Élisabeth de Goerlitz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Elisabeth de Goerlitz)
Aller à : navigation, rechercher
Élisabeth de Goerlitz
Image illustrative de l'article Élisabeth de Goerlitz
Titre
Duchesse engagère du Luxembourg
14111441
Prédécesseur Jobst de Moravie
Successeur Philippe III de Bourgogne
Biographie
Dynastie Luxembourg
Date de naissance décembre 1390
Lieu de naissance Hořovice (Bohême)
Date de décès 3 août 1451
Lieu de décès Trèves (Allemagne)
Père Jean de Goerlitz
Mère Catherine (ou Richardis) de Mecklembourg-Schwerin
Conjoint (1) Antoine de Brabant
(2) Jean III de Wittelsbach

Élisabeth de Luxembourg ou Élisabeth de Goerlitz, née à Hořovice en Bohême en décembre 1390, morte à Trèves le 3 août 1451, fut duchesse engagère de Luxembourg de 1411 à 1441.

Origine[modifier | modifier le code]

Elle était fille de Jean de Luxembourg, duc de Goerlitz et de Catherine (ou Richardis) de Mecklembourg-Schwerin.

Unions et postérité[modifier | modifier le code]

Le 16 juillet 1409, elle épousa Antoine de Brabant (1384 † 1415), duc de Brabant et de Limbourg, fils cadet de Philippe II , duc de Bourgogne et de Marguerite III, comtesse de Flandres.

Ne pouvant payer sa dot, son oncle l'empereur Sigismond lui donna en gage le duché de Luxembourg en 1411. Elle en prit possession avec son mari, mais celui-ci fut peu après tué à la bataille d'Azincourt.

Le couple avait eu deux enfants :

  • Guillaume (1410-1410)
  • un enfant né et mort en 1412

Elle se remaria en 1418 avec Jean III de Wittelsbach (1376 † 1425), duc de Bavière Straubing, mais fut à nouveau rapidement veuve et sans enfant.

Menant grand train et criblée de dettes, elle vendit en 1441 le Luxembourg à Philippe III le Bon, duc de Bourgogne, un des neveux de son premier époux. Cette vente fut cependant mal acceptée par les Luxembourgeois qui lui reprochaient d'avoir vendu le duché à un prince étranger, et elle se retira à Trèves.

Ascendance[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

  • Alfred Lefort, La Maison souveraine de Luxembourg, Reims, Imprimerie Lucien Monge,‎ 1902, 262 p. [détail de l’édition]