Emanuela Orlandi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Emanuela Orlandi

Naissance 14/01/1968
Rome - Italie

Emanuela Orlandi (née le 14 janvier 1968) est une citoyenne de la Cité du Vatican, fille d'un employé de la Préfecture de la Maison Pontificale, qui a disparu mystérieusement le 22 juin 1983. Cette disparition est l'un des cas les plus obscurs de l'histoire criminelle italienne ; prise pour une fugue au début, elle impliquera l'État du Vatican, l'État Italien, l'Institut pour les œuvres de religion (c'est-à-dire la Banque du Vatican) (IOR), la Banda della Magliana, la Banco Ambrosiano et les services secrets de différents pays. Elle n'est pas encore entièrement résolue à ce jour. La disparition d'Emanuela est parfois liée à celle d'une autre adolescente, romaine, Mirella Gregori, qui n'a jamais été retrouvée non plus.

En mai 2012, le père Gabriele Amorth affirme qu'Emanuela Orlandi a été enlevée par un membre de la police du Vatican pour des parties fines, puis assassinée. Amorth affirme que l'événement a impliqué également les fonctionnaires d'une ambassade étrangère sans en citer le nom[1]. D'autres sources, policières, affirment que l'enlèvement a été effectué par des terroristes turcs (les Loups gris) pour réclamer la libération de Mehmet Ali Agca emprisonné pour avoir tiré sur le pape Jean-Paul II[2].

La disparition[modifier | modifier le code]

Emanuela Orlandi est en deuxième année d'études au lycée scientifique à Rome. Bien que l'année scolaire s'achève, elle continue à prendre des leçons de flûte, trois fois par semaine, à l'école Tommaso Ludovico da Victoria, qui dépend de l'Institut Pontifical de Musique Sacrée (it). Elle fait également partie du chœur de l'église Saint-Anne. Orlandi est la fille d'un employé laïc de la Préfecture du Vatican qui vit avec sa famille à l'intérieur de la Cité du Vatican. Elle est la quatrième des cinq enfants d'Ercole et Maria Orlandi.

Le 22 juin 1983, Emanuela se rend habituellement en bus à l'école de musique. Elle serait descendue de l'autobus après quelques arrêts puis aurait ensuite marché 180 à 210 mètres. Emanuela est en retard en classe. Plus tard, elle explique que son retard est dû à un appel téléphonique passé à sa sœur Federica, au cours duquel elle lui indique qu'elle a obtenu une offre d'emploi de la part d'un représentant des cosmétiques Avon. Il lui aurait proposé de faire un défilé, payé 375 000 lires, ce qui correspond à un salaire mensuel de l'époque. Emmanuella lui indique que l'inconnu conduisait une BMW verte. Sa sœur méfiante lui suggère d'en parler avec leurs parents avant de prendre toute décision. Emanuela aurait rencontré le représentant Avon, peu avant sa leçon de musique. À la fin de la leçon, Emanuela parle de l'offre d'emploi avec une amie, qui quitte la jeune fille à un arrêt de bus. Emanuela aurait été vue la dernière fois entrer dans une grosse voiture, une BMW[3], de couleur foncée. Emanuela s'est aussi confiée à une amie et camarade de l'école de musique, Raffaella Monzi, qui l'accompagnait à l'autobus ; elle la laisse à 19h30. Peu de temps après, Emanuela est vue par un policier en faction devant le Sénat (elle lui aurait demandé sa route pour aller à la Sala Borromini). L'officier a été interrogé par la police, bien plus tard ; il a indiqué que la jeune fille était avec un homme de grande taille d'environ 1m75, environ 35 ans, mince, une calvitie, portant une mallette : il conduisait une BMW de couleur sombre métallique, dans laquelle serait montée Emanuela[4]. D'autres témoins signaleront avoir vu Emanuela monter dans une BMW. Le conducteur aurait des "similitudes" avec le très connu Enrico De Pedis[5], membre de Banda della Magliana. Cette piste ne sera pas poursuivie à l'époque.

À 15h00, le jeudi 23 juin, du fait que la police croit en une fugue, les parents d'Emanuela appellent le directeur de l'école de musique pour demander si l'une des camarades de classe de leur fille aurait des informations sur elle. En effet, la police avait suggéré d'attendre parce que «peut-être la jeune fille était avec des amis». Ce même jour, Emanuela est officiellement déclarée «personne disparue». Au cours des deux prochains jours, les annonces de la disparition sont publiées dans les journaux[6] avec le numéro de téléphone de la maison Orlandi. À 18h00, le samedi 25 juin, un appel téléphonique est reçu d'un jeune qui prétend être un garçon de 16 ans, nommé "Pierluigi". Il indique qu'avec sa fiancée, il a rencontré la jeune fille, avec une autre jeune fille, perdues au Campo de' Fiori cet après-midi là. Le jeune homme mentionne la flûte d'Emanuela, ses cheveux et les lunettes que la jeune fille n'aime pas ainsi que d'autres détails qui correspondent à la fille disparue. Selon "Pierluigi", Emanuela venait d'avoir une coupe de cheveux et se présente en tant que "Barbara". Il affirme qu'elle lui a déclaré qu'elle venait de s'enfuir de la maison et qu'elle vendait des produits Avon. Le 28 juin, un homme se faisant appeler "Mario" appelle la famille et prétend posséder un bar près de Ponte Vittorio, entre le Vatican et l'école de musique. L'homme déclare qu'une fille qui s'appelle "Barbara", une nouvelle cliente, lui avait confié être en fugue, mais qu'elle allait rentrer à la maison pour le mariage de sa sœur. Le 30 juin, 3000 affiches avec la photographie d'Emanuela Orlandi sont placardées dans Rome.

Le dimanche 3 juillet, le Pape Jean-Paul II , au cours de l'Angélus, fait appel à ceux qui sont responsables de la disparition d'Emanuela Orlandi, ce qui rend officiel pour la première fois, l'hypothèse de l'enlèvement[7].

Depuis le jeudi 23 juin 1983, Emanuela n'a jamais été retrouvée ; elle est toujours recherchée. Les rumeurs les plus variées circulent concernant sa disparition.

La piste Ali Agca[modifier | modifier le code]

Deux jours plus tard, la famille Orlandi reçoit le premier d'une autre série d'appels téléphoniques anonymes : Emanuela est censée être la prisonnière d'un groupe terroriste, les Loups gris, exigeant la libération de Mehmet Ali Agca, le Turc qui a tiré sur le pape sur la Place Saint-Pierre, le 13 mai 1981.

Aucune autre information n'est donnée. Dans les jours qui suivent, d'autres appels sont reçus, dont un, d'un homme qui sera surnommé John l'américain, en raison de son accent ; il affirme avoir vu un homme et deux filles qui vendaient des cosmétiques, dont l'une prétendait être de Venise et s'appellerait Barbara. Au cours d'un autre appel téléphonique[8], il cite "Mario" (les précédents appels)[9]. "John", déclare que «Barbara» lui avait dit qu'elle était partie, de chez elle, volontairement. La famille, ne tenant pas compte de cette hypothèse, perd confiance dans les appels de "Mario" et "Pierluigi". "Mario" est identifié après de nombreuses années, comme étant, fort probablement, un homme proche de la Magliana Banda[10].

Lors d'un autre appel téléphonique, un enregistrement de la voix d'Emanuela sera diffusé[11]. Quelques heures plus tard, au cours d'un nouvel appel téléphonique parvenu au Vatican, le même homme propose un échange : Emanuela Orlandi contre Ali Agca.

L'interlocuteur anonyme mentionne à nouveau "Mario" et "Pierluigi", à l'origine d'appels téléphoniques antérieurs, en les définissant comme étant des membres de l'organisation.

Le 6 juillet, un homme avec une voix jeune et un accent américain informe l'agence d'information ANSA de la demande d'échange d'Orlandi contre Agca, demandant la participation du pape[12] dans un délai de 20 jours et indiquant la présence d'un panier sur la place publique près du Parlement ; celui-ci contient, en effet, la preuve qu'Orlandi est entre ses mains. Il s'agit d'une photocopie de la carte de l'École de Musique[13], un accusé de réception et une note écrite à la main par la jeune fille enlevée.

Toutefois, le magistrat qui supervise le cas Orlandi ne croit pas qu'il y ait un lien crédible entre l'enlèvement d'Orlandi et l'agresseur du pape. Le 8 juillet, un homme, avec un accent présumé du Moyen-Orient, téléphone à l'un des camarades de classe d'Emanuela Orlandi : il déclare que celle-ci est entre ses mains et qu'il reste 20 jours pour faire l'échange avec Ali Agca. L'homme demande également la mise en place d'une ligne téléphonique directe avec le Secrétaire d'État du Vatican[7] de l'époque, Agostino Casaroli. La ligne est installée le 18 juillet. Un total de 16 appels téléphoniques est passé par "l'Américain" à partir de différentes cabines téléphoniques publiques.

Agca déclare un jour qu'Emanuela Orlandi a été enlevée par des agents bulgares des Loups gris dont Agca est membre[14]. Il parle d'Orlandi, lors d'un entretien en prison avec la RAI Italienne, indiquant à l'intervieweur que la jeune fille est vivante et qu'elle n'est pas en danger. Elle vit cloîtrée dans un couvent. Il nie avoir connaissance directe du destin de la jeune fille, mais que ses affirmations résultent de « quelques déductions logiques ». En l'absence de preuves pour étayer ces allégations, l'affaire est close en juillet 1997. À la mi-2000, le juge Ferdinando Imposimato, se fondant sur ce qu'il sait des Loups Gris, un groupe d'extrême-droite turc, déclare qu'Orlandi, alors adulte, vivait une vie parfaitement intégrée dans la communauté musulmane et qu'elle aurait probablement vécu pendant longtemps à Paris.

Il reste le seul partisan de cette idée et de la connexion Orlandi-Agca. Dans une lettre publiée en 2006, Agca affirme qu'Emanuela Orlandi et une autre fille, Mirella Gregori, toutes deux disparues en 1983, ont été enlevées dans le cadre du plan pour obtenir sa libération de prison. Il affirme que les filles ont été cachées dans un palais royal au Liechtenstein.

Agca a été temporairement libéré de la prison d'Istanbul, après avoir purgé 25 ans en Italie et en Turquie pour l'assassinat d'Abdi İpekçi, un journaliste turc. Toutefois, il est rapidement emprisonné à nouveau, la libération résultant apparemment d'une "erreur". Agca est définitivement libéré d'une prison turque en janvier 2010.

Le 9 novembre 2010, Mehmet Ali Agca est interviewé pour la première fois après sa libération par la télévision d'État en Turquie, la TRT, dans l'émission Kozmik Oda. Dans cette interview, outre qu'il déclare que le Vatican a organisé la tentative d'assassinat du Pape, il affirme qu'Orlandi a été maintenue prisonnière au Vatican (pour Agca) et qu'elle vit dorénavant dans un pays d'Europe centrale, nonne dans un monastère catholique. Il ajoute que la famille Orlandi peut voir sa fille chaque fois qu'ils le veulent mais qu'elle n'est pas été autorisée à quitter le monastère[15].

La piste des "Loups gris" sera également démentie par un ancien officier de la Stasi (Bohnsack Günter)[16] et par un ancien membre de la Banda della Magliana [17].

Les autres hypothèses[modifier | modifier le code]

En juillet 2005, à l'occasion de l'émission de télévision "Chi l'ha visto?" (Qui l'a vu? ) sur la RAI-3, un appel téléphonique anonyme déclare : « Si vous voulez en savoir plus sur Emanuela, regardez sur la tombe de De Pedis »[18]. La voix masculine ne sera jamais identifiée. Le corps de De Pedis est enterré dans la basilique de Saint-Apollinaire[19].

Le témoignage de Sabrina Minardi et la reprise de l'enquête[modifier | modifier le code]

En juin 2006, la journaliste Raffaella Notariale obtient une interview de Sabrina Minardi, l'ex-femme du footballeur de la Lazio de Rome, Bruno Giordano qui, entre le printemps 1982 et novembre 1984, a une aventure avec Enrico De Pedis. Deux ans et demi plus tard, le 23 juin de 2008, la presse italienne révèle que Sabrina Minardi a fait des déclarations devant le tribunal. Selon elle, Emanuela Orlandi a été tuée et son corps enfermé dans un sac puis jeté dans une bétonnière à Torvaianica. À cette occasion, selon Minardi, De Pedis se serait également débarrassé du corps d'un garçon de 11 ans tué pour se venger, Nicitra Domenico, le fils d'un ancien membre de la bande. Cependant le petit Nicitra a été tué le 21 juin 1993, dix ans après la date à laquelle Minardi situe l'épisode, et trois ans après la mort de De Pedis qui a eu lieu au début des années 1990. Selon les rapports de Sabrina Minardi, l'enlèvement matériel d'Emanuela Orlandi a été fait par Enrico De Pedis sur ordre de Mgr Paul Casimir Marcinkus[20] « comme s'ils voulaient donner un message à quelqu'un parmi eux »[12],[19].

Elle déclare en particulier être arrivée en voiture (une Autobianchi A112 blanche) au bar de Gianicolo où De Pedis lui avait dit de rencontrer une fille qui était censée « accompagner le préposé du Vatican ». Au rendez-vous, arrive une BMW noire conduite par «Sergio», le chauffeur de De Pedis et une Renault 5 rouge, avec à son bord, une certaine "Thérèse" (la femme de ménage de Daniela Mobili, amie de Minardi) et une jeune fille confuse, reconnue dans le témoignage comme étant Emanuela Orlandi. "Sergio" la laisse dans la BMW avec Minardi. Restée seule dans la voiture avec la jeune fille, Sabrina raconte qu'elles ont pleuré et ri ensemble et que la jeune fille «paraissait droguée». Arrivés dans une station essence, une Mercedes, avec des plaques d'immatriculation de la Cité du Vatican, attend avec un homme «qui ressemblait à un prêtre»  : il prend le relais[17]. La jeune fille aurait ensuite passé sa captivité à Rome, dans la propriété de Daniela Mobili, via Antonio Pignatelli 13 à Monteverde nuovo - Gianicolense. Cette maison avait « un énorme sous-sol qui atteignait presque celui de l'hôpital San Camillo » (dont l'existence ainsi qu'un lac souterrain ont été retrouvés par les enquêteurs le 26 juin 2008[21]). Thérèse, Minardi et Mobili s'occupaient d'Emanuela. Mobili a épousé Vittorio Sciattella, un proche de Danilo Abbruciati, un autre membre éminent de la Banda della Magliana, impliqué dans l'affaire Calvi ; il s'occupait de la restauration de l'immeuble de la Via Pignatelli[9]. Mobili nie connaître Minardi ou avoir eu un rôle dans l'enlèvement, parce qu'elle était, tout comme son mari, en prison. Minardi a toujours accusé la femme de ménage, "Thérèse", qui travaillait dans l'appartement à ce moment-là[22],[23]. Par la suite, Minardi mentionne une autre personne de la Bande (correspondant à un vieux portrait-robot)[24]) traqué par la police ; il avoue que le refuge dans la planque via Pignatelli était bien une cachette « mais pas pour les otages » mais les fugitifs. Elle fut le refuge de "Renatino"[25] : il nie le lien entre l'ancien patron de la Magliana et l'enlèvement Orlandi[26]. Puis apparaît Giulio Andreotti, avec qui Minardi a dîné à deux reprises, en compagnie d'un autre compatriote de De Pedis, à cette époque déjà recherché par la police. La femme précise toutefois qu'Andreotti « n'a rien à voir directement avec Emanuela Orlandi, mais avec Mgr Marcinkus »[17].

Les déclarations de Minardi, bien qu'elles soient reconnues par les enquêteurs comme partiellement incohérentes (du fait de l'usage de drogues dans le passé) deviennent crédibles en août 2008, à la suite de la découverte de la même BMW que Minardi déclare avoir utilisé pour le transport d'Emanuela Orlandi. Celle-ci appartient d'abord à Flavio Carboni, un homme d'affaires visé par l'enquête et plus tard acquitté dans le procès sur la mort de Roberto Calvi, puis à l'un des comparses de la Banda della Magliana[27].

La publication des rapports de la magistrature concernant Minardi a suscité des protestations du Vatican, qui, par le Père Federico Lombardi, porte-parole du bureau de presse du Vatican[28] déclare qu'il y a en plus de l'absence « d'humanité et de respect pour la famille Orlandi, qui égaye leur douleur » des « allégations scandaleuses contre l'archevêque Marcinkus, mort depuis longtemps et incapable de se défendre »[29]

Le 19 novembre 2009 Sabrina Minardi, interrogée au parquet de Rome par le procureur Capaldo Giancarlo et par le procureur de Maisto Simona, semble avoir reconnu l'identité de "John", c'est-à-dire l'homme qui, dans les jours suivant immédiatement la disparition d'Emanuela Orlandi, téléphone à plusieurs reprises à la famille[30],[31],[32],[33].

Le 21 novembre, Rai News 24 diffuse une autre interview de Sabrina Minardi, organisée par Raffaella Notariale. Minardi déclare qu'Emanuela Orlandi a passé les quinze premiers jours de captivité à Torvaianica, dans la maison sur la plage qui appartient à ses parents[34].

Le 2 février 2010, Pierre Orlandi, frère d'Emanuela, rencontre Aǧca Ali, dont il reçoit l'assurance qu' « Emanuela est vivante et reviendra bientôt à la maison »[35]. Selon l'ancien Loup gris, la jeune fille « vit maintenant recluse dans une villa en France ou en Suisse ».

Le 10 mars 2010, un nouveau suspect est annoncé : il s'agit de Sergio Virtù signalé par Sabrina Minardi comme étant le pilote de confiance de Renatino. Il aurait eu un rôle opérationnel dans l'enlèvement de la jeune fille. L'homme fait l'objet d'enquêtes pour des crimes, assassinats et enlèvements avec circonstances aggravantes. Virtù a été arrêté le jour de l'interrogatoire pour d'autres infractions et transféré à la prison de Regina Coeli. Il est l'ancien chauffeur de De Pedis. Une autre femme, que les enquêteurs ont présenté comme étant une ancienne partenaire, rapporte qu'il a joué un rôle dans l'enlèvement d'Orlandi et a reçu une compensation pour cela.

En juillet 2010[36] le Vicariat de Rome donne l'autorisation d'inspecter la tombe d'Enrico De Pedis dans la Basilique de Saint-Apollinaire.

Le 17 juin 2011, lors d'un débat sur le livre de Pierre Orlandi "Mia sorella Emanuela" (Ma sœur Emanuela) un homme avoue en direct qu'il est un ancien agent du SISMI et affirme qu'elle est en vie et se trouve dans un asile en Angleterre. Il ajoute qu'il a eu connaissance par Ercole Orlandi, le père d'Emanuela, que l'enlèvement était en rapport avec les activités de blanchiment d'argent "sale" liées à la Banca Antonveneta (es), relié à l'enlèvement de Calvi et la chute de la Banca Antonveneta (es)[37].

Le 24 juillet 2011, Mancini Antonio, dans une interview à La Stampa, déclare qu'en effet Emanuela Orlandi a été enlevée par la Banda della Magliana pour récupérer l'argent investi dans la banque du Vatican à travers la Banco Ambrosiano, comme le suggère le juge Rosario Priore. Mancini mentionne la somme de 20 milliards de lires (sûrement sous-estimée) pour qu'Enrico De Pedis cesse les attaques contre le Vatican. Malgré tout cet argent, elle, Emanuela, n'avait pas été restituée. Entre autres, il souhaitait être enterré dans la Basilique de Saint-Apollinaire (it) ce qui a eu lieu[38].

Le 14 mai 2012, la tombe est enfin ouverte mais à l'intérieur, il n'y a que les restes des personnes décédées. En creusant plus profondément ne sont trouvés que des restes d'ossements datant de la période napoléonienne.

Quatre jours plus tard, le 18 mai, don Pietro Vergari, ancien aumônier de la prison Regina Cœli où avait été détenu De Pedis et recteur de la basilique Sant'Apollinaire, jusqu'en 1991, est inculpé pour complicité dans l'enlèvement d'Emanuela[39].

Les accusations à l'encontre de l'Archevêque Marcinkus[modifier | modifier le code]

L'Archevêque Paul Casimir Marcinkus, interprète de Jean XXIII, garde du corps de Paul VI est nommé pro-président de la Commission pontificale pour l'État de la Cité du Vatican en 1981, au troisième rang derrière le pape et le secrétaire d'État. Il conserve cette fonction jusqu'en 1984. Il est cité dans plusieurs autres affaires ; il est soupçonné d'avoir été en rapport avec l'organisation criminelle italienne Banda della Magliana.

L'archevêque est né à Cicero (Illinois) aux États-Unis. Selon certains journaux et publications mais aussi selon un rapport rédigé par le chef, puis adjoint du SISDE[40] Vincenzo Parisi (it)[41] dans une déclaration restée confidentielle jusqu'en 1995 « "l'Américain" serait l'archevêque Paul Marcinkus ». Il est alors, également, président de l'IOR, la "banque du Vatican" : les spécialistes du SISDE analysent les messages et les appels téléphoniques reçus par la famille, soit un total de 34 communications, fiables : la personne a une connaissance de la langue latine, meilleure que l'italien, sans doute de culture anglo-saxonne, avec un haut niveau culturel et la connaissance de l'église mondiale et du Vatican, ainsi qu'une connaissance approfondie de Rome (où il a probablement vécu)[42]. Cette piste des services secret vient confirmer le témoignage de Sabrina Minardi, la maîtresse du gang de la Banda della Magliana.

Liens présumés avec la Banda della Magliana[modifier | modifier le code]

En juillet 2005, lors de la diffusion de l'émission « qui l'a vu? », sur Rai 3, un appel anonyme indique que pour résoudre le cas d'Emanuela Orlandi il est nécessaire d'aller voir qui est enterré dans la basilique de Saint Apollinaire (à Rome) et de contrôler la faveur faite par le cardinal Ugo Poletti. C'est ainsi qu'est découvert que le défunt n'était autre que le chef de la Banda della Magliana, Enrico De Pedis.

Le 20 février 2006, un repenti de la Banda Magliana, Antonio Mancini, affirme avoir reconnu la voix de Mario et qu'il s'agit d'un tueur au service de De Pedis, appelé "Rufetto"[43]. Les enquêtes menées par le Bureau du Procureur ne confirment pas ce point. Lors de la préparation du programme, mentionné ci-dessus, RAI 3 reçoit une carte postale représentant une ville du sud avec le texte suivant : "Laissez Renatino."

Le 30 juin 2008, est diffusé, dans l'émission Qui l'a vu ?, la version intégrale de l'appel téléphonique anonyme du juillet 2005[44] inédite jusque-là. Après les révélations sur la tombe de De Pedis et le cardinal Poletti, la voix a ajouté:« Et demandez au barman de la Via Montebello même si sa fille était avec elle ... avec l'autre Emanuela ». Le bar s'est avéré appartenir à la famille de Mirella Gregori, une autre jeune fille disparue à Rome, le 7 mai 1983, dans des circonstances mystérieuses et dont l'enlèvement a été relié à celui d'Orlandi[21].

En juillet 2011, le Procureur de Rome fait arrêter certains membres de la famille romaine De Tomasi, accusés de crimes, d'usure et de blanchiment d'argent. Selon les enquêteurs, Giuseppe De Tomasi, connu en tant que "Sergione", est un membre de la "Banda della Magliana" et serait la même personne qui, en 1983, a appelé la famille Orlandi, identifié par le nom de "John", tandis que son fils, Carlo Alberto De Tomasi, est l'auteur de l'appel à "Qui l'a vu?" de juillet 2005[45].

Au cours de l'enquête, la police découvre que le criminel Enrico De Pedis a été enterré dans la basilique de Saint-Apollinaire. Un document officiel du Vatican déclarera que le criminel, responsable de plusieurs meurtres, a fait « des contributions particulières pour les jeunes, intéressé principalement dans leur formation humaine et chrétienne. » On découvre également qu'il avait payé pour la tombe, un milliard de lires (450 000 euros), au cardinal Ugo Poletti, vicaire général de Rome[19].

Le 14 mai 2012, la police italienne exhume le corps du gangster Enrico De Pedis, après autorisation du Vatican[18] et après avoir reçu une dénonciation anonyme que le tombeau contient des indices sur le sort d' Emanuela[46],[12]. Le corps de De Pedis était effectivement enterré dans la basilique de Saint-Apollinaire, aux côtés des papes et des Cardinaux[19]. Le corps d'Emanuela ne s'y trouve pas [47],[48],[18]. Le père Federico Lombardi, directeur de la Salle de presse du Vatican, s'est félicité de cette « initiative de la magistrature » y voyant « un fait positif, qui correspond à ce qui était souhaité, afin que tout soit fait pour le déroulement et la conclusion de l'enquête » [47].

Les disparitions de Mirella Gregori et Oleg Bitov[modifier | modifier le code]

Mirella Gregori disparaît à Rome, le 7 mai 1983. À la disparition d'Emanuela Orlandi, un mois et demi plus tard, un rapprochement entre les deux affaires est fait. Mirella ne sera jamais retrouvée. Selon le témoignage de Mehmet Ali Agca, la disparition des deux jeunes filles est étroitement liée. Selon lui, elle est également liée à la disparition du journaliste soviétique Oleg G. Bitov, le 9 septembre 1983, à l'occasion du Festival du Film de Venise[49]. Le 20 novembre 1984, dans un communiqué officiel, l'organisation d'extrême-droite turque les Loups Gris[50] reconnait détenir les deux jeunes filles. Selon un ancien fonctionnaire de la Stasi, le service secret de la RDA, Günter Bohnsack, cette théorie permet aux Loups gris de détourner l'enquête sur la «piste bulgare» pour la tentative d'assassinat de Jean-Paul II.
La mère de Mireille, lors d'une visite du pape dans une paroisse romaine, le 15 décembre 1985, reconnait en Raoul Bonarelli[51], un homme de l'escorte papale, une personne qui parlait souvent avec sa fille et son ami, dans un bar situé près de son domicile[52].

La théorie des parties fines[modifier | modifier le code]

En mai 2012, le Père Gabriele Amorth, exorciste de l'Église catholique, affirme qu'Emanuela Orlandi a été enlevée par un membre de la police du Vatican pour des parties fines organisées par Mgr Simeone Duca, ancien archiviste du Saint-Siège, puis assassinée[53]. Selon lui, la police aurait agi en tant que "recruteur" des filles, déclare-t-il à La Stampa. « Le réseau implique le personnel diplomatique d'une ambassade étrangère au Saint-Siège »[54], ambassade qu'il ne cite pas. D'autres pistes, laissent entendre qu'Emanuela Orlandi aurait été attirée et tuée dans une série de banquets dans laquelle aurait été sexuellement impliqués le clergé, un policier et le personnel du Vatican[55] diplomatiques d'une ambassade étrangère au Saint-Siège.

La théorie Nicotri[modifier | modifier le code]

En 2002, avec la publication du livre "Mistero Vaticano" (Le Mystère du Vatican) et en 2009, avec la publication de "Emanuela Orlandi - La verità" (Emanuela Orlandi - La vérité), le journaliste Pino Nicotri, ancien rédacteur en chef de L'Espresso, renverse complètement toutes les hypothèses sur l'enlèvement, les réduisant à des tentatives destinées à cacher les faits. Orlandi, selon Nicotri, serait morte au Vatican au cours d'une rencontre avec quelqu'un de très haut dans la hiérarchie ecclésiastique une situation qui ramène l'affaire Orlandi à celle de Wilma Montesi. À cet égard, un journaliste, Max Palmer, affirme avoir été frappé par la similitude[56]. Dans ses livres, Pino Nicotri affirme que l'histoire des services secrets de l'Orient - et dans ce cas ils ne seraient pas impliqués du tout, selon lui - n'est rien de plus qu'une manœuvre opportuniste contre Jean-Paul II, pour l'affaiblir et réduire la force du mouvement de Solidarność. De même, selon la presse du web, les soi-disant "retournements" dans l'enquête, sont liés à des déclarations de témoins improbables au fil des années successives et l'implication présumée du crime organisé, n'est pas due à un complot international, mais une chaîne d'événements qui arrange les échelons supérieurs du Vatican et sont utilisés pour couvrir cette affaire épineuse[57].

L'implication de la Banda della Magliana en tant que soutien logistique des "Loups gris"[modifier | modifier le code]

Il a été avancé le rôle présumé des deux organisations (Loups gris et Banda della Magliana). Cette dernière aurait pu apporter un soutien logistique aux "Loups gris" (comme dans le cas de l'Attentat de la gare de Bologne, en 1980). Il n'est pas impossible que l'organisation Italienne ait préparé la tentative d'assassinat de Jean-Paul II. L' opération Emanuela Orlandi, ne serait plus qu'une tentative, pour le compte des Loups gris, de libération du criminel turc.

La piste pédophile de Boston[modifier | modifier le code]

En janvier 2002, à Boston : un scandale éclate : le Cardinal Law est accusé d'avoir couvert les prêtres pédophiles dans son diocèse pendant de nombreuses années. En mai 2002, le procès s'ouvre devant la Cour de Suffolk. Le journaliste Peronaci Fabrizio du Corriere della Sera fait un lien avec les enlèvements d'Emanuela Orlandi et Gregori Mirella. Le bureau de poste de la station de Kenmore dans le centre de Boston a été utilisé pour envoyer des lettres faisant allusion à des enlèvements et la prestation d'un groupe de pédophiles qui a signé NAMBLA (North American Boy Amant Man Association). En rapport avec ces faits, une enveloppe (portant le cachet de Kenmore) est adressée à Richard Roth, correspondant à Rome pour CBS : elle promet un épisode technique qui remuera les consciences. L'expertise graphologique établit que la lettre est de la même écriture qu'un message précédent[58],[59].

Rebondissements[modifier | modifier le code]

En 2010, Pierre Orlandi, frère de Emanuela, a une entrevue avec Mehmet Ali Agca au cours de laquelle l'ancien terroriste confirme l'hypothèse de l'enlèvement par le Vatican (déjà mentionné lors d'un appel du 5 juillet 1983) : il implique le cardinal Giovanni Battista Re, estimant que cette personne était informée des faits[60]. Un an plus tard, l'enregistrement de l'interview est révélée dans l'émission Chi l'ha visto? mais le nom du Cardinal est censuré. Pierre Orlandi, à ce moment-là, annonce qu'il a parlé au cardinal Giovanni Battista Re qui a nié les paroles de l'ancien terroriste[61].

En 2011, un repenti de la Banda della Magliana déclare au magistrat que l'enlèvement d'Emanuela n'est pas liée aux Loups gris, ni à Ali Agca[62].

Emanuela a été vue en divers lieux durant des années, y compris à l'intérieur du Vatican, mais tous les signalements ne sont pas fiables. L'affaire Orlandi n'est toujours pas résolue mais les médias italiens suivent encore en 2013 les rebondissements de l'enquête.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Emanuela Orlandi was kidnapped for sex parties for Vatican police », sur The TeleGraph
  2. (en) « Agca says he altered story over girl's abduction », The New York Times,‎ 5 juillet 1985 (lire en ligne)
  3. Le témoignage de Sabrina Minardi (en 2008) fera un lien entre une BMW, l'enlèvement et Enrico De Pedis (it)Orlandi enlevée sur ordre de Marcinkus
  4. (it)émissionChi l'ha visto? del vigile urbano
  5. Puntata di Chi l'ha visto? del 30 giugno 2008, I Parte
  6. Il Tempo, Paese della Sera et Il Messaggero
  7. a et b Emanuela Orlandi sul sito di Chi l'ha visto? di RAI3
  8. séquence relative à un appel téléphonique
  9. a et b (it) Puntata di Chi l'ha visto? andata in onda il 7 luglio 2008
  10. voir ci-dessous
  11. enregistrement d'Emanuela
  12. a, b et c (pt)Un ancien dirigeant de la Banque du Vatican accusé d'enlèvement. juin 2008
  13. Selon Nicotri dans son livre "Mistero Vaticano" (Le Mystère du Vatican), la production de la photocopie peut être l'œuvre de quelqu'un se trouvant au Vatican. Il s'interroge sur le fait qu'il s'agisse d'une photocopie, disponible par exemple à la sécurité du Vatican et non pas l'original
  14. l'une des suppositions de l'enquête est qu'il y a une volonté de détourner cette enquête des Loups gris, sur la piste bulgare
  15. Référence : TRT 2, et Milliyet
  16. L'échange-Orlandi Ali Agca était une invention de la Stasi
  17. a, b et c (it)Affaire Orlandi: enlevée sur ordre de Marcinkus
  18. a, b et c http://quebec.huffingtonpost.ca/2012/05/14/mystere-au-vatican_n_1515187.html Mystère au Vatican: la police exhume un malfaiteur italien dans une basilique romaine]
  19. a, b, c et d (pt)Comment la criminalité a corrompu le Vatican
  20. (it)Orlandi enlevée sur ordre de Marcinkus
  21. a et b Emanuela Orlandi sul sito di Chi l'ha visto?, aggiornamento del 30 giugno 2008
  22. (it)Je ne suis pas le geôlier, quand elle a disparu j'étais en prison
  23. (it)Je n'ai rien à voir avec l'enlèvement rien"
  24. (it)Affaire Orlandi, un nouveau suspect. Perquisition chez un ex de la Magliana
  25. De Pedis
  26. (it)Orlandi? Dans la cachette bunker de "Renatino"
  27. (it)Enlèvement Orlandi, voilà l’auto
  28. (it)Vatican Diplomacy: «Il Vaticano: “Accuse infamanti su Marcinkus”»
  29. Vatican Diplomacy: «Il Vaticano: “Accuse infamanti su Marcinkus”»
  30. (it)Caso Orlandi, dopo 26 anni un testimone
  31. >(it)26 anni la teste rivela: « Emanuela Orlandi è morta»
  32. >(it)Caso Orlandi, il rapitore ha un nome: testimoni lo riconoscono dalle foto
  33. >(it)Le mystère de Emanuela dans les chambres du Vatican
  34. Affaire Orlandi. interview de Sabrina Minardi
  35. Emanuela Orlandi : le frère rencontre Agca
  36. Affaire Orlandi, Autorisation d'inspecter la tombe de De Pedis
  37. Orlandi: téléphone à la télévision, Emanuela est en vie
  38. Ancien de la Magliana: "Oui, nous avons enlevé Orlandi
  39. (it)Affaire Orlandi : Mise en examen de Mgr Vergari
  40. Services secrets Italien
  41. chef de la police de 1987 à 1994
  42. (it)Extrait du livre EXTRA OMNES La disparition infinie de Emanuela Orlandi de Gaja Cenciarelli, ZONA 2006, (ISBN 88-89702-17-6) , documents déclassifiés relatifs aux enquêtes effectuées à l'époque par le SISDE
  43. vidéo de l'émission Chi l'ha visto?
  44. version intégrale de l'appel anonyme
  45. arrestation de la famille de Tomasi
  46. BBC report on Orlandi disappearance
  47. a et b Pas de trace d'Emanuela Orlandi dans la tombe du boss de la Magliana
  48. Prise à partie du Pape - Mai 2012
  49. Le journaliste, lors de sa "réaparition" affirmera avoir été enlevé par des agents britanniques - le retour à Moscou de Oleg G. Bitov
  50. (en)Mystery of the missing girl, the Vatican and gangster's burial
  51. (it)Mirella Gregori
  52. Déposition de Maria Vittoria Arzenton aux juges Malerba e Rando, rapporté dans Vaticano. Affare di Stato de Ferdinando Imposimato - Koinè, 1983
  53. (en) « Emanuela Orlandi was kidnapped for sex parties for Vatican police », The Telegraph,‎ 22 mai 2012 (lire en ligne)
  54. les accusations du père Amorth
  55. attention à vérifier
  56. Dynapress - Site officiel de Max Parisi
  57. Emanuela Orlandi, la vérité se trouve au Vatican
  58. (it)Emanuela Orlandi et Mirella Gregori, la piste des prêtres pédophiles de Boston
  59. (it)Pour Emanuela Orlandi et Mirella Gregori retour de la piste de prêtres pédophiles à Boston
  60. Ali Agca-Pietro Orlandi: il colloquio segreto "Questa storia nasce in Vaticano" - Repubblica.it
  61. Video Rai.TV - Orlandi: la ricerca in Inghilterra
  62. (it) Caso Orlandi, parla la superteste « Rapita per ordine di Marcinkus », Cronaca, Repubblica.it

Sources[modifier | modifier le code]

  • Paris match (Numéros 3189 à 3197)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Roberta Hidalgo, L'affaire Emanuela Orlandi, Croce Libreria,‎ 2012
  • (it) Fabrizio Peronaci et Pietro Orlandi, Mia sorella Emanuela, Edizioni anordest,‎ 2011
  • (it) Ugo Barbàra, In terra consacrata, Piemme,‎ 2009 (ISBN 978-8-856-60457-3)
  • (it) Rita Di Giovacchino, Storie di alti prelati e gangster romani. I mistreri della chiesa di Sant'Apollinare e il caso Orlandi, Fazi,‎ 2008 (ISBN 978-8-881-12984-3)
  • (it) Gaja Cenciarelli, Extra Omnes. L'infinita scomparsa di Emanuela Orlandi, Bologne, Zona Editore,‎ 2006 (ISBN 8889702176.[à vérifier : isbn invalide])
  • (it) Massimiliano Cesaretti, Ovunque tu sia, Rome, Edizioni Progetto Cultura,‎ 2007 (ISBN 9788860920829.[à vérifier : isbn invalide])
  • (it) Vittorio Di Cesare et Sandro Provvisionato, Vaticano rosso sangue, Florence, Olimpia,‎ 2006 (ISBN 978-8-825-30117-5)
  • (it) Gennaro Egidio, La strategia delle ombre. I mille volti del crimine, Milan, Mursia,‎ 1988
  • (it) Antonio Fortichiari, È viva. La scomparsa di Emanuela Orlandi. Un'inchiesta, Tropea,‎ 2003 (ISBN 8843804030.[à vérifier : isbn invalide])
  • (it) Ferdinando Imposimato, Vaticano. Un affare di Stato. Le infiltrazioni - L'attentato - Emanuela Orlandi, Koiné,‎ 2003
  • (it) Otello Lupacchini et Max Parisi, Dodici donne un solo assassino. Da Emanuela Orlandi a Simonetta Cesaroni, Koinè Nuove Edizioni,‎ 2006 (ISBN 8887509719.[à vérifier : isbn invalide])
  • (it) Pino Nicotri, Emanuela Orlandi. La verità. Dai lupi grigi alla banda della Magliana, Baldini Castoldi Dalai,‎ 2008 (ISBN 9788860734747)
  • (it) Pino Nicotri, Mistero Vaticano. La scomparsa di Emanuela Orlandi, Rome, Kaos edizioni,‎ 2002 (ISBN 8879531123.[à vérifier : isbn invalide])
  • (it) Raffaella Notariale, Segreto Criminale. La vera storia della banda della Magliana, Newton Compton,‎ 2010 (ISBN 978-8-854-12143-0)
  • (it) Jacopo Pezzan et Giacomo Brunoro, I Misteri del Vaticano: Il Caso Orlandi, La Case,‎ 2011 (ISBN 9788890589607.[à vérifier : isbn invalide])
  • (de) Martin de Wolf, Die Orlandi-Verschwörung, BoD Norderstedt (ISBN 978-3-837-09641-5)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]