Emir Kir

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir KIR.
Emir Kir
Emir Kir en 2008
Emir Kir en 2008
Fonctions
Bourgmestre de Saint-Josse-ten-Noode
En fonction depuis le 3 décembre 2012
Monarque Albert II
Philippe
Coalition LB
Prédécesseur Jean Demannez
Biographie
Date de naissance 17 octobre 1968
Lieu de naissance Charleroi
Nationalité Belge Drapeau : Belgique
Parti politique PS

Emir Kir

Emir Kir est un homme politique belge socialiste, né à Charleroi le 17 octobre 1968 (45 ans).

Biographie[modifier | modifier le code]

Né en 1968 à Charleroi, Emir Kir est fils d'immigrés turcs, arrivés dans les années soixante pour travailler à la mine. C'est en 1995 qu'il rejoint les rangs du PS, d'une part en référence à son père ouvrier et d'autre part impressionné par le charisme, l'ouverture et l'engagement de Guy Cudell (bourgmestre de Saint-Josse-ten-Noode pendant pas moins de cinquante ans).

En 2000, Emir Kir devient échevin à Saint-Josse-ten-Noode, la commune de Bruxelles qu'il habite depuis 1977. Chargé notamment de l'enseignement, il s'attachera particulièrement à aider les jeunes allophones de naissance à maîtriser la langue de l'école.

Parcours politique[modifier | modifier le code]

En octobre 2000, Emir Kir est candidat pour la première fois aux élections communales à Saint-Josse-ten-Noode sur la Liste du bourgmestre Jean Demannez (PS-PRL), où il obtient le deuxième score personnel avec plus de 700 voix de préférences. Il devient ensuite échevin de l’Enseignement fondamental, des Affaires sociales, du Troisième Âge et de l’Emploi, figure sur la liste PS aux élections fédérales de mai 2003, où il obtient plus de 7 000 voix mais n'est pas élu, et encore une fois, avec un résultat sensiblement similaire, aux régionales de juin 2004, où il est élu, obtenant le deuxième score de la liste. En juillet 2004, il devient secrétaire d'État à la Propreté publique, aux Monuments et au Sites de la Région de Bruxelles-Capitale, et ministre de l'Action sociale, de la Famille et des Sports de la Commission communautaire française de cette même région.

En tant que secrétaire d'État à la Propreté publique, Emir Kir se distingue par l'innovation d'un nouveau modèle de tri sélectif en mettant en place des containers distincts pour le verre blanc et pour le verre coloré en vue d'une optimisation au bénéfice des entreprises de recyclage de verre, soit une économie estimée par le cabinet Kir de 340 000 € pour le contribuable bruxellois[1].

Emir Kir initie un plan propreté 2005-2010 pour Bruxelles. Un plan quinquennal basé sur une nouvelle stratégie politique de concertations entre tous les acteurs qui œuvrent dans le domaine de la propreté publique à Bruxelles[2].

Aux élections régionales de juin 2009, Emir Kir réalise un score de 11546 voix à Bruxelles, soit le deuxième score PS après Charles Picqué. Il renouvelle donc son mandat de Secrétaire d'État à la Région de Bruxelles-Capitale. Il garde ainsi la tutelle sur l'Agence Régionale pour la Propreté et hérite de l'Urbanisme. Emir Kir devient aussi Ministre Membre du Collège de la COCOF chargé de la Formation professionnelle, de la Culture, du Transport scolaire, de l'Action sociale, de la Famille, du Sport, et des Relations internationales. Des matières qui le passionnent puisqu'il se serait bien vu architecte, qu'il a été travailleur social pendant cinq ans et qu'il chausse volontiers ses crampons pour disputer un match de foot dans une équipe de vétérans[3].

En juin 2010, Emir Kir fait un score record de 17.294 voix aux élections fédérales anticipées[4] et est réélu en 2014 avec 18.536 voix.

Patrimoine en Fête ![modifier | modifier le code]

Lorsqu'il est secrétaire d'État chargé des monuments et sites, Emir Kir lance en 2008 la première édition de « Patrimoine en fête ! », un événement festif et participatif, pour tous. « Je souhaitais créer un événement de grande envergure qui s'adresse à tous, où les familles puissent apprendre, tout en se divertissant ensemble », explique Emir Kir[5]. Pour ce faire, le secrétaire d'État a décidé de « changer d'angle d'attaque » : lors de « Patrimoine en fête ! », ce sont les acteurs du patrimoine qui tiendront la vedette, soit toutes les personnes et associations qui œuvrent à protéger, restaurer et promouvoir les monuments et sites de Bruxelles. « Ces personnes proposeront une foule d'activités en lien avec les métiers du patrimoine mais, en outre, elles renseigneront le public sur toutes les activités qu'elles organisent tout au long de l'année », précise Emir Kir[5].

Défense du patrimoine[modifier | modifier le code]

L'association Inter-Environnement Bruxelles a décerné un Chardon de l'environnement en 2006 à la politique du gouvernement bruxellois pour la protection du patrimoine[6], dont Emir Kir est chargé, pour l'avant-projet d'ordonnance visant à réformer la législation relative au patrimoine qu'il a déposé sur la table du gouvernement bruxellois. En effet, aux yeux d'Inter-Environnement, ce texte affaiblit les moyens de défense du patrimoine.

Polémique[modifier | modifier le code]

En novembre 2004, Emir Kir intente une action au civil contre les animateurs du site suffrage-universel[7], qu'il accuse de mener une « campagne de désinformation à son égard » pour l'avoir notamment traité de négationniste (à propos de sa position sur le génocide arménien), de menteur et de délinquant (à propos de fausses déclarations de dépenses électorales et de « surévaluation » de son véritable diplôme dans la presse(références ?)). Emir Kir demande notamment que les journalistes indépendants Mehmet Koksal et Pierre-Yves Lambert se voient ordonner d'arrêter d'utiliser le terme négationniste en parlant de lui. Un jugement intervient au bout d'un an et rejette sa demande en reconnaissant la prudence et le caractère non diffamant des enquêtes menées par ses détracteurs[8]. Emir Kir annonce alors son intention de faire appel du jugement, tandis que l'opposition libérale lui demande de se mettre en congé le temps que durera la procédure. En novembre 2006, intervient un nouveau développement autour d'une pétition demandant la suppression d'un monument érigé en mémoire des massacres des arméniens, pétition qu'Emir Kir aurait signé, ce dont il dit ne pas se souvenir[9]. En juillet 2007, Emir Kir décide de retirer sa plainte déclarant que le débat autour de cette procédure : « …apparaît comme complètement stérile, très éloigné des préoccupations qui sont les miennes en tant que Secrétaire d'État bruxellois… »[10].

Bourgmestre de Saint-Josse-ten-Noode[modifier | modifier le code]

Lors des élections communales du 14 octobre 2012, Emir Kir obtient le plus grand nombre de voix de préférence, supérieur à celui de la tête de liste Jean Demannez. Emir Kir revendique le maïorat qu'il obtiendra suite à des négociations houleuses[11], devenant ainsi le premier maïeur d'origine turque dans la partie francophone du pays[12].

Enjeux politiques[modifier | modifier le code]

Secrétaire d’État chargé de l’urbanisme et de la propreté publique à Bruxelles, Emir Kir (PS) a « doublé » ses compétences à la Cocof par rapport à la législature précédente. Parmi les gros dossiers qui occuperont le Tennodois, la formation arrive en tête[13].

« Toutes les politiques sociales vont compter avec cette crise. Notre grand objectif, c’est de mieux réussir les politiques de l’Emploi et de la Formation. Il y a un taux de chômage énorme à Bruxelles, il frôle les 30 % chez les jeunes. On peut expliquer ce taux élevé par l’échec scolaire. Mais il y a aussi des facteurs spécifiques à Bruxelles où il y a davantage d’emplois dans le secteur tertiaire et où l’exigence de l’autre langue nationale est beaucoup plus élevée qu’ailleurs. Cette situation crée un malaise social, dont la délinquance est le premier signe », explique Emir Kir lors d'une interview[13].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Texte de la conférence de presse, 29/09/05 [PDF]
  2. http://www.emirkir.be/dockir/docs/070705%20%20Plan%20Propret%C3%A9%20FR%20J.pdf
  3. [1]
  4. [2]
  5. a et b [3]
  6. Dossier d'IEB[PDF]
  7. http://suffrage-universel.be/be/kir.htm
  8. Voir le texte du jugement. Voir aussi La Tribune de Bruxelles
  9. Une copie de la pétition avait été produite, avec la signature du secrétaire d'État. Voir La Tribune de Bruxelles, La Libre Belgique. Ce site reproduit les échanges au Parlement Bruxellois sur le sujet.
  10. 7 sur 7 - 19/07/07
  11. [4], Emir Kir bourgmestre de Saint-Josse-ten-Noode quittera le gouvernement bruxellois, 16 octobre 2012
  12. [5]
  13. a et b Emir Kir: "Notre diversité doit être une force"

Sources[modifier | modifier le code]

Le site officiel d'Emir Kir

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]