Emmanuel-Félicité de Durfort

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Emmanuel-Félicité de Durfort
Image illustrative de l'article Emmanuel-Félicité de Durfort

Titre 4e Duc de Duras et pair de France
(17711789)
Autre titre 4e Comte de Rauzan
Prédécesseur Jean-Baptiste de Durfort
Successeur Emmanuel-Céleste de Durfort
Allégeance Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Grade militaire Maréchal de France
Commandement Régiment de Duras-Infanterie[1]
Gouvernement militaire Gouverneur de la Franche-Comté
de la ville et citadelle de Besançon
Distinctions Chevalier du Saint-Esprit
Chevalier de la Toison d'or
Autres fonctions Premier gentilhomme de la chambre du Roi
Ambassadeur en Espagne
Biographie
Dynastie Maison de Durfort
Famille de Duras
Naissance 19 décembre 1715
Paris
Décès 6 septembre 1789 (à 73 ans)
Versailles
Père Jean-Baptiste de Durfort
Mère Angélique Victoire de Bournonville (de)
Conjoint Charlotte-Antoinette de La Porte Mazarin
Louise Françoise de Coëtquen
Liaisons Barbara, comtesse Campanini (1721-1799)[1]

Orn ext maréchal-duc et pair OSE.svg
Blason Maison Durfort de Duras (écartelé).svg

Emmanuel-Félicité de Durfort, duc de Duras (19 septembre 1715 - 6 septembre 1789 à Versailles), est un militaire, homme politique et diplomate français, pair et maréchal de France[n 1].

Biographie[modifier | modifier le code]

À dix-huit ans, par démission de son père, il est déjà duc et mousquetaire.

Il prit part à presque toutes les guerres de Louis XV:

  • campagne d'Italie (1733-1734),
  • campagne du Rhin (1735 et 1743),
  • campagne de Bavière (1742),
  • campagne de Flandre (1744-1745),
  • campagne d'Allemagne (1760-1761).

Le duc de Duras fut brigadier le 20 février 1743, est nommé, le 6 mars de la même année, mestre de camp du régiment d'Auvergne puis maréchal de camp le 1er mai 1745, lieutenant-général le 10 mai 1748 et maréchal de France en mars 1775.
Il fut ambassadeur en Espagne entre 1752 et 1755, créé pair de France en décembre 1755 et devenu maréchal de France, il reçut le commandement de la Bretagne, le gouvernement de Franche-Comté et la place de premier gentilhomme de la Chambre du roi.
En 1755, il fut gouverneur du Château Trompette (Bordeaux).

Emmanuel-Felicité-de-Durfort (1715-1789), duc de Duras, Jean Valade.

En 1757, il est nommé directeur de la Comédie-Française et de la comédie italienne. Il fut élu membre de l'Académie française, le 2 mai 1775, où il siégeait au fauteuil no 34. Il aurait, dit-on, contribué à la rédaction d'articles de l'Encyclopédie sur la science militaire. Bibliophile, sa bibliothèque fut dispersée aux enchères en 1790.

Il se marie, une première fois, en mai 1733, avec Charlotte Antoinette de La Porte Mazarin (1719 - 1735), fille unique du duc de Mazarin.

Il épouse, en secondes noces, Louise Maclovie de Coëtquen en juin 1736, fille de Malo III de Coëtquen qui est le fantôme de Combourg évoqué par Chateaubriand. En 1761, il vend une partie de la dot de son épouse, à savoir le comté de Combourg au père de Chateaubriand.

Récapitulatif[modifier | modifier le code]

Décorations[modifier | modifier le code]

Chevalier du Saint-Esprit Chevalier de la Toison d'or

Armoiries[modifier | modifier le code]

Armes d'Emmanuel-Félicité de Durfort

Écartelé: aux 1 et 4, d'argent, à la bande d'azur (de Durfort) ; aux 2 et 3, de gueules, au lion d'argent (Lomagne)[2],[3].

Ascendance & postérité[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Membre de la loge maçonnique : l'Olympique de la Parfaite Estime, Glachant Roger, Suffren et le temps de Vergennes, p. 372
  1. a et b Roglo 2012.
  2. a et b Popoff 1996, p. 105.
  3. Bunel 1997-2011, p. Saint-Esprit (1789).
  4. Rietstap 1884.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]