Elizabeth Cotten

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Elizabeth Cotten

Naissance 5 janvier 1895
Carrboro, Drapeau des États-Unis États-Unis
Décès 29 juin 1987
Activité principale Chanteuse, auteur-compositeur-interprète
Genre musical Folk
Instruments Guitare

Elizabeth Cotten, dite Libba, née le 5 janvier 1895 et décédée le 29 juin 1987, fut une musicienne américaine de blues et de folk. Son originalité tient notamment au fait qu'elle était autodidacte et ne connaissait pas les techniques musicales conventionnelles. Gauchère, elle avait la particularité de tenir sa guitare à l'envers, ce qui l'obligeait à jouer les basses de ses doigts et les mélodies de son pouce. Sa technique spéciale fut nommée Cotten Picking.

Biographie[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

Cotten est née à Carrboro en Caroline du Nord dans une famille bercée dans la musique. Ses parents, George Nevills et Louise Price - Nevills, eurent cinq enfants, dont Elizabeth était la benjamine. À l'âge de sept ans, Cotten fit ses premiers pas en musique avec le vieux banjo de son frère. Après avoir mis de côté un peu d'argent, elle se paya à huit ans sa première guitare qu'elle nomma Stella, puis écrivit, à partir de dix ans, ses premières propres chansons, dont Freight Train, qui fut l'une des plus reconnues.

Elle commença à travailler vers treize ans, comme serveuse, avec sa mère. En 1910, elle se maria avec Frank Cotten avec qui elle eut une fille, Lillie. Ensuite, Elizabeth Cotten joua dans des églises. Le jeune couple vivait dans l'Est des États-Unis, et déménagea plusieurs fois entre la Caroline du Nord et New York, avant de se fixer à Washington. Après le mariage de sa fille Lillie, Elizabeth divorça de Frank et partit avec elle et sa famille.

Retour[modifier | modifier le code]

Elizabeth Cotten cessa de jouer de la guitare pendant près de vingt-cinq ans, à l'exception de quelques interprétations occasionnelles dans des églises. Ce n'est qu'en atteignant la soixantaine qu'elle commença à enregistrer et à jouer sur scène. Elle fut découverte par la famille de Charles Seeger, alors qu'elle y était employée comme femme de ménage. Un jour, elle aida Peggy Seeger, la fille de la famille Seeger, à retrouver sa mère qui s'était perdue. Elle dut très tôt s'occuper des enfants des Seeger, Mike, Pete, et Peggy, et se remit alors à jouer pour cette famille férue de musique.

Enregistrements et fin de carrière[modifier | modifier le code]

Durant la seconde moitié des années 1950, Mike Seeger enregistra sur ruban magnétique les chansons d'Elisabeth: ces chansons furent commercialisées sous le label de Folkways Records. Après leurs sorties, ses chansons, et en particulier le titre Freight Train, furent reprises par le groupe Peter, Paul and Mary, Jerry Garcia, Bob Dylan, Matt Valentine, Taj Mahal et Joe Dassin (Je change un peu de vent).

Elle joua ensuite plusieurs spectacles, accompagnant Mike Seeger, dont le premier au Swarthmore College en 1960. Une de ses chansons Ain't Got No Honey Baby Now fut en fait enregistrée par Blind Boy Fuller sous le titre Lost Lover Blues en 1940.

Dans les années 1960, elle fit de nombreuses apparitions sur scène avec des grands noms de la musique comme Mississippi John Hurt, John Lee Hooker, et Muddy Waters, lors du festival Folk de Newport et lors du Smithsonian Festival of American Folklife.

Le regain d'intérêt pour ses chansons lui donna envie d'en composer de nouvelles, et elle joua en 1967 Shake Sugaree avec son petit-fils.

Profitant de sa renommée et de ses nombreuses récompenses, elle déménagea avec sa famille à Syracuse (New York) et y acheta une maison. Elle continua ses tournées et ses enregistrements jusque dans les années 1980. En 1984, elle remporta le Grammy Awards de la meilleure chanson traditionnelle pour son album Elizabeth Cotten Live. En 1989, Cotten fit partie des 75 femmes afro-américaines choisies pour apparaître dans le documentaire photo, I Dream a World. Lorsqu'elle reçut son prix Grammy à Los Angeles, elle déclara «Merci. J'aurais juste bien aimé avoir ma guitare pour vous interpréter à tous une chanson».

Elizabeth Cotten décéda à Syracuse à l'âge de 92 ans. Un hommage à la chanteuse (In Memory of Elizabeth Cotton) fut enregistré par fIREHOSE sur l'album If'n, dont le titre se basait sur la chanson Freight Train.

Références[modifier | modifier le code]

Livres[modifier | modifier le code]

  • Smith, Jessie Carney. Epic Lives: One Hundred Black Women Who Made a Difference. Detroit: Visible Ink Press, 1993.
  • Hood, Phil. Artists of American Folk Music: The legends of traditional Folk, the stars of the sixties, the virtuosi of new acoustic music. New York: Quill, 1986.
  • Wenberg, Michael. Elizabeth's Song. Oregon: Beyond Words Pub., 2002. (Children's Book)
  • Escamilla, Brian. Contemporary Musicians: Profiles of the people in music. Volume 16. 1996.
  • Cohen, John, and Greil Marcus. There is no eye: John Cohen Photographs. New York: PowerHouse Books, 2001.
  • Cohn, Lawrence. Nothing But the Blues: The music and the musicians. New York: Abberville Press, 1993.
  • Santelli, Robert. American Roots Music. New York: Harry N. Abrams, 2001.
  • Bastin, Bruce. Red River Blues. Chicago: University of Illinois Press, 1986.
  • Conway, Cecilia. African Banjo Echoes in Appalacia. Knoxville: University of Tennessee Press, 1995.

Articles[modifier | modifier le code]

  • Seeger, Mike. Liner Notes accompanying Freight Train and Other North Carolina Folk Songs and Tunes, by Elizabeth Cotten. Washington, DC : Smithsonian Folkways, 1989.

Enregistrements CD[modifier | modifier le code]

  • Elizabeth Cotten. Freight Train and Other North Carolina Folk Songs and Tunes. Smithsonian Folkways.
  • Elizabeth Cotten. Shake Sugaree. Smithsonian Folkways.
  • Elizabeth Cotten. Live!. Arhoolie Records.
  • Elizabeth Cotten. Vol. 3: When I'm Gone. Smithsonian Folkways.

Collections spéciales[modifier | modifier le code]

Vidéo et DVD[modifier | modifier le code]

  • Masters of the Country Blues: Elizabeth Cotten and Jesse Fuller. Yazoo, 1960.
  • John Fahey, Elizabeth Cotten: Rare Performances and Interviews. Vestapool Productions, 1969.
  • Me and Stella: A film about Elizabeth Cotten. New Brunswick, NJ: Phoenix Films and Video, 1976.
  • Mike Seeger and Elizabeth Cotten. Sparta, NJ: Stefan Grossman's Guitar Workshop, 1991.
  • Jesse Fuller and Elizabeth Cotten. Newton, NJ: Yazoo Video, 1992.
  • Elizabeth Cotten with Mike Seeger. Vestapool Productions, 1994.
  • Legends of Traditional Fingerstyle Guitar. Cambridge, Mass.: Rounder Records, 1994.

Liens externes[modifier | modifier le code]