Eliza McCardle Johnson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Eliza McCardle Johnson
Eliza McCardle Johnson, 18e Première dame des États-Unis

Elizabeth McCardle Johnson (4 octobre 1810 à Leesburg - 15 janvier 1876 à Greeneville), fut la 21e Première dame des États-Unis et l'épouse de Andrew Johnson, 17e Président des États-Unis.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fille unique de John McCardle, cordonnier, et de Sarah Phillips-McCardle, Eliza perdit son père alors qu'elle était encore très jeune. Elle fut élevée par sa mère désormais veuve, à Greeeneville, dans le Tennessee. Un jour de septembre 1826, Eliza aperçut Andrew Johnson et sa famille emménager en ville alors qu'elle était en train de discuter avec ses camarades de classe de Rhea Academy. Ils ne tardèrent pas à très vite s'apprécier. Le 17 mai 1827, Andrew Johnson, âgé de 18 ans, épousa Eliza McCardle, alors âgée de 16 ans, dans la maison de la mariée à Greeneville. Mordecai Lincoln, parent éloigné d'Abraham Lincoln, présida la cérémonie.

Eliza Johnson fut donc la Première Dame à s'être mariée la plus jeune. Mrs. Johnson était plutôt grande, les yeux noisette, les cheveux bruns et de bonne figure. Elle était également plus cultivée que son mari qui, à l'époque, avait seulement appris en autodidacte et avec difficultés à lire et à écrire un peu. Johnson doit à sa femme son apprentissage de l'arithmétique et de l'écriture, étant donné qu'il n'alla jamais lui-même à l'école. Elle lui servit donc patiemment d'enseignant tandis qu'il travaillait comme tailleur. Elle lui faisait souvent la lecture à voix haute.

Les Johnson eurent trois fils et deux filles, tous nés à Greeneville :

  • Martha Johnson Patterson (1828-1891). Elle épousa David T. Patterson qui, après la Guerre de Sécession devint sénateur du Tennessee. Elle servit d'hôtesse officielle à la Maison-Blanche à la place de sa mère. Les Patterson entretenaient en outre une ferme à l'extérieur de Greeneville.
  • Charles Johnson (1830-1863) - docteur, pharmacien. Au déclenchement de la guerre de Sécession, il demeura fidèle à l'Union. Alors qu'il recrutait des soldats au Tennessee au service de l'Union, il devint l'objet d'une intensive chasse à l'homme de la part de la Confédération. Il rejoint la Middle Tennessee Union Infantry comme chirurgien assistant. Il fut finalement désarçonné de sa monture et mourut.
  • Mary Johnson Stover Brown (1832-1883). Elle épousa Dan Stover, lequel servit comme colonel dans la Fourth Tennessee Union Infantry lors de la Guerre Civile. Les Stovers vécurent dans une ferme du comté de Carter. Après la mort de son époux en 1864, elle se remaria avec W.R. Brown.
  • Robert Johnson (1834-1869) - avocat. Il travailla un temps dans le corps législatif de l'État du Tennessee. Durant la guerre de Sécession, il fut nommé colonel de la First Tennessee Union Cavalry. Il fut aussi le conseiller particulier de son père durant sa présidence. Alcoolique, il mourut à l'âge de 35 ans.
  • Andrew Johnson, Jr. (1852-1879) - journaliste. Il fonda l'hebdomadaire Greeneville Intelligencer, mais celui-ci disparut au bout de deux ans. Il mourut peu après, à l'âge de 27 ans.

Eliza soutint son mari au cours de sa carrière politique tout en essayant d'éviter les apparitions publiques. Au cours de la Guerre Civile, les États confédérés lui ordonnèrent d'évacuer sa maison de Greeneville et elle dut trouver refuge à Nashville.

Quelques mois après que son mari soit devenu président, elle alla le rejoindre à la Maison Blanche. Cependant, elle était incapable de faire office de Première Dame en raison de sa santé fragile. Elle restait confinée à sa chambre du deuxième étage, laissant les obligations mondaines à sa fille aînée, Martha Johnson Patterson. Mrs. Johnson ne fit que deux apparitions publiques en tant que Première Dame: à la réception donnée en l'honneur de la reine Emma d'Hawaï en 1866 et lors de l'anniversaire du président en 1867.

Elle mourut le 15 janvier 1876, à l'âge de 65 ans, six mois seulement après son époux. Elle est enterrée à ses côtés à Greeneville.

Source[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]