Émile Gaboriau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Emile Gaboriau)
Aller à : navigation, rechercher

Émile Gaboriau

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Émile Gaboriau vers 1850-1860

Activités Romancier
Naissance 9 novembre 1832
Saujon, Drapeau de la France France
Décès 28 septembre 1873 (à 40 ans)
Paris, Drapeau de la France France
Langue d'écriture Français
Genres Romans, roman policier

Œuvres principales

Émile Gaboriau, né le 9 novembre 1832 à Saujon (Charente-Inférieure) et mort le 28 septembre 1873 à Paris (Seine), est un écrivain français, considéré comme le père du roman policier. Son personnage, l'enquêteur Lecoq, a influencé Conan Doyle pour la création de Sherlock Holmes. Il a lui-même été très influencé par Edgar Allan Poe.

Biographie[modifier | modifier le code]

Gaboriau exerça divers métiers : clerc d'avoué, hussard en Afrique, chef d'écurie. Il s'engagea dans la cavalerie pour sept ans, mais résilia son contrat rapidement pour gagner Paris, où il rédigea des chroniques pour gagner sa vie. Il devint le secrétaire de Paul Féval, qui lui fit découvrir le journalisme.

Son premier roman, L'Affaire Lerouge, d'abord publié sans succès sous forme de feuilleton en 1863, devint très populaire en 1866. L'auteur y met en scène le Père Tabaret, dit Tirauclair, et introduit l'agent de la sécurité Lecoq, qui deviendra un commissaire célèbre et le personnage principal des romans suivants. Inspiré par le chef de la sûreté François Vidocq, déjà à l'origine du Vautrin de Balzac, il est le modèle du détective ingénieux qui, n'hésitant pas à se travestir, résout des énigmes par ses capacités déductives hors normes. Ce dernier personnage devait inspirer Conan Doyle et Maurice Leblanc. Mais, à la différence de Sherlock Holmes, les enquêtes de Lecoq reposent sur des investigations plus réalistes, plus proches des progrès de la police scientifique de l'époque. Les romans policiers de Gaboriau font pénétrer l'intrigue dans les milieux sociaux, qu'ils décrivent d'une manière qu'on peut qualifier de « naturaliste ». En cela, l'influence de Gaboriau sur le roman policier français reste très importante. Ses analyses psychologiques très fines (Le Crime d'Orcival) ont inspiré jusqu'à Georges Simenon.

Après le succès de L'Affaire Lerouge, Gaboriau travailla comme feuilletoniste au Petit Journal. En 1872, il écrivit avec Jules-Émile-Baptiste Holstein une pièce de théâtre tirée de L'Affaire Lerouge.

Gaboriau mourut en 1873.

Romans[modifier | modifier le code]

Son roman Monsieur Lecoq (1869) a été adapté au cinéma sous le même titre par Maurice Tourneur en 1914 et à la télévision dans une série télévisée portant également le même titre et diffusée par la Société Radio-Canada pendant la saison 1964-1965.

Frontispice de L'Affaire Lerouge, l'un des Archétypes du roman policier. Paru en 1866, le roman en était en 1870 à sa 9e édition
  • L'Ancien Figaro : études satiriques tirées du journal Le Figaro, préface et commentaires d'Émile Gaboriau, Paris, Dentu, 1861
  • Les Cotillons célèbres, Paris, Dentu, 1861
  • Le Treizième Hussards, Paris, Dentu, 1861
  • Mariages d'aventure (comprenant Monsieur J.-D. de Saint-Roch ambassadeur matrimonial et Promesses de mariage), Paris, Dentu, 1862
  • Les Gens de Bureau, Paris, Dentu, 1862
  • Les Comédiennes adorées, Paris, Dentu, 1863
  • L'Affaire Lerouge, Paris, Dentu, 1866
    D’abord publié en feuilleton en 1863 dans le journal Le Pays, où il passa inaperçu, il est repris en 1866 par le journal Le Soleil et remporte un immense succès.
  • Le Crime d'Orcival, Paris, Dentu, 1866
    Paru, comme les romans suivants, dans Le Petit Journal.
  • Le Dossier no 113, Paris, Dentu, 1867
  • Les Esclaves de Paris, Paris, Dentu, 1868 en 2 Vol. Tome 1 "Le Chantage", Tome 2 "Le secret des Champdoce", Editeur L. Boulanger en 1 volume circa 1885
  • Monsieur Lecoq, Paris, Dentu, 1869 en 2 Vol. Tome 1 "L'Enquête", Tome 2 "L'honneur du nom", Editeur L. Boulanger en 1 volume circa 1885
  • La Vie infernale, Paris, Dentu, 1870 en 2 Vol. Tome 1: "Pascal et Marguerite", Tome 2: "Lia d'Argelès" ; réédition, France, Éditions Pascal Galodé, 2014.
  • La Dégringolade, Paris, Dentu, 1871 en 2 Vol. Tome 1 "Un mystère d'iniquité", Tome 2 "Les Maillefert" , Editeur L. Boulanger en 1 volume circa 1885.
  • La Clique dorée, Paris, Dentu, 1871
  • La Corde au cou, Paris, Dentu, 1873
  • L'Argent des autres, Paris, Dentu, 1873 en 2 Vol. Tome 1 "Les Hommes de Paille", Tome 2 "La Pêche en Eau Trouble"
  • Le Petit Vieux des Batignolles (nouvelle posthume publiée en un volume avec les cinq autres nouvelles suivantes), Paris, Dentu (1876) :
    • Une disparition
    • Maudite maison
    • Casta vixit
    • La Soutane de Nessus
    • Bonheur passe richesse
  • Le Capitaine Coutanceau, Paris, Dentu, 1878, publication posthume
  • Les Amours d'une empoisonneuse, Paris, Dentu 1881, publication posthume
  • Le Diable de la Bastille, réédition, France, Éditions Pascal Galodé, 2014.

Référence[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :