Empire hunnique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Empire des Huns)
Aller à : navigation, rechercher

L'Empire hunnique est un système de domination du type « empire des steppes »[1] construit autour du peuple des Huns, d'abord en Asie centrale, puis en Europe à partir de 375.

Il connaît son apogée sous le règne d'Attila, alors que, solidement établi en Pannonie, aux frontières des Empires romains d'Orient et d'Occident, il lance une offensive en Gaule (451), puis en Italie (452). Mais les revers subis à ce moment, puis la mort d'Attila (453), marquent le début de son effondrement en Europe, tandis qu'en Asie, la domination hunnique se prolonge jusqu'en 484.

Représentation du XIXe siècle de la charge des Huns déferlant sur l'Italie. S'enfuyant en 452 devant l'Empire hunnique, des Romains abandonnent la Vénétie pour les îles de la lagune, où ils fondent Venise.

L'Empire hunnique n'est pas fondé sur la domination de territoires, mais sur un processus de conquêtes de territoires, abandonnés par la suite ; d'autre part, il n'est pas fondé sur la domination exclusive des Huns sur les peuples vaincus, mais sur l'intégration de ceux-ci au sein de l'armée hunnique en vue de nouvelles conquêtes ; l'exemple le plus notable de cette intégration est celui des Ostrogoths, de 375 à 455.

Les Huns en 450

L'Empire hunnique en Europe (IVe siècle et Ve siècle)[modifier | modifier le code]

Les Huns dans les steppes de la mer Caspienne et de la mer Noire[modifier | modifier le code]

Les Huns sont un peuple « turco-mongol » originaire des steppes de l'Asie centrale[2].

Les Alains, installés entre la Volga et le Don, sont les premiers subjugués, vers 370.

Les Huns atteignent ensuite la zone dominée par les Goths entre le Don et le Danube.

Dans les années 370, le royaume des Greuthungues, au nord de la mer Noire, alors dirigé par Ermanaric s'effondre sous le choc de leur arrivée. Les Greuthungues se soumettent dans l'ensemble ; intégrés à l'Empire hunnique, ils sont ensuite connus sous le nom d'Ostrogoths.

En revanche, les Thervingues, au nord du Danube, refusent la soumission. Une partie suit le roi arien Fritigern et entre dans l'Empire romain d'Orient en 376, rejoints par un certain nombre de Greuthungues dirigés par Alatheus et Safrac. Ces Goths sont dès lors connus comme Wisigoths ; après avoir vaincu une armée romaine à Andrinople (378), les Wisigoths sont installés en Mésie par Théodose (traité de 382). Les Thervingues païens d'Athanaric se réfugient dans les Carpates, mais au début des années 380, Athanaric se rallie à l'Empire romain (il meurt à Constantinople vers 381).

Les Goths intégrés à l'armée nomade adoptent dans les années qui suivent leur mode de vie et la modification crânienne qui leur est caractéristique, pratiquée sur les crânes des nourrissons.

Dans son passage en Europe orientale, l'Empire intègre aussi des combattants parmi les Gépides, les Hérules, les Ruges, les Skires, les Bastarnes, les Carpes, les Peucins.

Les Huns en Europe centrale[modifier | modifier le code]

À la fin du IVe siècle et dans la première moitié du Ve siècle, les Huns poursuivant leur avance vers l'Ouest. L'armée hunnique s'installe à l'ouest des Carpates dans la plaine de Pannonie (actuelle Hongrie), qui présente un caractère steppique comme les plaines de la Volga et du Don.

Ils mettent en mouvement d'autres peuples germaniques, ce qui est peut-être une des causes de l'invasion de 407 par les Vandales, les Suèves et les Burgondes. Au début de 407, la défense romaine à Mayence est submergée et la Gaule est envahie. Vers 411, les Burgondes sont installés comme fédérés dans la région de Worms ; les Suèves quittent la Gaule et gagnent la Gallaecia en Espagne ; les Vandales envahissent aussi l'Espagne, avant de conquérir l'Afrique romaine en 429.

En 405, un groupe d'Ostrogoths, dirigé par Radagaise, issu de l'Empire hunnique, envahit l'Italie, mais est vaincue par Stilicon à Florence.

Les Huns sont alors une menace pour les deux Empires romains, mais leurs dirigeants s'efforcent d'éviter la confrontation. Ils acceptent de payer ce que les Huns considèrent comme un tribut et les Romains des subsides à des alliés. Des otages sont échangés : on peut citer l'exemple d'Aetius, qui séjourne un long moment à la cour hunnique au début du Ve siècle. Les Romains recrutent des soldats parmi les Huns volontaires qui sont incorporés dans l'armée romaine. Malgré tout, il y a aussi des périodes de tension.

L'Empire hunnique avant le règne d'Attila[modifier | modifier le code]

Dans les années 410-420, l'Empire est dirigé conjointement par deux rois, Octar, qui meurt vers 430, et Rugila, mort en 434. Ils ont un frère, Moundzouk, qui a peut-être été roi avant eux  : il est le père de Bleda et d'Attila, qui deviennent rois des Huns en 434, conjointement jusqu'à la mort de Bleda dans les années 440.

De nature nomade, cet empire peut difficilement être décrit en termes de limites géographiques en dehors de cet acmé (extension maximale). Il n'a pas de capitale fixe, mais la réception des ambassades a lieu dans la tente du grand-roi et seigneur de la guerre, qui fait office de palais au beau milieu du campement de la horde. C'est dans cet environnement que grandit Aetius.

Le règne d'Attila[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Attila.
L'apogée de l'empire hunnique en Europe est atteint en 450 : il y atteint sa plus grande extension. ces derniers font tout pour éviter la confrontation (paiement de tribut). Peu de royaumes sont formés à ce moment sur le continent : le royaume franc est en Gaule belgique ; le royaume armoricain laisse la terre de Bretagne hors de l'Empire romain, le royaume des Burgondes est fédéré en Occident, le royaume suève a également reçu le foedus; quant au royaume wisigoth, son apogée sera dans les années 500

L'armée d'Attila qui envahit la Gaule romaine est alors une coalition hétéroclite de peuples parmi lesquels Burgondes, Alamans, Thuringes, Gépides, Suèves, Ruges, Skires, Hérules et même Francs reconnaissent les Huns en tant qu'aristocratie dominante.

La fin de l'Empire hunnique en Europe[modifier | modifier le code]

La fin de l'Empire hunnique en Europe, marquée par un délitement dans un conflit successoral après la mort d'Attila, mais aussi par une rébellion des peuples germaniques soumis, en particulier les Gépides et les Ostrogoths. L'événement essentiel est la bataille de la Nedao (454), où les Gépides d'Ardaric et les Ostrogoths vainquent les fils d'Attila, Ellak, Ernakh et Dengizik.

Chronologie[modifier | modifier le code]

L'ère des Huns, de 73 en Chine à 484 en Perse, en passant par l'Europe, connaît une période de migration amorcée en 316 par une invasion du nord de la Chine, qui s'achève en Europe en 455 mais se poursuit en Perse après 484.

L'empire des Huns s'étendit des steppes de l'Asie centrale jusqu'à l'actuelle Allemagne, et du Danube jusqu'à la mer Baltique.
  • 73-91 : guerre des Huns en Chine.
  • 316 : les Xiongnu (Hsiung-nu) envahissent le Nord de la Chine : début de l'Empire hunnique.
  • 350 : les Huns envahissent la Perse et l’Inde.
  • 352-354 : guerre des Huns contre les Alains.
  • 357 : les Alains rallient l’armée des Huns en Asie occidentale.
  • 371 : l’empire des Ostrogoths est aux mains des Huns ; entrée de l'Empire hunnique en Europe.
  • 375 : forte poussée des Huns qui détruisent le royaume ostrogoth en Russie du Sud.
  • 376 : les Wisigoths qui occupent une partie de la Dacie depuis 150 ans, demandent aux Romains sous la pression des Huns, l’autorisation de traverser le bas Danube. La permission est accordée.
  • 378 : invasion de la Thrace par les Goths et d'autres peuples (dont les Taïfales) en révolte contre les vexations imposées par les fonctionnaires romains mais surtout en raison de la famine que les romains avaient volontairement provoquée.
  • 395 : naissance d’Attila, roi des Huns[réf. nécessaire].
  • 400 : capture et exécution du général goth Gaïnas par le roi hun Uldin.
  • 422 : l’empereur Théodose II accepte de payer un tribut aux Huns en échange de la paix.
  • 423 : 40 000 Huns sont incorporés comme mercenaires dans l’armée romaine.
  • 423 : Rome cède aux Huns la province de Savie.
  • 430 : les Huns hephthalites, établis en Asie centrale, attaquent la Perse.
  • 430 : Byzance paie un tribut annuel de 113 kg d’or aux Huns.
  • 434 : début du règne d’Attila, roi des Huns (fin en 453).
  • 434 : Ruga partage l’empire des Huns entre ses deux neveux Attila et son frère Bleda avant de mourir.
  • 434 : les Huns doublent le tribut de Rome (226 kg d’or).
  • 434 : les armées de Théodose II sont défaites par les Huns en Thrace.
  • 436 : les Burgondes sont battus à Worms par les Huns mercenaires de l’Empire romain.
  • 443 : en août, première paix d'Anatole avec Constantinople.
  • 445 : Attila assassine son frère Bleda et devient le seul monarque des Huns.
  • 447 : les Huns conduits par Attila traversent le Danube, envahissent la Thrace.
  • 447 : les Huns forcent les Romains à payer un lourd tribut (le triple du précédent).
  • 447 : les Huns obligent les Romains à se retirer d’une large bande de terre sur les bords du fleuve.
Itinéraire reconstitué des invasions en Europe de l'ouest lors de l'an 451, jusque les Champs Catalauniques.

... ? : fin de la domination des Huns ?

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cf. René Grousset en bibliographie
  2. source « Histoire romaine », Marcel le Glay