Elyesa Bazna

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Bazna

Elyesa Bazna

alt=Description de l'image Elyesa_Bazna.jpg.
Alias
Cicéron
Naissance 28 juillet 1904
Pristina, Kosovo, Drapeau de l'Empire ottoman Empire ottoman
Décès 21 décembre 1970 (à 66 ans)
Munich, Allemagne de l'Ouest Allemagne de l’Ouest
Nationalité Albanais
Pays de résidence Drapeau de la Turquie Turquie puis Allemagne de l'Ouest Allemagne de l’Ouest
Profession Domestique
Activité principale Valet de chambre, conducteur de voiture
Autres activités

Elyesa Bazna (1904, Kosovo - 21 décembre 1970, Munich) était un domestique au service de l'Ambassadeur de Grande-Bretagne. Il devint espion au profit de l'Allemagne nazie pendant la Seconde Guerre mondiale. Il proposa ses services et vendit des informations secrètes à Franz von Papen, ambassadeur à Ankara, en Turquie. Son officier traitant fut Ludwig Carl Moyzisch qui dépendait de l'Auswärtiges Amt ou Ministère des Affaires étrangères dirigé par von Ribbentrop.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elyesa Bazna était Albanais de naissance. Sa famille vint s'installer à Ankara. Il fut d'abord valet auprès de l'ambassadeur de royaume de Yougoslavie en Turquie, puis auprès d'un conseiller allemand qui le renvoya après l'avoir surpris à lire son courrier. Il fut chauffeur des ambassades de Yougoslavie, des États-Unis et de Grande-Bretagne. En exerçant cette dernière charge, à partir de 1943, il devint valet de chambre et homme de confiance de l'ambassadeur britannique Sir Hughe Knatchbull-Hugessen.

Au service de l'Ambassade de Grande-Bretagne[modifier | modifier le code]

À partir de 1942, Bazna devint le maître d'hôtel et le valet de chambre de l'ambassadeur de Grande-Bretagne, Sir Hughe Knatchbull-Hugessen à Ankara. Il gagne sa confiance par ses talents de chanteur d'opéras italiens. Il le trahit en allant proposer ses services à l'ambassade d'Allemagne. Sa motivation était un désir de vengeance inventé[1] et une ambition démesurée. Il était parvenu à copier les clefs du coffre-fort de l'ambassadeur. Celui-ci avait oublié une clef dans son pantalon que Bazna devait brosser. Ce dernier s'empresse de prendre une empreinte de la clef et fait fabriquer un double de celle-ci.

Trahison[modifier | modifier le code]

Elyesa Bazna commença à photographier des documents confidentiels le 21 octobre 1943. Il contacta l'attaché d'ambassade Jenke le 26 octobre 1943. Celui-ci le confia à Ludwig Carl Moyzisch, un attaché commercial de l'ambassade d'Allemagne, en réalité directeur des services secrets allemands en Turquie. Présenté sous le nom de « Diello » à Moyzisch[2], Bazna précisa qu'il désirait 20 000 £ en échange d'un lot de cinquante-six documents. Il devint un agent rémunéré en 1943, sous le nom de code de Cicéron. Il permit la fuite d'informations importantes sur plusieurs conférences internationales, ainsi que sur des bombardements, comme celui de Ploiești. En revanche, contrairement à ce qu'affirment ses mémoires et de nombreux journalistes, aucun document important sur le débarquement allié du 6 juin 1944 en Normandie n'a été communiqué par Cicéron, et le code Overlord n'apparut sur aucun des documents communiqués par lui aux autorités nazies, pour la bonne raison que l'ambassadeur de Grande-Bretagne à Ankara n'a jamais eu de telles informations.

Les services britanniques estimaient que Bazna était « trop stupide » pour être un espion. Du côté allemand, le ministre des Affaires étrangères von Ribbentrop soupçonna d'abord une tentative d'intoxication de la part des Alliés. En effet, l'officier traitant Moyzisch ne savait pratiquement rien de son informateur et, de ce fait, la source était jugée suspecte. D'autre part l'Abwehr ne transmet pas toutes les informations en temps et en heure.

Le gouvernement turc, par la voie de son ministre des affaires étrangéres anti-nazi Numan Menemencioglu, finit par alerter les Britanniques sur la possible existence d'un espion nazi dans leur ambassade. Bazna assiste à l'installation d'un dispositif de protection électrique et apprend ainsi à neutraliser sans traces la sonnerie d'alarme[3]. Bazna peut continuer impunément sa mission d'espionnage, d'autant plus qu'il replace soigneusement les documents après les avoir photographiés.

Intervention des services SS[modifier | modifier le code]

Moyzisch fut convoqué à Berlin au Ministère. Il partit en avion et fut intercepté à Sofia par les services du général SS Kaltenbrunner (chef du SD et du RSHA). Il est longuement interrogé par des experts allemands en contre-espionnage. Von Ribbentrop ne fut convaincu de l'authenticité des documents que lorsque les détails des conférences du Caire et de Téhéran lui furent livrés. Un de ses collaborateurs, von Steengrach confirma qu'ils avaient été renseignés par ailleurs mais cela ne suffit pas à convaincre von Ribbentrop[4]. Il y avait une réelle inimitié entre von Papen et von Ribbentrop qui confinait à la haine. L'authencité de la source Cicéron et de ses documents en souffrit.

Fin de la collaboration[modifier | modifier le code]

Moyzisch recruta une secrétaire, Nelly Kapp, fille d'un ancien consul allemand à Bombay. Elle avait vécu une grande partie de sa jeunesse dans des pays anglophones. Elle se révéla névrosée et il était difficile de travailler avec elle. Moyzisch ignorait qu'elle était, en fait, antinazie et agent infiltré par les services britanniques. Au mois d'avril 1944, elle déserta l'ambassade d'Allemagne[5]. Elle dénoncera Cicéron à l'ambassadeur britannique. L'affaire fait scandale et Moyzisch est sommé de venir s'expliquer en Allemagne mais refusa de partir pour s'expliquer sur la désertion de sa secrétaire. Il risquait la peine de mort de la part des nazis.

Elyesa Bazna-Cicèron fut expulsé de l'ambassade britannique[6] Il disparut en se fondant dans la population turque. L'opération Cicéron était terminée.

Bilan[modifier | modifier le code]

Au total, Elyesa Bazna reçut 300 000 £ de l'Abwehr en faux billets (voir Opération Bernhard). Un des résultats les plus intéressants est que les chefs allemands apprirent qu'ils allaient perdre la guerre. Ils n'en tinrent pas compte et payèrent de leur vie après le procès de Nuremberg où ils rendirent compte de leurs crimes.

Après la guerre, Elyesa Bazna fut condamné à rembourser certaines acquisitions et poursuivit en justice, sans succès, le gouvernement fédéral allemand pour obtenir un paiement régulier en monnaie authentique.

Postérité[modifier | modifier le code]

Il publia ses mémoires sous le titre Signé Cicéron.

Un film célèbre, L'Affaire Cicéron (titre original 5 Fingers), fut réalisé en 1951 par Joseph L. Mankiewicz, d'après le livre Operation Cicero de L. C. Moyzisch, l'attaché de l'ambassade d'Allemagne à qui il propose les documents. Bazna y est interprété par James Mason.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Il prétendit que son père avait été tué par un Anglais dans un accident de chasse. Ce qui se révéla faux.
  2. Bazna ne dévoila pas son identité réelle et la conserva secrète jusqu'à la fin de l'opération Cicéron.
  3. op. cit. Robert Kempner (1965) p. 314-315
  4. op. cit. LC Moyzisch (1954) p. 77-88
  5. op. cit. LC Moyzisch (1954) p. 153-171
  6. Une sanction bien douce qui s'explique par le fait que l'étendue des dégâts n'avait pas été correctement avaluée

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • François Kersaudy, L’Affaire Cicéron. ISBN 2-262-01921-5.Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Robert Kempner (Procureur général aux procès des diplomates à Nuremberg), L’espion le plus cher du monde, Paris-Montréal, Sélection du Reader’s Digest, coll. « Dans les coulisses de la guerre secrète 1939-1945 »,‎ 1965, poche, 544 p., chap. 3 (« Les alliés marquent des points »), p. 310-316 Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Ludwig Carl Moyzisch (trad. Suzanne Belly), L’affaire Cicéron, Paris, Editions Ditis, coll. « J’ai lu leur aventure » (no A44),‎ 1963 (1re éd. 1950), poche, 192 p. Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]