Emanuele Tesauro

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Frontispice de l'édition de 1670 du Cannocchiale aristotelico

Emanuele Tesauro (Turin, 1592-1675) est un écrivain, dramaturge, rhétoricien et poète italien du XVIIe siècle. L'importance de son grand traité, Il cannocchiale aristotelico (La Lunette d'Aristote[1]), en fait l'une des figures essentielles du baroque européen et le théoricien de ce que l'on pourrait appeler le « conceptisme italien ».

Aperçu biographique[modifier | modifier le code]

Né en 1592 dans une famille de la noblesse piémontaise, Emanuele Tesauro rejoint la Compagnie de Jésus en 1611, auprès de laquelle il suit des études de rhétorique, philosophie et théologie.

Vers la fin des années 1620, il est ordonné prêtre et ses prêches lui acquièrent une solide réputation d'éloquence. Il quitte les Jésuites en 1634, mais reste prêtre séculier.

Il est l'auteur de panégyriques, d'inscriptions latines, d'adaptations de textes antiques ainsi que d'ouvrages historiques sur l'Italie et la Savoie[2].

Il meurt en 1675.

La Lunette d'Aristote[modifier | modifier le code]

Son traité, Il cannocchiale aristotelico, théorise l'expression baroque propre au XVIIe siècle. Il y définit avec précision et clarté ces formes nouvelles adoptées par ses contemporains, et par lui-même, pour tenter de rendre les bouleversements de mentalités qu'impliquent les découvertes scientifiques du siècle, et en premier lieu celles de Galilée.
Le baroque n'est alors plus seulement un style littéraire, mais un véritable reflet des préoccupations de l'époque.

Tesauro s'attache tout particulièrement à la figure de rhétorique que constitue la métaphore, la pensée par analogie étant présentée dans son traité comme la mieux à même de produire la « pointe », le « trait d'esprit », l'argumentation pointue et ingénieuse, le discours subtil. Argutezza, concetto et autres « finesses » deviennent sous sa plume les armes pour faire jaillir de la poésie baroque le sens du monde nouveau.

Œuvres[modifier | modifier le code]

en italien
  • Memorie storiche della città di Asti compilate dal conte e cavaliere di gran croce Emanuele Thesauro dedicate al principe Emanuele Filiberto Amedeo di Savoia, 1650 [volume conservé à la Bibliothèque royale de Turin sous la cote Misc. 44/2]
  • Il cannocchiale aristotelico, o sia Idea dell'arguta et ingegnosa elocuzione che serve a tutta l'Arte oratoria, lapidaria e simbolica esaminata co’ principii del divino Aristotele dal conte e cavalier gran croce d. Emanuele Tesauro patrizio torinese, Turin, B. Zavatta, 1670
  • Panegirici
  • Hermenegildus (en latin), Ippolito, Edipo (en italien), tragédies, 1661.
  • Filosofia morale, Turin, 1670.
  • Del regno d'Italia sotto i Barbari, 1663
  • I Campeggiamenti, ovvero Istoria del Piemonte, 1674
  • Historia della città di Torino, édition posthume, 1678
  • Idea delle perfette imprese, texte inédit édité par Maria Luisa Doglio, Florence, Leo S. Olschki, 1975
en français
  • Panégyrique de Madame Christine de France, duchesse de Savoie et reyne de Cypre, prononcé pendant sa vie, dans l'Académie de Turin, par le Cte Emmanuel Tesauro, et traduit d'italien en français, Paris, R. Guignard, 1665
  • L'Idée de la parfaite devise, trad. de Florence Vuilleumier ; préface de F. Vuilleumier et Pierre Laurens, Paris, Belles lettres, 1992
  • Extraits du Cannocchiale aristolelico in La Métaphore baroque. D'Aristote à Tesauro, trad. d'Yves Hersant, Paris, Seuil, 2001

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. En 2009, l'ouvrage n'est toujours pas traduit in extenso en français. On peut toutefois en trouver des extraits, accompagnés d'un glossaire, dans l'ouvrage d'Yves Hersant, La Métaphore baroque. D'Aristote à Tesauro, Paris, Seuil, 2001.
  2. Fiche de l'auteur sur le site des éditions des Belles Lettres.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

en français
  • Jean-Michel Gardair, Théorie et art du symbole dans Il cannocchiale aristotelico, in Id. et al., Omaggio a Gianfranco Folena, Padoue, 1993
  • Fernand Hallyn, « Port-Royal vs Tesauro : signe, figure, sujet », Baroque n° 9-10, 1980, p. 76-90
  • Pierre Laurens, « Ars ingenii : la théorie de la pointe au XVIIe siècle (Baltasar Gracián, Emanuele Tesauro) », La Licorne n° 3, 1979
  • Judi Loach, L'Influence de Tesauro sur le père Ménestrier, in Jean Serroy (dir.), La France et l'Italie au temps de Mazarin, Grenoble, PUG, 1986
  • Florence Vuilleumier, Les Conceptismes, in Marc Fumaroli (dir.), Histoire de la rhétorique dans l'Europe moderne : 1450-1950, Paris, PUF, 1999
autres langues
  • (it) Benedetto Croce, I trattatisti italiani sul concettismo e Baltasar Gracián, in Problemi di estetica, Bari, 1911; rééd. 1966
  • (it) Maria Luisa Doglio, Emanuele Tesauro e la parola che crea : metafora e potere della scrittura, in E. Tesauro, Il cannocchiale aristotelico, Savigliano, Editrice Artistica Piemontese, 2000 (rééd.)
  • (en) D. Kelly, Tradition and Innovation in Il cannocchiale aristotelico of Emanuele Tesauro, in Altro Polo : A Volume of Italian Studies, Université de Sydney, 1984
  • (de) K. H. Mehnert, « Bugia und Argutezza. Emanuele Tesauros Theorie von Struktur und Funktionweise des barocken Concetto », Romanische Forschungen n° 88, 1976
  • (it) Mario Praz, Studi sul concettismo, Florence, Sansoni, 1946
  • (it) Ezio Raimondi, « Ingegno e metafora nella poetica del Tesauro », Il Verri n° II, 1958; texte repris dans Letteratura barocca, Florence, Olschki, 1982

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notices d'autorité[modifier | modifier le code]