Elle et lui (film, 1939)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Elle et lui.

Elle et lui

Description de cette image, également commentée ci-après

Irene Dunne et Charles Boyer

Titre original Love Affair
Réalisation Leo McCarey
Scénario Delmer Daves
Donald Ogden Stewart
Acteurs principaux
Sociétés de production RKO
Genre Mélodrame romantique
Sortie 1939
Durée 88 min (1h28)

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Elle et lui (Love Affair) est un film américain réalisé par Leo McCarey, sorti en 1939.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Elle, c'est Terry McKay, une chanteuse de cabaret qu'un mariage doit bientôt "sauver" de son sort. Lui, c'est Michel Marney, play-boy français appelé à épouser une riche héritière américaine. À bord du bateau qui les conduit vers leur mariage respectif, ils font connaissance et tombent amoureux. Spirituels, mais oisifs, ils se promettent d'abandonner leurs projets de mariage et de se retrouver 6 mois plus tard si chacun parvient à trouver un travail. Ils se donnent rendez-vous au 102e étage de l'Empire State Building, "ce qu'il y a de plus proche du paradis à New-York".

6 mois passent. Chacun se rend au rendez-vous, mais, trop enthousiaste, Terry est renversée par une voiture au pied de l'Empire State Building... sans que Michel, qui l'attend déjà en haut, ne le sache. Terry perd l'usage de ses jambes, et se refuse à reprendre contact avec Michel tant qu'elle ne marche pas à nouveau. Celui-ci repart en voyage, accablé de tristesse.

6 mois passent encore: Michel s'est révélé être un peintre de talent - avant, il était trop... "occupé à vivre" selon les mots de sa grand-mère, morte entre temps. Les jambes de Terry ne vont toujours pas mieux - elle dirige à présent la chorale d'un orphelinat. Aucun ne parvient à oublier l'autre et à avoir une nouvelle relation sentimentale.

La scène pivot se déroule dans un cinéma, où Terry et Michel se rencontrent par hasard. Ils ne parviennent pas à dire plus que "Bonsoir" et, chacun étant accompagné(e), il pense que l'autre a refait sa vie avec un(e) autre. Au cours de la scène finale (le réveillon de Noël!), Michel fait irruption chez Terry dont il a retrouvé l'adresse par hasard. Un dialogue brillantissime les réconcilie - Michel comprend l'accident et le handicap de Terry. Le film se termine sur cette réplique de Terry : "Pas besoin de miracle: si vous pouvez peindre, je peux bien remarcher." - ce qui fait éclater de rire Michel et renverse le sentimentalisme attendu de la scène, procédé utilisé tout au long du film.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Autour du film[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]