Élorn

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Elorn)
Aller à : navigation, rechercher
Élorn
Le pont de Rohan sur l'Élorn à Landerneau.
Le pont de Rohan sur l'Élorn à Landerneau.
Caractéristiques
Longueur 56,4 km [1]
Bassin 385 km2 [1]
Bassin collecteur Élorn
Débit moyen 5,63 m3/s (Plouédern) [2]
Régime pluvial océanique
Cours
Source Commana
· Coordonnées 48° 23′ 11″ N 3° 56′ 44″ O / 48.38639, -3.94556 (Source - Élorn)  
Embouchure rade de Brest (Mer Celtique)
· Localisation entre Le Relecq-Kerhuon et Plougastel-Daoulas
· Altitude 0 m
· Coordonnées 48° 23′ 15″ N 4° 24′ 01″ O / 48.3875, -4.4003 (Embouchure - Élorn)  
Géographie
Pays traversés Drapeau de la France France
Département Finistère
Régions traversées Bretagne

Sources : SANDRE, Géoportail, Banque Hydro

L’Élorn (Elorn en breton) est un fleuve côtier du département du Finistère dans la région Bretagne, qui se jette dans la rade de Brest qui communique avec l’océan Atlantique. L’Élorn sépare les pays bretons du Léon, au nord, de la Cornouaille au sud. C'est l'un des derniers cours d'eau français où la pêche du saumon est encore possible, malgré la pollution récurrente dont elle est l'objet (comme l'ensemble des rivières bretonnes).

Géographie[modifier | modifier le code]

Dénommé autrefois Dourdun ou Dourdu ("Eau profonde" ou "Eau Noire")[3],de 56,4 km de longueur[1], l'Élorn prend sa source dans les monts d'Arrée, à 1,5 km au nord-nord-est du Tuchen Kador, et se jette dans la rade de Brest après avoir traversé plusieurs petites villes, dont Sizun et Landivisiau. Ce cours d'eau est le berceau de la légende du Dragon de l'Élorn. La partie maritime du fleuve s'arrête à Landerneau où le pont de Rohan, pont habité, empêche la navigation en amont. En remontant plus le cours d'eau, on croise le château de La Roche-Maurice et des moulins abandonnés. De nombreuses propriétés de famille habitées par des Brestois bordent ses rives maritimes (Park an Coat, le Frout, Beau Repos, le Petit Manoir de Poul ar Velin). À marée basse, la vase est au rendez-vous, à marée haute, la mer entre dans la campagne.

La longueur de son cours d'eau est de 56,3 km[1].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Adolphe Joanne et Élisée Reclus décrivaient ainsi l'Élorn au début du XXe siècle :

« L'Élorn dut une certaine importance à ce que, dans l'ancienne Bretagne, il séparait le Léonais au nord du pays de Cornouaille au sud. Il débute dans le même pays que le fleuve Penzé et la rivière Élez, près de la roche la plus haute de la montagne d'Arrée et, dirigé vers le nord-ouest, puis le nord, semble d'abord destiné à s'engloutir dans la Manche aux environs de Saint-Pol-de-Léon ; il serpente devant le bourg de Sizun, puis tourne à l'ouest au bas du plateau qui porte le bourg de Landivisiau, croise le chemin de fer de Paris à Brest, se ploie au sud-ouest, direction définitive, et arrive à Landerneau, corruption du breton Lann-Élorn ("pays de L'Élorn") : ici, en aval de deux ponts de chemin de fer (lignes de Paris à Brest et de Landerneau à Quimper), l'Élorn, qui n'est qu'un ruisseau de 6 mètres de largeur, devient, sous le nom de "Rivière de Landerneau", un estuaire de 200 à 500 mètres, puis de 500 à 1 000 mètres d'ampleur, long de 14 kilomètres, assez profond pour que les navires d'un tirant d'eau de 3 mètres montent jusqu'à Landerneau (4 mètres en grande marée); ce bras de mer débouche dans la rade à 6 km à l'est de Brest. Estuaire compris, l'Élorn a 50 kilomètres de long, au moins, en un bassin de 27 236 hectares jusqu'à Landerneau, de 37 000 ha environ jusqu'à la rade[4]. »

Juste avant son débouché dans la rade de Brest, l'estuaire de l'Élorn est franchi par le pont Albert-Louppe et le pont de l'Iroise, qui permet à la voie express RN 165 en direction de Quimper et Nantes de le franchir.

Navigabilité[modifier | modifier le code]

Les conditions de navigation sur la Rivière de Landerneau ont toujours été difficiles, l'accès au port de Landerneau n'étant possible qu'à marée haute et pour les bateaux de faible tirant d'eau. Même accéder au Bassin des Bois de l'Anse de Kerhuon et à la Pyrotechnie de Saint-Nicolas n'était pas chose aisée :

« La Rivière de Landerneau n'est pas accessible aux navires du plus fort tirant d'eau. Elle n'est navigable à mer basse pour les navires de 4 mètres de tirant d'eau que jusqu'au nord de la chapelle Saint-Jean de Plougastel ou même jusqu'à l'Anse de Kerhuon (contenant les bois de construction de la Marine) à cause de l'étroitesse du chenal. L'entrée en est même diminuée par la "Basse Sainte-Barbe" (1m 30 à marée basse) et par les "Bancs de Keraliou" sur le côté sud de la Rivière, par le travers de l'Anse du Moulin-Blanc[5]. »

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Débit moyen mensuel (en m³/s)
Station hydrologique : J3413030 - Plouédern (Pont ar Bled) pour un bassin versant de 260 km2
(données calculées sur 29 ans)

Source : Banque Hydro - ministère de l'Écologie, de l'Énergie, du Développement durable et de la Mer[2]
Le lac de retenue du Drennec, sur le territoire des commune de Commana et Sizun

Le débit spécifique de l'Élorn est de 21,4 l/s/km² à Plouedern. Le débit maximal instantané a été mesuré le 12 décembre 2000 à 19h05 et était de 127 m³/s. Cette valeur est supérieure à la valeur attendue pour une crue cinquantennale (crue ne survenant statistiquement que tous les 50 ans) puisque celle-ci est de 110 m³/s. La lame d'eau écoulée dans son bassin versant annuellement y est de 679 mm, valeur comparable à celle des autres bassins versants de la partie occidentale de la péninsule bretonne.

Désormais, depuis la construction du barrage du Drennec qui retient une partie des eaux dans un lac de retenue, le régime hydrographique de l'Élorn a été modifié par l'action de l'homme.

Liste des communes traversées[modifier | modifier le code]

Les communes traversées par l'Élorn sont, d'amont en aval :

La Forest-Landerneau, l'Anse du château en bordure de l'Elorn (vue côté amont)
La Forest-Landerneau, l'Anse du château en bordure de l'Elorn (vue côté aval)

Y ajouter en bordure de la "Rivière de Landerneau" (partie maritime correspondant à l'estuaire) :

L'Élorn se jette dans la Rade de Brest ; juste à son embouchure se trouvent les deux ponts construits au XXe siècle pour permettre son franchissement : le pont Albert-Louppe, désormais ouvert seulement aux piétons et aux cyclistes, et le pont de l'Iroise qui supporte la voie express Route nationale 165 Brest-Quimper-Nantes.

Légendes[modifier | modifier le code]

La cathédrale Saint-Paul-Aurélien : vitrail (saint Pol Aurélien terrassant le dragon de l' Élorn)
  • La légende de l'Élorn[6] (deux chevaliers revenant de Terre sainte, Néventer et Derrien[note 1], sauvent le seigneur d'un château, dénommé Élorn, qui s'est jeté dans le fleuve désespéré parce que presque toute sa famille a été dévorée par un dragon qui menace de s'en prendre aussi à son fils adolescent nommé Riok...)[7]. Le prince Élorn aurait par la suite donné son nom au cours d'eau.
Article détaillé : saint Néventer.

Un Pétrolier Militaire des Forces navales françaises libres sur lequel en Avril 1943 le Premier Maître Jean Moncorgé Jean Gabin s'est engagé comme canonnier chef de pièce portait le nom de Élorn.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Geographylogo.svg

Les coordonnées de cet article :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L'église de Commana est dédiée à "saint Derrien" en l'honneur de ce saint

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Sandre, « Fiche cours d'eau - L'Elorn (J34-0300) » (consulté le 8 février 2014)
  2. a et b Banque Hydro - MEDDE, « Synthèse de la Banque Hydro - L'Élorn à Plouedern (Pont ar Bled) (J3413030) » (consulté le 8 février 2014)
  3. Selon les récits d'anciens conteurs, évoqués par Valentine Vattier d'Ambroyse, "Le littoral de la France", tome 2, 1890, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1019834/f358.image
  4. Adolphe Joanne et Élisée Reclus, "Dictionnaire géographique et administratif de la France et de ses colonies", 1890-1905, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k733913/f156.image.r=Locquenole.langFR
  5. Paul Joanne, " Dictionnaire géographique et administratif de la France et de ses colonies. 1, A-B", 1890, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k73389j/f626.image.r=Kerhuon.langFR
  6. http://www.maison-de-la-riviere.fr/article.php3?id_article=166
  7. http://www.grandterrier.net/wiki/index.php?title=Sant_Neventer