Elizabeth Simpson Inchbald

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Elizabeth Inchbald

alt=Description de l'image Elizabeth Inchbald.jpg.
Activités dramaturge, romancière, actrice
Naissance 15 octobre 1753
Décès 1er août 1821

Elizabeth Inchbald, née Simpson à Stanningsfield (Suffolk) le 15 octobre 1753 et morte le 1er août 1821, est une dramaturge, romancière et actrice anglaise.

Fille de John Simpson, un fermier catholique, Inchbald s’instruisit elle-même et ne dut qu’à une difficulté de prononciation, qu’elle finit par vaincre, de ne pas suivre tout d’abord la carrière théâtrale qu’un de ses frères avait déjà adoptée. Elle s’émancipa de bonne heure et vint, à l’âge de seize ans, chercher fortune à Londres. Après des aventures qui mirent sa vertu en danger, elle fut préservée des dangers auxquels l’exposaient sa beauté et sa jeunesse par l’acteur et portraitiste Inchbald qui l’épousa.

Elle débuta sur le théâtre à Bristol (1772), dans le rôle de Cordelia, tandis que son mari jouait le roi Lear. Pendant un séjour en France, où Joseph Inchbald essaya vainement de vivre de sa peinture, elle eut l’idée d’écrire des comédies. Après la mort de son mari en 1779, Inchbald réussit à se faire engager au théâtre de Covent Garden, et continua à jouer, tantôt à Londres, tantôt en tournée, sans jamais avoir un grand succès mais, en même temps, elle donnait des pièces de théâtre.

Si le succès d’Inchbald, comme actrice, fut ordinaire, comme auteure, elle réussit mieux. Le Covent-Garden joua, en 1786, sa petite comédie du Conte Mogol (The Mogul Tale). Depuis cette époque jusqu’en 1805, elle donna dix-huit autres pièces, qui furent presque toutes bien accueillies du public et le plus souvent adaptées du français

Inchbald donna également quelques romans, dont le plus célèbre, intitulé Simple histoire, (The Simple story, 1791, 4 vol. in-12) obtint un brillant succès. Malgré le titre, l’action du roman n’est pas simple : plusieurs des personnages, comme lord et lady Elmwood, appartiennent au monde aristocratique. L’intérêt est soutenu, les scènes s’enchaînent bien et certains caractères, Miss Milner, Sandford, lord Elmwood, sont excellents. Simple histoire fut aussitôt traduit en français par Deschamps (1791, 4 vol.) et Scribe en a tiré une comédie-vaudeville pour le Théâtre de Madame (26 mai 1826).

Le second roman d’Inchbald, la Nature et l’Art (Nature and Art, 1796), ne vaut pas le premier, au moins pour la variété des caractères, mais l’épisode d’Agnès et du Juge William est d’un haut intérêt dramatique que fait ressortir la simplicité du style. Ce roman fut également traduit en français par Deschamps (1796, 2 vol.). Des éditions d’auteurs du théâtre anglais moderne occupèrent ses dernières années.

Très répandue et très recherchée dans les salons littéraires et mondains pour sa grâce et sa beauté, Elizabeth Inchbald avait écrit de curieux mémoires qui furent, par son ordre exprès, détruits à sa mort.

Œuvre littéraire[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Lovers' Vows.
  • Mogul Tale; or, The Descent of the Balloon (1784)
  • Appearance is against Them (1785)
  • I'll Tell you What (1785)
  • The Widow's Vow (1786)
  • The Midnight Hour (1787)
  • Such Things Are (1787)
  • All on a Summer's Day (1787)
  • Animal Magnetism (1788?)
  • The Child of Nature (1788)
  • The Married Man (1789)
  • Next Door Neighbours (1791)
  • Everyone has his Fault (1793)
  • To Marry, or not to Marry (1793)
  • The Wedding Day (1794)
  • Wives as They Were and Maids as They Are (1797)
  • Lovers' Vows (1798)
  • The Wise Man of the East (1799)
  • The Massacre (1792) (non jouée)
  • A Case of Conscience (published 1833)
  • The Ancient Law (non jouée)
  • The Hue and Cry (non publiée)
  • Young Men and Old Women (Lovers No Conjurers) (non publiée)

Romans[modifier | modifier le code]

  • A Simple Story (1791)
  • Nature and Art (1796)

Contributions[modifier | modifier le code]

  • The British Theatre. 25 vols. (1806–9)
  • Collection of Farces and Afterpieces. 7 vols. (1809)
  • The Modern Theatre. 10 vols. (1811)

Traductions françaises[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Simple Histoire, traduction de l'anglois, de Mistriss Inchbald (1791).
  • Lady Mathilde, suite de Simple Histoire (1793)
  • La Nature et l'art, 1797 Traduction de Jean Marie Deschamps de l'édition originale en anglais de 1796
  • Je vais vous expliquer (comédie en 5 actes), Les apparences contre soi (farce en 2 actes), contenues dans Elizabeth Inchbald et la comédie "sentimentale" anglaise au XVIIIe siècle : étude critique (1971)
  • Épouses d'autrefois et jeunes filles d'aujourd'hui, contenue dans Elizabeth Inchbald et la revendication féminine au dix-huitième siècle (1973)

Sources[modifier | modifier le code]

  • (en) Elizabeth Inchbald, A Simple Story, J. M. S. Tompkins, 1988 pour son introduction par Jane Spencer.
  • F. Moreux, Elizabeth Inchbald et la comédie "sentimentale" anglaise au XVIIIe. Étude critique suivie de deux pièces (texte et traduction), 1971.
  • Jacques-Alphonse Mahul, Annuaire nécrologique, ou Supplément annuel et continuation de toutes les biographies ou dictionnaires historiques, 3e année, 1822, Paris : Ponthieu, 1823, p.286-291 [1]