Emmanuel Deutz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Emmanuel (Menahem) Deutz (Coblence, 176331 janvier 1842) est grand rabbin de France de 1810 à 1842.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formé à la yeshivah de Mayence, Emmanuel Deutz revient en tant que rabbin à Coblence où il se marie en 1789 avec Judith Berman (+1823) qui lui donnera sept enfants.

Il participe à l'assemblées de 1806 et au Grand Sanhédrin de 1807. Selon les institutions fondées par Napoléon Ier, il devient en 1807 troisième grand rabbin du Consistoire central aux côtés de David Sintzheim et d'Abraham Vita de Cologna. À partir de 1822, il est le seul grand rabbin, et les deux autres ne sont pas remplacés. Après sa mort, en 1842, le siège demeure vacant pendant quatre ans avant l'élection de Marchand Ennery.

Comme il parle difficilement le français, il prêche toujours en dialecte judéo-allemand, bien que dès 1831 ait été établi le principe de prononcer dans le temple tous les discours dans la langue nationale[1].

Son existence est assombrie; D'abord par la conversion de son gendre David-Paul Drach qui provoque un douloureux divorce d'avec sa fille Sara qui reste fidèle à sa confession et s'installe en Angleterre; Ensuite en 1838 à Rome de son fils, Simon Deutz, qui choisit pour marraine la Duchesse de Berry qu'il livre ensuite aux autorités de la monarchie de Juillet, provoquant des sentiments antisémites dans les milieux légitimistes.


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Michel Espagne, Juifs allemands de Paris à l'époque de Heine, Paris, PUF, 1996

Lien externe[modifier | modifier le code]