Elizabeth Blackwell

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Blackwell.

Elizabeth Blackwell

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Portrait d’Elizabeth Blackwell

Naissance 3 février 1821
Bristol (Grande-Bretagne)
Décès 31 mai 1910 (à 89 ans)
Hastings (Grande-Bretagne)
Nationalité anglaise et américaine
Champs docteur en médecine
Diplôme Geneva Medical College

Elizabeth Blackwell (née le 3 février 1821 et morte le 31 mai 1910) est une femme médecin, auteur et féministe anglo-américaine. Elle est la première femme, inscrite en tant que telle, diplômée en médecine par une université aux États-Unis, ainsi que la première femme membre de l'ordre des médecins de Grande-Bretagne.

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Contexte familial[modifier | modifier le code]

Elizabeth Blackwell est la troisième fille de Samuel Blackwell, raffineur de sucre, et son épouse Hannah (Lane) Blackwell[1]. Ses sœurs aînées sont Anna et Marian, et elle aura six frères et sœurs cadets: Samuel, Henry, Emily (troisième femme diplômée en médecine par une université aux États-Unis), Sarah, John, et George. Quatre tantes (Barbara, Ann, Lucy, et Mary) vivent sous le même toit qu'Elizabeth pendant son enfance, dont les premières années s’écoulent à Bristol, 1 Wilson Street, près de Portland Square[2].

Elle passe des années d'enfance heureuses à Bristol[2], et conserve le souvenir de la présence positive et aimante de son père. Samuel Blackwell est un homme progressiste aussi bien dans sa vision des relations sociales que dans le domaine de la religion ou de l’éducation des enfants. Plutôt qu'avoir recours aux châtiments corporels de manière systématique, il dispose d'un carnet dans lequel il note les manquements de ses enfants a la discipline. Lorsque les écarts s'accumulent, les enfants sont contraints à passer l'heure du dîner isolés dans le grenier de la maison[2]. Cela ne saurait signifier qu'Elizabeth Blackwell est élevée de manière laxiste. Son père, congrégationaliste, maintient un strict respect les principes éducatifs et religieux auxquels il est attaché. Il est convaincu qu'il convient d'offrir à chaque enfant un cadre propice au développement de ses talents particuliers. Elizabeth Blackwell bénéficie non seulement des services d'une gouvernante, mais également de cours particuliers qui ont accompagné son développement intellectuel. Cet environnement conduit toutefois sa vie sociale de petite fille à se limiter pour l'essentiel au cercle familial[1].

Émigration vers les États-Unis[modifier | modifier le code]

En 1828, la famille d'Elizabeth Blackwell s'installe dans Nelson Street, tout près de la raffinerie familiale, ce qui permet a Samuel d’être plus proche de son entreprise dont l’activité prend de l'ampleur. Toutefois, des émeutes secouent Bristol en 1830, dont le degré d'agitation devient tel que la famille prend la décision de tenter sa chance aux États-Unis[3]. Elizabeth Blackwell a onze ans lorsque tous embarquent sur le navire "Cosmo", en direction de New York, en août 1832. Une fois sur place, Samuel Blackwell fonde la Raffinerie du Congrès, à New-York, et rejoint la congrégation de Samuel Hanson. Il est membre actif des cercles réformistes de l’époque[1]: des leaders abolitionnistes tels William Lloyd Garrison et Theodore Weld lui rendent visite[4]. La famille de Samuel Blackwell adopte sa vision libérale des choses, et ses enfants décident même d'abandonner la consommation de sucre en geste de protestation contre le commerce des esclaves[2]. Elizabeth Blackwell s'initie de la sorte a l’idée de réforme sociale, qu'elle continuera de soutenir activement dans les années suivantes, assistant a des rassemblements anti-esclavage et des réunions d’abolitionnistes jusqu’à la fin des années 1830. Ces activités cultiveront naturellement le goût d'Elizabeth Blackwell pour l’indépendance économique comme intellectuelle[1].

En 1836, la raffinerie est détruite par un incendie. Samuel Blackwell parvient à la reconstruire, mais un an plus tard son commerce bat de l'aile. La famille réduit son train de vie, se sépare de ses domestiques, et déménage vers Cincinnati dans l'Ohio en 1838, pour tenter de se relancer. Cincinnati apparaît en effet aux yeux de Samuel Blackwell comme un lieu propice a la culture de betteraves sucrières, une matière première alternative à la canne a sucre et socialement plus acceptable . Malheureusement, Samuel n'aura pas l'occasion de réaliser son projet. Il meurt soudainement de maladie le 7 août 1838, trois semaines après l’arrivée de la famille à Cincinnati. Il laisse derrière lui ses neuf enfants a la charge de leur mère, ainsi que d'importantes dettes[1].

Jeune adulte[modifier | modifier le code]

La situation financière des Blackwell devient très précaire. Pour y remédier, Anna, Marian et Elizabeth créent une école, la Cincinnati English and French Academy for Young Ladies, qui procure un enseignement généraliste aux jeunes filles, et dont les cours et l'internat sont payants. La pédagogie n'y est pas particulièrement innovante - c'est avant tout une manière pour les sœurs Blackwell de faire bouillir la marmite[5]. Pendant ces années, les activités militantes d'Elizabeth sont ralenties, dans un Cincinnati plus conservateur vis-à-vis de l’émancipation des esclaves[1].

Elizabeth Blackwell se convertit à l'épiscopalisme en décembre 1838, probablement influencée par sa sœur Anna. Elle devient un membre actif de l’église épiscopale de Saint-Paul, mais en 1839, William Henry Channing (en), un prêtre unitarien charismatique, arrive a Cincinnati et lui fait découvrir le transcendantalisme. Blackwell se tourne alors vers l’église unitarienne, une démarche très mal perçue par la communauté conservatrice de Cincinnati. L’école fondée par les sœurs Blackwell voit beaucoup de ses élèves retirées par leurs parents en guise de protestation, et elle est conduite a la fermeture en 1842. Blackwell commence alors à offrir des cours particuliers[1].

Au contact de Channing, Blackwell développe son intérêt pour les questions d’éducation et de réforme. Elle s'attache à enrichir ses propres connaissances, étudie l'art, suit des cours variés, écrit des nouvelles, et découvre les pratiques religieuses d’obédiences variées (quakers, millerisme, judaïsme). À partir des années 1840, elle commence à formaliser sa pensée sur les droits des femmes dans ses journaux personnels, et sa correspondance. Elle participe également à la campagne politique de Harrison en 1840[1].

La même année, grâce à l'aide de sa sœur Anna, Blackwell obtient un emploi d'enseignante, qui lui rapporte 400 $ par mois a Henderson, dans le Kentucky. Malgré la satisfaction qui lui apportent ses élèves, elle trouve que les conditions de vie et d'enseignement ne sont pas adéquates. Elle est particulièrement mal à l'aise car elle y est confrontée pour la première fois à la réalité la plus concrète de l'esclavage. La ville d'Henderson finit par lui paraître si spirituellement étriquée, la société si rigide, que sa situation lui semble absurde et intolérable. Elle retourne à Cincinnati seulement six mois après son départ, bien décidée à donner à sa vie plus de sens[2].

Formation[modifier | modifier le code]

Choix de la médecine[modifier | modifier le code]

Blackwell songe pour la première fois a la carrière médicale à l'occasion de la douloureuse maladie d'une amie de Cincinnati, qui succombe probablement d'un cancer de l’utérus. Cette amie lui confie qu’être soignée par un docteur femme aurait probablement rendu son traitement beaucoup plus confortable. Blackwell est également convaincue que les qualités féminines sont très adaptées à l'exercice de la profession médicale[3]. À cette époque pourtant, "elle déteste tout ce qui a trait au corps, et ne supporte pas les livres traitant de médecine"[2]. Un autre élément qui la pousse toutefois dans cette voie est le sens attribué en ce temps à l'expression "femme médecin", par lequel sont désignées les faiseuses d'anges. Blackwell souhaite se dresser contre cette idée reçue qui ne rend pas justice a ce dont elle croit les femmes capables[1]. Embrasser la carrière médicale constitue également un moyen d’acquérir l’indépendance matérielle qu'elle recherche, en dehors des chaînes du mariage[2].

Elle se lance dans ces études sans être consciente de toutes les difficultés qui l'attendent, dans une société très patriarcale. Mais les barrières qu'elle rencontre ne font que renforcer sa détermination. En 1845, Blackwell possède la certitude qu'elle a les moyens d'obtenir son diplôme, mais il lui faut encore trouver où poursuivre, et comment financer ces études[1].

The Woman's Medical College of the New York Infirmary, annonce, 1868-69

C'est une nouvelle fois par l’intermédiaire de sa sœur Anna qu’Elizabeth trouve un emploi. Il s'agit d'enseigner la musique dans un établissement d'Asheville en Caroline du Nord. L'objectif d'Elizabeth est d’épargner les trois mille dollars nécessaires au financement des années d’études médicales qu'elle projette. À Asheville, Blackwell est hébergée par le révérend John Dickson, qui a exercé en tant que médecin avant de suivre sa vocation religieuse, et qui soutient le projet d'Elizabeth. Cet état de choses lui donne l’occasion de profiter de la bibliothèque privée du révérend pour étudier. C'est une période qui lui permet également de calmer ses propres doutes sur son choix de carrière, et de supporter sa solitude, par une activité contemplative régulière. Elle reprend par ailleurs fait et cause pour la lutte abolitionniste, tout comme son frère Henry Brown Blackwell, qui épousera Lucy Stone. Un autre de ses frères, Samuel Charles, épousera une autre figure féministe, Antoinette Brown (en). Elle fait à l'occasion de ces activités la connaissance de Harriet Beecher Stowe et lance notamment une école du dimanche pour les esclaves, mais l'initiative ne sera pas couronnée de succès[1].

Lorsque l’école du révérend Dickson ferme a son tour, Blackwell s'installe dans la résidence du frère de ce dernier, Samuel Henry Dickson, un médecin très réputé de Charleston. Elle commence à enseigner dans une école de Charleston en 1846, et sollicite par courrier, avec le soutien de John Dickson, l'admission dans des facultés de médecine, mais sans succès. Ces refus répétés l’incitent à quitter Charleston en 1847 pour Philadelphie et New-York, afin de prendre l'attache des facultés de médecine de manière directe. Son plus grand souhait est d’être admise au sein d'une des facultés de Philadelphie[2].

Elle se rabat alors sur des écoles moins prestigieuses et est finalement admise au Hobart and William Smith College de New York. Bravant les préjugés des professeurs et des étudiants, elle termine, le 23 janvier 1849, première de sa classe et devient la première femme à obtenir un diplôme médical aux États-Unis.

Refusée dans la plupart des hôpitaux, elle fonde son propre établissement appelé New York Infirmary for Indigent Women and Children en 1857. Au déclenchement de la guerre civile américaine, elle forme des infirmières et, en 1868, fonde un collège médical réservé aux femmes pour former officiellement des femmes-médecins/doctoresses.

En 1869, elle abandonne à sa sœur Emily la responsabilité du Collège pour retourner en Angleterre. Là, avec Florence Nightingale, elle ouvre le London School of Medicine for Women et devient la première femme-médecin/doctoresse et médecin enregistrée en Grande-Bretagne. Elle prend sa retraite à l’âge de 86 ans.

Son guide d’éducation sexuelle (The Moral Education of the Young), est publié en Angleterre, tout comme son autobiographie (Pioneer Work in Opening the Medical Profession to Women, 1895). À sa mort, elle est incinérée en Écosse.

Hommages[modifier | modifier le code]

Images externes
Elizabeth Blackwell dans The Dinner Party
Site du Brooklyn Museum

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k (en) Nancy Ann Sahli, Elizabeth Blackwell, M.D., (1871-1910): a biography, New York, Arno Press,‎ 1982 (ISBN 0-405-14106-8)
  2. a, b, c, d, e, f, g et h Blackwell, Elizabeth, and Millicent Garrett Fawcett. Pioneer Work in Opening the Medical Profession to Women. London: J. M. Dent & Sons, 1914. Print.
  3. a et b Nathan Roth, « The Personalities of Two Pioneer Medical Women: Elizabeth Blackwell and Elizabeth Garrett Anderson », Bulletin of the New York Academy of Medicine, vol. 47, no 1,‎ 1971, p. 67–79 (PMCID 4924177)
  4. Elizabeth Blackwell, journal intime, 10 mai 1836 (Blackwell Family Papers, Library of Congress)
  5. Elizabeth Blackwell, Journal intime, 19–21 décembre 1838 (Blackwell Family Papers, Library of Congress).
  6. (en) « The Dinner Party by Judy Chicago », sur www.brooklynmuseum.org (consulté le 14 septembre 2013)


Liens externes[modifier | modifier le code]