avril 2010.
  7. Dossier de Presse Enercoop 2012 [PDF]
  8. Enercoop fournisseur d'électricité verte s'installe en Aquitaine, site de France 3 Aquitaine, le 4 avril 2014, consulté le 17 avril 2014
  9. Histoire d'une coopérative verte et solidaire
  10. http://www.enercoop.fr/images/sites/dp_enercoop_2012.pdf
  11. http://www.tresor.economie.gouv.fr/4164_taux-moyen-de-rendement-des-obligations-des-societes-privees
  12. L'énergie verte se branche en PACA, article du journal régional Le Ravi
  13. Amandine Rancoule, L'énergie 100 % verte d'Enercoop, site de 20 Minutes Marseille, le 2 avril 2014, consulté le 8 avril 2014

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]