Elle s'appelait Catastrophe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Elle s'appelait Catastrophe (ISBN 0-531-09539-8) est un roman écrit en 1996 par l'écrivaine Nancy Farmer. En 1997, elle a remporté le prix d'honneur Newbery pour le roman, qui a également été finaliste pour le National Book Award pour la littérature de jeunesse. Le livre explore les qualités nécessaires pour survivre dans un environnement hostile (en particulier pour une femme), le passage à l'âge adulte et l'orientation spirituelle.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Nhamo est une fille de 12 ans vivant dans un village traditionnel situé dans le Mozambique en 1981. Elle a été élevée avec les connaissances et les coutumes de sa tribu, mais le scandale semble la poursuivre, elle et sa mère, elle a d'ailleurs été nommée « catastrophe » en langue shona. Après avoir connu des ennuis avec une épidémie de choléra, un léopard fantôme, et un faux mariage prescrit par un sorcier, elle s'enfuit avec la bénédiction de sa grand-mère mourante, quelques pépites d'or et ses maigres aptitudes à la survie. Nhamo vole un bateau sous les instructions de sa grand-mère et utilise le fleuve pour faire route au Zimbabwe, où elle fait face à la menace des hippopotames, des crocodiles et autres animaux.

Ce qui aurait dû être une promenade en bateau de deux jours pour traverser la frontière du Zimbabwe s'étend sur une année, durant laquelle elle est confrontée à la faim, les risques de noyade, et la menace d'animaux affamés ou agressifs. La jeune fille trouve son chemin vers une nature luxuriante qui n'est autre que l'île hantée et vit à côté d'une troupe de babouins. La conversation quotidienne dans la solitude avec les esprits lui fournit des conseils pratiques. Elle fait des erreurs, perd courage, et meurt presque de faim. Même après son arrivée au Zimbabwe, où elle vit avec des scientifiques avant de rencontrer la famille de son père, Nhamo doit apprendre à vivre dans une société moderne (vêtements, comportement, alphabétisation), et est invitée à laisser partir le « mal » des esprits qui « possèdent » son corps tel que le dit le prêtre.