Empereur romain germanique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Empereur des Romains
Image illustrative de l'article Empereur romain germanique
Armoiries impériales

Image illustrative de l'article Empereur romain germanique
François II
(dernier empereur des Romains)

Création
(Otton Ier reprend le titre)
Titre Romanorum imperator
Abrogation
(abdication de François II)
Premier titulaire Otton Ier
Dernier titulaire François II

L’empereur romain germanique est le vocable sous lequel est désigné le souverain du Saint-Empire. Le titre officiel d’empereur des Romains étant contesté par les empereurs byzantins, l’historiographie a consacré l’usage du terme d’empereur romain germanique. Il était élu par le collège des princes-électeurs. Du XIVe siècle au XVIIe siècle, ces princes sont au nombre de sept.

Selon les usages de la chancellerie impériale, notamment sous Charles Quint, la titulature complète en était « par la divine clémence, empereur des Romains toujours auguste », « divina favente clementia Romanorum imperator semper augustus » en latin. À cela, s’ajoutait selon les époques les diverses autres possessions personnelles ; ainsi Joseph II avait pour titulature complète : « Joseph, par la divine clémence empereur des Romains toujours auguste, roi de Germanie, de Jérusalem, de Bohême, de Hongrie, de Dalmatie, de Croatie, de Slavonie, de Galicie et de Lodomérie, archiduc d’Autriche, grand-prince de Transylvanie, prince de Souabe, duc de Bourgogne, de Lothier, de Brabant, de Limbourg, de Luxembourg, de Gueldre, de Silésie, de Milan, de Mantoue, marquis de Moravie, de Burgau, de Lusace, comte de Habsbourg, de Flandre, de Tyrol, de Hainaut, de Kybourg, de Gorice et de Gradisca, de Namur, seigneur de Malines ».

Entre le moment de son élection et son couronnement, ce prince était titré roi des Romains. Les conflits permanents entre le pape et les empereurs puis la réforme protestante modifièrent cet usage au XVIe siècle. Sur le modèle des évêques qui portaient le titre d’évêque élu entre leur élection et leur consécration, Maximilien Ier décida, en 1508, de se faire appeler « empereur élu des Romains » (electus Romanorum imperator), faute d’avoir pu être couronné par Jules II. Après un retour à la tradition sous son petit-fils et successeur Charles Quint, couronné par le pape en 1530, Ferdinand Ier et ses successeurs se contentèrent du titre introduit sous Maximilien Ier.

Voir aussi[modifier | modifier le code]