Emma Curtis Hopkins

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Emma Curtis Hopkins

Emma Curtis Hopkins (2 septembre 1849 - 8 avril 1925) est la figure fondatrice de la Nouvelle Pensée en tant que mouvement religieux. Théologienne, féministe et mystique, elle fut considérée comme une prophétesse par ses disciples et ordonna plusieurs femmes comme pasteurs. Elle fut surnommée « teacher of teachers » car nombre de ses étudiants créèrent par la suite leurs propres églises au sein de la Nouvelle Pensée ou devinrent des auteurs prééminents du mouvement.

Biographie[modifier | modifier le code]

Emma Curtis Hopkins, de son nom de baptême Josephine Emma Curtis, naît le 2 septembre 1849 à Killingly (Connecticut). Son père se nomme Rufus Curtis et sa mère Lydia Phillips Curtis. Emma épouse George Irving Hopkins le 19 juillet 1874 dont elle aura un fils : John Carver (1875-1905).

Emma Hopkins devient étudiante de Mary Baker Eddy, fondatrice de la Science chrétienne, qui affirmait avoir découvert une « science » expliquant les miracles de Jésus-Christ que tout le monde pouvait pratiquer. En 1884, elle devient responsable du journal du mouvement : le Christian Science Journal. Cependant son goût pour l'éclectisme et son éveil à d'autres spiritualités la pousse à rompre avec Mary Baker Eddy.

Emma Hopkins développe alors sa propre vision d'un idéalisme métaphysique, connu plus tard sous le nom de Nouvelle Pensée, influencée par divers auteurs ainsi que par le gnosticisme et la théosophie.

Emma Hopkins considérait la Trinité comme trois aspects de la divinité, chacun jouant un rôle à une époque différente : Dieu le Père, Dieu le Fils, et Dieu la Mère/l'Esprit Saint. Elle croyait que la guérison spirituelle était la seconde venue du Christ. Elle considérait que le rôle grandissant de la femme dans la société était un signe que l'humanité entrait dans une nouvelle époque marquée par le rôle prévalant de l'aspect maternel de la divinité.

Au cours des années 1886-1888 à Chicago, Emma Hopkins organisa son propre mouvement Christian Science Theological Seminary of Chicago. Elle écrivit divers ouvrages : Class Lessons 1888, Drops of Gold, Scientific Christian Mental Practice et High Mysticism. De nombreuses personnes assistèrent à ses conférences. Emma Hopkins fut surnommée « teacher of teachers » et « mère de la Nouvelle Pensée ».

Nombre de ses étudiants créèrent des églises au sein de la Nouvelle Pensée :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages d'Emma Curtis Hopkins[modifier | modifier le code]

  • (en) Emma Curtis Hopkins, Scientific Christian Mental Practice, Cosimo Classics, 2007, 280 pages (ISBN 1602061971)
  • (en) Emma Curtis Hopkins, High Mysticism, Cosimo Classics, 2007, 380 pages (ISBN 1602062102)

Autres références[modifier | modifier le code]

  • (en) Gail M. Harley, Emma Curtis Hopkins: Forgotten Founder of New Thought, Syracuse University Press, 2002, 208 pages (ISBN 0815629338)
  • (en) Beryl Satter, Each Mind a Kingdom, University of California Press, 1997, 388 pages (ISBN 0520229274)
  • (en) Rima Lunin Schultz & Adele Hast, Women Building Chicago, 1790-1990: A Biographical Dictionary, Indiana University Press, 2001, 1088 pages (ISBN 0253338522) [lire en ligne]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]