Elizabeth Smart

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Smart (homonymie).
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne l'écrivain canadien. Pour la victime d'enlèvement, voir Enlèvement d'Elizabeth Smart.
Elizabeth Smart

Elizabeth Smart (27 décembre 1913 à Ottawa, Canada4 mars 1986 (à 72 ans) à Londres, Grande-Bretagne) est une poétesse et romancière canadienne. Ses relations tendues avec ses parents, ainsi que sa relation hors mariage avec le poète anglais George Barker, en ont fait une écrivaine maudite du Canada anglais.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elizabeth Smart grandit dans la haute société canadienne-anglaise. Son père, Russell Smart, est avocat et sa mère, Louise, est connue pour les excellentes soirées et réceptions qu'elle organise. Ils passent leurs étés à Kingsmere, où la famille possède une maison voisine de celle de William Lyon Mackenzie King. En 1933, à l'âge de dix-neuf ans, elle quitte le Canada pour Londres afin d'étudier le piano. Quelques années plus tard, elle a l'occasion de voyager à travers le monde en tant que secrétaire privée d'une femme âgée. De retour au Canada, elle travaille brièvement pour l'Ottawa Journal en tant que chroniqueuse mondaine avant de repartir pour New York, le Mexique et la Californie[1].

C'est en 1945 que paraît sa première œuvre - qui sera aussi sa plus célèbre -, By Grand Central Station I Sat Down and Wept (À la hauteur de Grand Station, je me suis assise et j’ai pleuré). Celle-ci relate, en prose poétique, sa relation amoureuse tumultueuse avec le poète anglais George Barker, dont elle aura quatre enfants. Bien qu'amoureux d'elle, il refusera de divorcer pour l'épouser.

Ses publications suivantes datent de 1977, année où sont publiés : A Bonus (un recueil de poèmes), et The Assumption of the Rogues and Rascals (un roman en prose poétique). D'autres suivront jusqu'à son décès.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

  • By Grand Central Station I Sat Down and Wept (1945)
    • Elizabeth Smart, À la hauteur de Grend Central Station je me suis assise et j'ai pleuré, tranduit de l'anglais par Hélène Filion, préface de Brigid Brophy, Montréal, Les Herbes rouges, 2003, 115 p. 
  • The Assumption of the Rogues & Rascals (1977)

Poésie[modifier | modifier le code]

  • A Bonus (1977)
  • Ten Poems (1981)
  • Eleven Poems (1982)
  • In the Meantime (1984)

Journaux intimes[modifier | modifier le code]

  • Necessary Secrets: The Journals of Elizabeth Smart (1986)
  • On the Side of the Angels: the second volume of the Journals of Elizabeth Smart (1994)

Œuvres de jeunesse[modifier | modifier le code]

  • Juvenilia : Early Writings of Elizabeth Smart (1987)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]