Emmanuel Martineau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Martineau.

Emmanuel Martineau, né le 16 septembre 1946 à Bordeaux, est un philosophe, philologue et traducteur français. Il est d'abord connu pour sa traduction de l'allemand en français d' Être et temps de Martin Heidegger en 1985.

Biographie[modifier | modifier le code]

Élève de l'École normale supérieure de 1966 à 1971, il passe l'agrégation externe de philosophie en 1970. Il devient attaché puis chargé de recherches au CNRS entre 1974 et 1988, année où il démissionne. Il rédige alors une thèse de doctorat sur l'ontologie de la spécificité, qu'il soutient en 1993 à l'université de Paris X.

Il a par ailleurs enseigné la philosophie, comme directeur des séminaires d'agrégation de l'ENS-Fontenay-St-Cloud en 1985-87, puis comme professeur dans l'enseignement secondaire de 1996 à 2009.

La traduction d’Être et temps[modifier | modifier le code]

Méthode[modifier | modifier le code]

Il publie en 1985 la première traduction intégrale d’Être et temps de Martin Heidegger chez Authentica. Ce travail est effectué avec beaucoup de rapidité, en quelque six mois. Il note dans son avant-propos : « Entreprise en juillet 1984, la traduction a été achevée le 3 février 1985, et éditée au cours des mois suivants ». Pour cette traduction il est amené à effectuer un travail sur la langue française, créant des néologismes, remettant à jour des mots oubliés, ou revenant à leur sens étymologique (tel que, par exemple, "guise") afin de rester aussi proche que possible de la langue de Heidegger.

Parution hors commerce[modifier | modifier le code]

L'édition est hors-commerce. Dans son avant-propos il note : « Cette édition hors commerce d’Être et Temps a été réalisée “au compte du traducteur”, qui a souhaité en offrir le nombre réduit d’exemplaires à ses amis ». En effet, Gallimard bénéficie des droits pour cinquante ans suivant la parution. En 1964, cet éditeur a publié une traduction partielle de Rudolf Boehm et Alphonse de Waelhens puis, en 1986, une traduction intégrale de François Vezin (dont l'exclusivité court donc jusqu'en 2036). Cependant, la traduction de Martineau est reconnue rapidement comme une traduction de référence. Elle est pour cette raison largement répandue, bien que diffusée gratuitement de façon strictement privée.

Polémique[modifier | modifier le code]

Dans l'avant-propos de sa traduction, et par la suite également, Emmanuel Martineau se montre particulièrement virulent par rapport à ses traducteurs concurrents François Vezin et François Fédier.

Livres[modifier | modifier le code]

  • Malévitch et la philosophie. La question de la peinture abstraite, coll. « Slavica », Lausanne, L'Âge d'Homme, 1977.
  • La Provenance des espèces, cinq méditations sur la libération de la liberté, coll. « Epiméthée », Paris, PUF, 1982.

Publications d'inédits[modifier | modifier le code]

  • Achard de Saint-Victor, L'Unité de Dieu et la pluralité des créatures (De unitate Dei et pluralitate creaturarum), texte latin inédit, traduction, présentation, éclaircissements, index, Éditions du Franc-Dire, 1987 (épuisé).
  • Martin Heidegger, De l'origine de l'œuvre d'art (Vom Ursprung des Kunstwerkes), texte allemand inédit (1935) et traduction française, Authentica, hors commerce, 1987 (épuisé).

Éditions critiques[modifier | modifier le code]

  • Blaise Pascal, Discours sur la religion et sur quelques autres sujets, Fayard-Armand Colin, 1992.
  • Arthur Rimbaud, Enluminures (ex - Illuminations), Conférence, no 1, 1995.

Traductions préfacées[modifier | modifier le code]

  • Karl Reinhardt, Sophocle, Éd. de Minuit, 1971.
  • Karl Reinhardt, Eschyle, Euripide, Éd. de Minuit, 1972, rééd. Gallimard, 1991.
  • Rudolf Boehm, La Métaphysique d'Aristote, le Fondamental et l'Essential, Gallimard, 1976.
  • Wilhem Worringer, Abstraction et Einfühlung, préface de Dora Vallier, Klincksieck, 1978.
  • F.W.J.Schelling, Oeuvres métaphysiques, 1805-1821, en collaboration avec J.-F.Courtine, Gallimard, 1980.
  • Martin Heidegger, Interprétation phénoménologique de la "Critique de la raison pure" de Kant, Gallimard, 1982.
  • Martin Heidegger, La "Phénoménologie de l'esprit" de Hegel, Gallimard, 1984.
  • Martin Heidegger, Être et Temps, Authentica, hors commerce, 1985 (épuisé)
  • Ruprecht Paqué, Le Statut parisien des nominalistes, PUF, 1985.
  • Martin Heidegger, De l'essence de la liberté humaine, Introduction à la philosophie, Gallimard, 1987.
  • Hartmut Buchner, Erôs et Être (extraits), Conférence, no 3, 1996.

Articles[modifier | modifier le code]

(hormis ceux qui ont été repris dans La provenance des espèces)

  • L'ontologie de l'ordre, Les Études philosophiques, 1976.
  • Mimèsis dans la Poétique, Pour une solution phénoménologique, Revue de Métaphysique et de Morale, 1976.
  • Une indécidable philologique, Thucydide, I, 22, Les Études philosophiques, 1977.
  • Une philosophe des suprema (sur Malévitch), dans Suprématisme, Galerie Jean Chauvelin, 1977, réédité dans Malévitch, cahier 1, Lausanne, 1983.
  • Traduction de Fr.Hölderlin, Le cours et la destination de l'homme en général, Po&sie, 4, 1978.
  • Worringer ou Fiedler ? Prolégomènes au problème Worringer-Kandinsky, Revue philosophique de Louvain, 1979.
  • Traduction de Fr.Schiller, Grâce et dignité, Po&sie, 11, 1979.
  • Préface à K.S.Malévitch, Le miroir suprématiste, Écrits II, éd. V. et J.-Cl.Marcadé, Lausanne, 1978.
  • Étienne Gilson, 1884-1978, La Nouvelle Revue Française, 1er janvier 1979, réédité ensuite dans le collectif Étienne Gilson et nous, 1980.
  • Aiôn chez Aristote, De Caelo, I, 9 : théologie cosmique ou cosmothéologie ?, Revue de Métaphysique et de Morale, 1976.
  • Malévitch et l'énigme cubiste, dans Actes du Colloque international Malévitch de 1978, Lausanne, 1979.
  • Conception aristotélicienne et conception vulgaire du temps, Archives de pholosophie, 1980.
  • Réponse à Denis O'Brien, dans Revue de Métaphysique et de Morale, 1980 (au sujet de l'article ci-dessus sur le De Caelo d'Aristote).
  • Du sens du tableau, Artistes, 12, 1982.
  • Traduction de K.Reinhardt, Nietzsche et sa "Plainte d'Ariane". Po&sie, 21, 1982.
  • L'objet du tableau, Artistes, 18, 1983.
  • Qu'est-ce donc qu'il s'agira d'étudier ? (controverse sur Manet et Van Gogh), Artistes, mars 1984.
  • À quand Van Gogh dans la "Pléiade" ?, Artistes, été 1984.
  • Nouvelles réflexions sur les Rêveries du promeneur solitaire, Archives de philosophie, 1984.
  • Le cœur de l'Alètheia, Parménide, I, 26, Revue de Philosophie ancienne, 1986.
  • Des faurissonneries à la haine de la pensée, Le Matin de Paris, 26 octobre 1987.
  • Il n'a demandé la tête de personne (sur Heidegger), Le Quotidien de Paris, 22 décembre 1987.
  • Pascal inédit ?, Le Monde des livres, 2 mars 1990.
  • Des Pensées de Pascal à la pensée de Pascal, Historama, septembre 1990.
  • Entretien sur Pascal à propos de l'édition des Discours, Genesis, 3, 1993.
  • Le plan de l'image, Cahiers du Collège iconique de l'INA, 2, septembre 1994.
  • L'ontologie de la spécificité, Revue philosophique de la France et de l'étranger, 4e trim. 1994.
  • Deux clés de la chronologie des Discours pascaliens, XVIIe siècle, 4e trim. 1994.
  • Entretien avec Th.Briault, Philosophie, philosophie (Paris-VIII), 6, 1995.
  • Heur et malheur d'un Sonnet, Conférence, no 2, 1996.
  • Ce que Pascal doit à Descartes, Magazine littéraire, 1er avril 1996.
  • De l'inauthenticité du livre E de la Métaphysique d'Aristote, Conférence, no 5, 1997.
  • Heideggger et la France, Conférence, no 14, 2002.

Sur Martineau[modifier | modifier le code]

  • Dominique Janicaud, Heidegger en France, Paris, Albin Michel, coll. Idées, 2001 ; voir en particulier le volume 1 (Récit), chapitre 9 (« La lettre et l'esprit »), p. 317-321.