Emma Mærsk

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Emma Mærsk
Image illustrative de l'article Emma Mærsk
L’Emma Mærsk à Aarhus en septembre 2006

Autres noms Lindø n° 203 (2006)
Type porte-conteneurs
Histoire
Quille posée 20 janvier 2006
Lancement 18 mai 2006
Mise en service 8 septembre 2006
Statut En service
Caractéristiques techniques
Longueur 397 m (hors-tout)
376 m (flottaison)
Maître-bau 56 m
Tirant d'eau 16 m
Déplacement 218 788 tonnes
Port en lourd 156 907 tpl
Capacité 11 000 EVP
Tonnage 170 794  (brut), 55 396  (net)
Propulsion Wärtsilä/Sulzer 14RT-flex96C 14 cylindres, 1 hélice, 102 tr/min
Puissance 88 000 kW
Vitesse 26,3 nœuds
Autres caractéristiques
Équipage 13 personnes
Chantier naval Lindø (Odense Steel Shipyard)
Armateur A.P. Møller-Mærsk
Affréteur A.P. Møller-Mærsk
Pavillon Drapeau du Danemark Danemark - Port d'attache : Taarbæk
Indicatif OYGR2
IMO 9321483

L’Emma Mærsk est un porte-conteneurs construit en 2006 et affrété par A.P. Møller-Mærsk. En 2006, il s'agit, avec sept autres navires de la série (comme l’Eugen Mærsk) du plus grand porte-conteneurs existant en termes de longueur[1] (dépassé par le CMA CGM Marco Polo fin 2012 en termes de port en lourd, puis par le Mærsk Mc-Kinney Møller en juin 2013) ; il a succédé au Cosco Guangzhou à ce titre. Il est en service sur la ligne Europe - Asie[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le contrat de commande a été signé le 7 janvier 2004[3], la première tôle a été découpée le 5 juillet 2005, puis la quille a été posée le 20 janvier 2006 au nouveau chantier Lindø de l'Odense Steel Shipyard. Lancé le 18 mai 2006, il est baptisé le 12 août 2006 à Odense, au Danemark ; il est le neuvième navire de la compagnie à porter ce nom qui vient d’Emma Mc-Kinney Møller, femme de Mærsk Mc-Kinney Møller, décédée en décembre 2005. Il a pour port d'attache Taarbæk au Danemark[4] ; sa construction a coûté plus de 145 millions de dollars américains.

Son voyage inaugural a commencé le 8 septembre 2006 d'Aarhus, avec escales aux ports de Göteborg, Bremerhaven, Rotterdam, Algésiras, le canal de Suez, et arrivée à Singapour le 1er octobre 2006. Il en est parti le jour suivant pour Yantian, Kōbe, Nagoya, et Yokohama. Le voyage retour a compris les escales de Yantian, Hong Kong, Tanjung Pelepas, le canal de Suez, Felixstowe, Rotterdam, Bremerhaven, Göteborg et enfin Aarhus le 11 novembre.

L'Emma Mærsk en réparation à Palerme

Le 1er février 2013, alors que le navire transite via le canal de Suez, le porte-conteneurs est victime d'une voie d'eau le forcant à être remorqué jusqu'à Port-Saïd (Égypte). Ses conteneurs sont débarqués et répartis sur les autres navires de Maersk Line. Le 19 février 2013, l'Emma Mærsk quitte Port-Saïd en remorque. Le 25 juin 2013, il arrive à Palerme (Italie) où il est réparé[5].

Équipement[modifier | modifier le code]

Muni d'un moteur Diesel lent Sulzer du type TR Flex 96-C à 14 cylindres en ligne développant 80 000 kW et tournant à 102 tours par minute, il possède en outre deux moteurs électriques booster qui portent la puissance totale de ligne d'arbre à près de 120 000 ch ; ces moteurs booster sont alimentés par 5 moto-alternateurs au Diesel (20 000 kW au total) et un groupe turbo-générateur de 8 500 kW tirant l'énergie d'une chaudière de récupération (utilisant la chaleur des gaz d'échappement avant leur évacuation dans l'atmosphère).

Le navire utilise également deux propulseurs d'étrave et deux propulseurs de queue fournissant chacun une poussée de 25 tonnes, pour les manœuvres de port. Le roulis est limité par deux stabilisateurs actifs de chaque côté. Chacune de ses deux ancres pèse 29 tonnes.

Capacité[modifier | modifier le code]

Mærsk calcule la capacité de ses navires en fonction du nombre de conteneurs transportés, ceux-ci contenant un poids fixe de 14 tonnes chacun ; pour l’Emma Mærsk, on trouve ainsi 11 000 EVP[6].

Les autres compagnies calculent la capacité selon le nombre maximum de conteneurs pouvant être chargés dans le navire, indépendamment de leur poids, ce qui donne toujours un chiffre plus élevé.
Avec cette méthode de calcul, la capacité de l’Emma Mærsk est plus grande que celle annoncée : de 13 500 EVP[7] à 14 500 EVP[8].

L’Emma Mærsk peut également transporter 1 000 conteneurs réfrigérés de 40 pieds.

Divers[modifier | modifier le code]

Comparaison de quelques-uns des plus grands navires.

Manœuvré par 13 personnes, il est commandé en 2006 par Henrik Solmer, et le chef mécanicien est Michael Thomassen Sort.

Le nom d’Emma Mærsk avait déjà été donné à d'autres navires du même groupe, dont un pétrolier de 160 000 tonnes de 1995, racheté en 2004 par Wallem et renommé Universal Peace ; un autre Emma Mærsk est un pétrolier-chimiquier de 1985, transportant 50 000 tonnes, et naviguant depuis 2003 sous le nom de Fair Voyager, armé par Fairdeal Group Management[9]

L’Emma Mærsk est le premier d'une série de 8 bateaux d'une même famille, les autres étant : Eleonora Mærsk, Estelle Mærsk, Ebba Mærsk, Evelyn Mærsk, Elly Mærsk, Eugen Mærsk, Edith Mærsk[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (Mer et Marine)
  2. Navires et marine marchande no 29
  3. D'après l'American Bureau of Shipping.
  4. [PDF](en) Site de la compagnie
  5. L'EMMA MAERSK sur le site "Histoires De Navires
  6. Giant Christmas goods ship docks, BBC News, 5 novembre 2006.
  7. (en) Big, bigger, biggest, Alexander Bakker, port of Rotterdam, 12 septembre 2006.
  8. Emma Mærsk – the world’s largest, Bent Mikkelsen, The Scandinavian Shipping Gazette, 29 août 2006.
  9. Fiche du Fair Voyager.
  10. Site MærskLine

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]