Enclave des papes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Enclave des Papes)
Aller à : navigation, rechercher
Enclave des Papes
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Vaucluse
Forme d'intercommunalité Communauté urbaine
Siège Valréas
Communes 4
Localisation
Situation de l'enclave des papes dans le département de la Drôme, par rapport au Vaucluse
Situation de l'enclave des papes dans le département de la Drôme, par rapport au Vaucluse

L'enclave des papes[1] est un espace géographique correspondant au Canton de Valréas, enclavé dans la Drôme, par les cantons de Nyons et de Saint-Paul-Trois-Châteaux et séparé du Vaucluse dont il fait partie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Accès et transport[modifier | modifier le code]

L'accès à l'Enclave des papes se fait uniquement par voie routière, les routes principales mènent à Nyons, Montélimar et Orange. Les villes connectées au réseau d'autocars départementaux qui dessert de multiples communes des alentours. Valréas est aussi reliée depuis Montélimar, par des bus du service TER de la SNCF, en correspondance avec les TGV. La ville fut pourtant desservie durant 60 ans, par une ligne de chemin de fer, la ligne de Pierrelatte à Nyons, fermée depuis 1951. Une ligne régulière de bus relie Montélimar, dans la Drôme à Valréas, via Dieulefit, avec une dizaine de voyages dans chaque sens[2].

L'Enclave des papes dispose également d'un aérodrome.

Relief[modifier | modifier le code]

Géologie[modifier | modifier le code]

La commune de Grillon, en particulier le village, se trouvent sur de la molasse burdigalienne appelée localement safre.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Plusieurs cours d'eau arrosent l'Enclave des papes :

Ainsi que trois de ses affluents :

Climat[modifier | modifier le code]

L'Enclave des papes est située dans la zone d’influence du climat méditerranéen. Les étés sont chauds et secs, liés à la remontée en latitude des anticyclones subtropicaux, entrecoupés d’épisodes orageux parfois violents. Les hivers sont secs et ensoleillés. L'ensoleillement annuel de Valréas est d'environ 2500 heures par an. Cependant, l'Enclave étant située à 110km à Vol d'oiseau de la Méditerranée (à Martigues)[7] , quasiment à la limite nord de la culture de l'olivier, certains préfèrent plutôt parler d'un climat méditerranéen à influence semi-continentale, comme dans le Haut-Var, les Alpes de Haute-Provence.

Enfin, le Mistral peut y souffler[8], aggravant alors la sensation de froid ressenti.

Mois
Janv Fév Mars Avr Mai Juin Juil Août Sept Oct Nov Déc Année
Températures maximales moyennes (°C) 8 10 15 17 22 26 29 29 24 19 12 9 17,3
Températures minimales moyennes (°C) 2 3 5 7 11 15 17 17 14 11 6 3 9,3
Températures moyennes (°C) 4 6,5 10 12 16,5 20,5 23 23 19 15 9 5,5 13,3
Moyennes mensuelles de précipitations (mm) 41,8 27,5 27,2 60,9 49,9 33,2 33,3 29,1 68,5 92,3 68,7 40,9 573,3
Source : Données climatologiques de Valréas (Vaucluse) 2000-2007

Histoire[modifier | modifier le code]

Carte de Cassini, section 121 (Vaison) (vers 1750): aggrandissement et mise en évidence par coloriage des différentes enclaves (Comtat venaissin, Provence, Principauté d'Orange) en bas-Dauphiné.

Au Moyen-Âge, les Papes voulurent étendre leur État, le Comtat Venaissin, vers le nord.

Pour ce faire, le 30 août 1317, le pape Jean XXII acheta à Jean II et Guy, son frère, Dauphin du Viennois, Valréas, la ville, son château et son territoire, pour la somme de 16000 livres tournois (cette vente est ratifiée le 13 septembre). [9] .

La même année 1317, la commanderie templière de Richerenches, attribubée aux Hospitaliers, fut donnée par ceux-ci au pape.[10]

Visan fut acquise en 1344[11].

En 1383, le pape Clément VII échangea Grillon contre ses possessions de Montélimar (la moitié de la ville)[9].

Par la suite, Rousset et le hameau de Saint-Pantaly, et Bouchet passèrent dans le Comtat, formant alors une « enclave » bien plus grande que ce qu'elle est aujourd'hui, comme nous le montre la section de Vaison de la carte de Cassini du secteur (des environs de 1750)[1].

Le 8 janvier 1658, devant les nombreux problèmes créés par la douane française lors du passage à travers le bande de terre relevant du Dauphiné, la communauté de Valréas achèta au Comte de Suze le passage du « petit Barberas », au sud de Bouchet[9], permettant de relier l'enclave de Valréas à la majeur partie du Comtat. Cet achat fut reconnu par acte de la reconnaissance des signatures reçues par Maître Jacques André, notaire apostolique et royal de Suze[12].[9]

Malgré les démarches à la Cour de France et à Rome, l'incorporation effective de ce passage en territoire du Comtat fut beaucoup contrariée pour des raisons politiques (volonté du Royaume de France d'affaiblir l'Etat papal[9]).

En 1668, l'assemblée des Etats décida que le pays contribuerait pour moitié aux frais de douane et Valréas et les communes criconvoisines pour l'autre moitié[9].

Cependant, le Comtat possédait d'autres enclaves [13]:

- enclaves du Comtat Venaissin en Dauphiné[14], visibles sur la carte de Cassini de la section Vaison [2] : Les Pilles, Valouse, Saint-Raphaël (Solérieux), Eyrolles (ces enclave seront par la suite rattachées au département de la Drôme);

- enclave du Comtat Venaissin en Provence : Bonnieux

(N.B. : à l'inverse, une enclave du Dauphiné en Comtat Venaissin était représenté par Saint-Marcellin près de Vaison).

A la Révolution, Avignon et le Comtat Venaissin, possessions papales, furent annexés à la France à la France le 14 septembre 1791. Le 28 mars 1792, ces territoires en formèrent deux nouveaux districts, Avignon dans les Bouches-du-Rhône et Carpentras dans la Drôme.

Le 12 août 1793 fut créé le département de Vaucluse, constitué des districts d'Avignon et de Carpentras, de ceux d'Apt et d'Orange, qui appartenaient aux Bouches-du-Rhône, ainsi que du canton de Sault appartenant aux Basses-Alpes.

En 1800 eut lieu la modification des limites départementales, Suze-la-Rousse étant rattachée à la Drôme, ce qui eut pour conséquence l'enclavement du canton vauclusien de Valréas.

Les habitants de certains anciens fiefs du Comtat Venaissin choisirent d'être rattachés à la Drôme en 1793: Rousset-les-Vignes (et Saint-Pantaléon), Bouchet ; et, hors Enclave : Solérieux, Rochegude (possession à 50 % du Comtat Venaissin et à 50 % du Dauphiné, qui choisit à la majorité d'être rattaché à la Drôme).

On ne peut que regretter que la délimitation définitive du département de Vaucluse ne se soit pas inspirée de la situation de 1658, ce qui aurait eu pour résultat de ne pas constituer d'Enclave dans la Drôme (en incorporant Barbaras au sud de Bouchet), et de restituer sous leur dépendance historique d'Avignon les communes de Rousset et Saint-Pantaléon, qui n'étaient pas dauphinoises.


En 1897, la ligne de chemin de fer Nyons–Pierrelatte atteint la ville de Valréas qui en profite pour développer son industrie et devient ainsi la capitale mondiale du cartonnage.

Durant la Seconde Guerre mondiale, le 12 juin 1944, 53 résistants sont exécutés à Valréas (Mur des fusillés). Leurs corps sont emmenés dans la chapelle des pénitents blancs.

Le 31 décembre 1992, création de la communauté de communes de l'Enclave des Papes. Celle-ci a fusionné avec la communauté de communes du Pays de Grignan (Drôme) pour former la communauté de communes de l'Enclave des Papes–Pays de Grignan au 1er janvier 2014.

Administration[modifier | modifier le code]

Les territoires de l'Enclave des papes, du canton de Valréas, sont composés des communes suivantes :

Ces villages font partie, depuis janvier 2014, de l'intercommunalité Enclave des Papes-Pays de Grignan Communauté de communes Enclave des Papes-Pays de Grignan.

Démographie[modifier | modifier le code]

Démographie de l'Enclace des papes depuis la Révolution française[15]
Communes 1793 1851 1901 1954 1999 2010
Grillon 955 1 397 1 080 760 1 686 1 706
Richerenches 504 710 566 369 616 696
Valréas 3 640 4 713 5 408 5 629 9 425 9 800
Visan 2 000 2 283 1 804 1 283 1 612 1 932
Total général 7 099 8 803 8 778 7 041 13 339 14 134

Économie[modifier | modifier le code]

Industrie[modifier | modifier le code]

Premier centre français de l'industrie du cartonnage, celle-ci a longtemps été la principale source d'emplois de Valréas et des communes alentour. Apparu à Valréas dès les débuts de l'ère industrielle au XIXe siècle le cartonnage n'a cessé de se développer au XXe siècle jusque dans les années 1990. Sur le déclin, cette activité reste présente sur la commune même si elle est moins active que par le passé.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Pour son hébergement touristique, les communes de l'enclave disposent d'hôtels, de gîtes, de chambres d'hôtes et de campings. Les propositions touristiques sont multiples : festivités, Histoire locale et monuments, chemin des Bornes papales, oenotourisme, notamment.

Agriculture[modifier | modifier le code]

La viticulture est la première activité agricole de l'enclave. De tradition viticole remontant au Moyen Âge, l'enclave est située au sein de plusieurs appellations d'origine contrôlée (A.O.C) : Côtes du Rhône, Côtes-du-Rhône villages et Coteaux du Tricastin.

Autre activité agricole importante, la culture et la distillerie du lavandin qui représente pas moins de 500 hectares de cultures à l'échelle de l'enclave des Papes.

Le secteur est également connu et réputé pour son sous-sol propice au diamant noir : la truffe. Des marchés aux truffes ont lieu régulièrement, notamment à Richerenches où prend place le plus important marché aux truffes d'Europe.

Le terroir riche et varié de la commune permet également la présence de multiples autres cultures : l'huile d'olive et l'olive noire de Nyons (AOC), l'élevage d'agneaux, la production fromagère avec le Picodon (AOC), la culture du blé dur, la production fruitière (abricot, melon, cerise) et légumière (asperge).

Vie locale[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Les écoliers et étudiants de l'Enclave des papes disposent de plusieurs établissements scolaires, de la maternelle au lycée. Les universités les plus proches se situent à Avignon et Aix-en-Provence.

Les élèves de Valréas peuvent effectuer leur cursus intégralement sur la commune, de la maternelle au lycée :

  • École Jules-Ferry ;
  • École Marcel-Pagnol ;
  • École Saint-Gabriel (privée) (Petit-Nice) ;
  • Collège Vallis Aeria ;
  • Collège privé Saint-Gabriel ;
  • Lycée professionnel européen Ferdinand-Revoul ;
  • Lycée Agricole Privé Saint-Dominique.

Pour les élèves de Grillon, la commune possède une école maternelle et une école élémentaire[16]. Concernant les élèves de Richerenches, la commune possède une école élémentaire[16]. Ceux habitant Visan, débutent leur scolarité à l'école maternelle et école élémentaire de la commune, le groupe scolaire Josette Constant[16]. Ils poursuivent tous leurs études au Collège Vallis Aéria à Valréas[17].

Sports[modifier | modifier le code]

Le territoire de Valréas possède diverses installations sportives (Gymnase du Vignarès, gymnase du groupe scolaire Marcel-Pagnol, stade et gymnase du lycée Revoul, Parc des sports - stade Albert Adrien, stade de moto-ball des Plans, piscine et gymnase municipaux, boulodrome couvert, tennis, etc.) ainsi que des sentiers balisés de randonnée (dont le passage du chemin de grande randonnée (GR) 9 et le circuit des Bornes papales).

Le 26 juillet 1998 a eu lieu le départ de la 14e étape du Tour de France 1998 reliant Valréas à Grenoble et 20 juillet 2004 Valréas est la ville départ de la 15e étape la reliant à Villard-de-Lans lors du Tour de France 2004.

Entre Valréas et Visan : Sports aériens à l'aérodrome de Valréas - Visan. Sports mécanique avec le Moto-Ball Club de Valréas. Un parc de loisirs familial, le Fun Parc Aventure de Richerenches, permet la pratique du laser ball ainsi que quad et kart cross, A Richerehches[18]. Deux club de football : Avenir Sportif de Richerenches et U.S. Grillonnaise.

Santé[modifier | modifier le code]

Les professionnels de santé sont présents dans l'Enclave des papes : à Valréas, la commune dispose d'un centre hospitalier, de pharmacies et de divers médecins. L'on trouve sur la commune de Visan un médecin, trois infirmières, un kinésithérapeute, une pédicure-podologue et une pharmacie. À Grillon, présence d'un médecin, un dentiste, une pharmacie et un cabinet d’infirmières sur la commune[19].

Culte[modifier | modifier le code]

L'Enclave des papes dispose de plusieurs lieux de cultes. La paroisse catholique a toujours été rattachée au diocèse d'Avignon, et non à celui de Valence, dans la Drôme, tout au long de l'Histoire de l'Enclave. Cette particularité est à l'origine de l'identité de l'Enclave[20]. La paroisse dépend, de nos jours, du diocèse d'Avignon, doyenné de Vaison-la-Romaine - Valréas[21]. Chaque commune de l'Enclave dispose de son église.

Les membres de l'Église réformée de France dispose d'un temple en activité[22].

Culture[modifier | modifier le code]

Festival de cinéma en plein air de Visan[modifier | modifier le code]

Ce festival de Cinéma en plein air a été fondé en 2009, par une petite équipe d'amis et bénévoles, il se déroule chaque année durant la première quinzaine d'août pendant cinq jours dans le centre ancien du village[23].

Il propose des films du répertoire classique des origines à la fin des années 1960, ainsi que des expositions et des conférences avec des acteurs du monde cinématographique. Il est la principale manifestation de la saison estivale de Visan.

Patrimoine[modifier | modifier le code]

L'une des portes de la partie médiévale du bourg

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

à Grillon
  • Le Vialle de Grillon, partie historique du bourg, au sommet d'une butte de safre (sable jaune à grésification irrégulière d'âge helvien).
  • Anciennes portes (dont une devenue beffroi) et restes de fortifications (remparts du XIIe siècle).
  • Bornes papales.
  • Hôtel de Tourville, style Renaissance.
  • Maison Milon, style Renaissance.
  • Maison des Trois-Arcs, style Renaissance.
à Richerenches
à Valréas
  • Hôtel de Simiane (XVIe siècle, Renaissance), actuel hôtel de ville. La partie du château construite sur la place Aristide-Briand a été construite à partir de 1639 pour Louis II de Simiane (mort en 1654)[26], seigneur de Truchenu, Sèderon, Chalançon, marquis d'Esparron en 1651, par le maître maçon de Cavaillon, Bernard Moureau, sur les plans de l'architecte avignonnais François de Royers de la Valfrenière (1575-1667). Le décor d'une des salles célèbre son mariage avec Louise de Montaynard le 23 octobre 1620. Son petit-fils, Louis III de Simiane (mort le 3 février 1718), seigneur de Truchenu, Chalançon, marquis d'Esparron, dit le marquis de Simiane, qui avait épousé le 29 novembre 1695 Pauline de Grignan, petite-fille de la marquise de Sévigné, y naquit. Il a été lieutenant-général du gouvernement de Provence en 1715.
  • Tour Ripert (XIIe siècle), trône au sommet de la colline, au cœur du centre historique.
  • Hôtels particuliers des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles, dont l'Hôtel d'Inguimbert.
  • Tour et Convent des Cordeliers.
  • La tour de Tivoli reste le seul vestige de l'enceinte primitive, remplacée aujourd'hui par une ceinture de boulevards.
  • Le Mur des fusillés, inscrit au titre des monuments historiques depuis 1981
  • Le Café de la Paix de Valréas, inscrit au titre des monuments historiques depuis 1986
à Visan
  • La Rue des Nobles avec ses maisons du XVe siècle.
  • L'Hôtel-Dieu dont la fondation remonte au XIVe siècle, et le bâtiment actuel au XVIIIe siècle.
  • l'Hôtel de Pélissier[27] construit entre 1740 et 1770 par Joseph Pélissier de Saint Ferréol, président du tribunal ecclésiastique de Carpentras et auditeur à la Sainte Rote. L'hôtel de Pélissier a été inscrit au titre des monuments historiques le 1er mars 2012[28].
  • Des ruines d'un château du XIIe siècle.
  • Des restes de remparts avec deux portes (porte du Puy Barret XIVe siècle et porte Saint-Martin début XVe siècle).
  • Au nord du village, la chapelle Saint-Vincent, petit édifice en pierre, récemment restaurée accueille des cérémonies liées à saint Vincent, patron des vignerons, et dont la date se remémore facilement autour du 20 janvier : tel jour Noël, tel jour l'An, tel jour Saint-Vincent.
Article détaillé : Proverbes vignerons.
  • Maison Butscher, dite La Maison Bulle : ce bâtiment d'architecture contemporaine est inscrit aux monuments historiques, depuis 2011[29].

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  • Église Sainte-Agathe (XIVe siècle) de style gothique, à trois nefs), à Grillon.
  • Oratoire Notre-Dame-du-Sacré-Cœur (1946), à Grillon.
  • Statue d’une Vierge Noire, Notre-Dame de Coronne. Cette vierge noire a été datée du XIIIe siècle. Trois siècles plus tard, la chapelle de Bolboton, dédiée à cette Vierge Noire, portait le nom de Notre-Dame des Veilles, comprendre les Vieilles, sous-entendues Richerenches.
  • Église reconstruite au début du XVIe sur la base d'une église templière achevée en 1147 et détruite avec l'abolition de l'Ordre du Temple[30].
  • La Chapelle Notre-Dame-de-Bon-Rencontre (XVIIe), à Richerenches
  • La Chapelle Saint-Alban, à Richerenches
  • Oratoires (Saint-Joseph, de la Vierge et Saint-Yriez), à Richerenches
  • La Chapelle Notre-Dame-des-Vignes de Visan (MH), à l'est du village. Elle est considérée comme l'une des plus belles chapelles rurales du département. Son nom primitif était Notre-Dame-d'Entre-les-Vignes en 1492. Les marques de tacherons gravées sur les pierres taillées font remonter sa construction au XIIIe siècle. Sur son arc triomphant, est placée cette inscription « Posverunt me cvstodem in vineis », « Ils m'ont placée comme gardienne de leurs vignes »[31].
  • L'église Saint-Pierre.
à Valréas
Cette église comprend des orgues classés monuments historiques[33].
Le chemin de croix a été réalisé par le peintre Jean-Louis Ploix.
  • L'ancienne synagogue du XVIe siècle, implantée au cœur de l'enclave des papes à Valréas, a été aménagée en restaurant « Au Délice de Provence »[34], [35].
  • Chapelles des pénitents blancs (XVIe siècle) et des pénitents noirs (XVIIe siècle).

Personnalités liées à l'Enclave[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Se note aussi « Enclave des Papes » bien que, s'il s'agit d'un nom propre, il peut prendre une majuscule, mais un nom propre ne s'accorde pas en nombre, c'est-à-dire ne doit pas être mis au pluriel.
  2. Ligne no 35 : Montélimar - Valréas, via Dieulefit
  3. Sandre, « Fiche cours d'eau - Le Lez (V52-0400) » (consulté le 9 novembre 2013)
  4. Sandre, « Fiche cours d'eau - La Coronne (V5210560) » (consulté le 9 novembre 2013)
  5. Sandre, « Fiche cours d'eau - l'Hérin (V5220520) » (consulté le 9 novembre 2013)
  6. Sandre, « Fiche cours d'eau - Le Talobre (V5220500) » (consulté le 9 novembre 2013)
  7. « Vol d'oiseau »
  8. La climatologie du Vaucluse
  9. a, b, c, d, e et f Jean PAGNOL, Valréas et "l'enclave des papes", tome 1, Aubenas, LIENHART,‎ 1979, 298 p.
  10. Jean Pagnol, Valréas et l'Enclave des Papes: documents et témoignages, Avignon, Editions A. Barthelemy,‎ 1993, 141 p.
  11. Charles-Laurent Salch, Dictionnaire des châteaux et des fortifications du Moyen-Âge en France, Strasbourg, Publitotal,‎ 1979, 1287 p. (ISBN 2-86535-070-3)
  12. Lettre de M. le Comte de Suze aux Consuls de la ville et hommage de Barbaras en faveur de la Révérende Chambre, archives de Valréas, N° pièce 164.
  13. « carte du Comtat en 1745 »
  14. Michel de la Torre, Drôme: le guide complet de ses 371 communes, Deslogis-Lacoste,‎ 1992 (ISBN 2-7399-5026-8)
  15. selon les fiche INSEE des diverses communes
  16. a, b et c Enseignement publique primaire en Vaucluse
  17. Carte scolaire du Vaucluse
  18. Les loisirs de Richerenches
  19. Santé
  20. Histoire cultuelle de l'Enclave des papes
  21. http://diocese-avignon.fr/spip/-Doyenne-de-Vaison-la-Romaine-
  22. temple de Vlréas
  23. Festival de Cinéma en Plein Air de Visan
  24. Commanderie templière de Richerenches
  25. Infos patrimoine(s) Provence-Alpes-Côte d'Azur : Maison des Notaires
  26. Généalogie des Simiane - branche des Truchenu
  27. Patrimoine(s) en Provence-Alpes-Côte d'Azur : Hôtel de Pélissier
  28. Liste des immeubles protégés au titre des monuments historiques en 2012
  29. « Maison Butscher, dite La Maison Bulle », base Mérimée, ministère français de la Culture
  30. Patrimoine
  31. Robert Bailly, op. cit., p. 470.
  32. « Église Notre-Dame-de-Nazareth », base Mérimée, ministère français de la Culture
  33. « Orgue », base Palissy, ministère français de la Culture, « Buffet d'orgue », base Palissy, ministère français de la Culture et « Partie instrumentale de l'orgue », base Palissy, ministère français de la Culture
  34. le restaurant « Au Délice de Provence », implanté au cœur de l'enclave des papes à Valréas, a été aménagé dans l’ancienne synagogue du XVIe siècle
  35. L’histoire des communautés juives. En 1247, une rumeur de crime rituel à Valréas entraîne vers le bûcher la totalité de la petite Communauté. En 1569 – 1570 il est fait état de nombreuses ventes de biens juifs, notamment à Pernes et à Valréas.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Robert Bailly, Dictionnaire des communes du Vaucluse, Éd. A. Barthélemy, Avignon, 1986. (ISBN 2903044279)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]