Eliot Spitzer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Spitzer.
Eliot Spitzer

Eliot Laurence Spitzer (né le 10 juin 1959) est une personnalité politique américaine du Parti démocrate, Procureur général de l'État de New York de 1999 à 2007 et Gouverneur de ce même état du 1er janvier 2007 au 17 mars 2008. À la suite de la révélation d'une affaire de prostitution dans laquelle il serait impliqué, il est contraint à la démission.

Biographie[modifier | modifier le code]

Eliot Spitzer est né dans le Bronx à New York, de parents juif-autrichiens.

Diplômé de Princeton en 1981, il poursuit ses études à l'école de droit d'Harvard. C'est à cette époque qu'il rencontre et épouse Silda Wall avec qui il aura trois filles.

Une fois obtenu son diplôme en droit (Juris Doctor, J.D.), Spitzer travailla pour le juge Robert W. Sweet à Manhattan, puis il rejoignit le cabinet juridique Paul, Weiss, Rifkind, Wharton & Garrison.

Moins de deux ans plus tard, il rejoignait les bureaux du Procureur de Manhattan dirigé alors par Robert M. Morgenthau. Au sein du bureau, il passe six ans avec succès à poursuivre le crime organisé.

En 1992, Spitzer rejoignait le cabinet juridique Skadden, Arps, Slate, Meagher & Flom. Il y resta jusqu'en 1998.

En 1994, il tente de se faire élire Procureur général de New York et de succéder à Robert Abrams mais est battu lors des primaires démocrates par Karen Burstein (elle-même battue ensuite par le républicain Dennis Vacco).

Attorney général de New York (1999-2007)[modifier | modifier le code]

En 1998, à sa seconde tentative, il est élu de justesse Attorney général de New York avec 48,2 % des voix contre 47,6 % au procureur général sortant, Dennis Vacco.

En 2002, Spitzer est réélu avec 66 % des voix contre Dora Irizarry.

Son action comme procureur est appréciée et, combinée avec l'action du maire républicain Rudolph Giuliani, la criminalité baisse. Surnommé le « shérif de Wall Street », il traîne alors en justice des responsables de réseaux de prostitution, ainsi que, pour corruption, des dirigeants de banques d'affaires ou de sociétés d'assurances. Il inflige notamment des amendes d'un montant total de 1,4 milliard de dollars à dix des plus importantes firmes de Wall Street, accusées d'avoir procuré des conseils boursiers tendancieux[1].

En 2006, soutenu notamment par deux anciens maires de New York, David Dinkins et Ed Koch et par l'homme d'affaires républicain Donald Trump, Eliot Spitzer est le candidat démocrate au poste de gouverneur. Le 7 novembre 2006, il est élu avec 69 % des voix contre 29 % au républicain John Faso et 1 % au libertarien John Clifton.

Gouverneur de New York (2007-2008)[modifier | modifier le code]

Il entre en fonction le 1er janvier 2007 sur la promesse de procéder à des réformes « éthiques et humaines » durant son mandat. Il propose alors notamment, mais sans succès, une régularisation des immigrés sans-papiers et sa tentative de faire adopter une législation en faveur du mariage homosexuel se heurte à l'opposition du Sénat de l'État à majorité républicaine[2].

Il fut un opposant au Plan Paulson. Il critiqua également la politique de l'administration Bush concernant le « prêt prédateur » des banques, les rendant responsables de la crise des subprimes, opinion qu'il fit connaître dans une lettre ouverte, publiée le 14 février 2008 par le Washington Post[3].

Partisan et bailleur de fonds pour Hillary Clinton lors de sa candidature à l'investiture démocrate lors de l'élection présidentielle de 2008, le New York Times révèle, en mars 2008, son implication en tant que client d’un réseau de call girls haut de gamme démantelé par le FBI [4]. C'est au côté de son épouse qu'il reconnaît les informations données par le quotidien new-yorkais au cours d'une conférence de presse alors que le chef de la minorité républicaine à l'assemblée de l'État le menace, le lendemain, d'engager une procédure d'impeachment à son encontre. Selon le FBI et des sources proches de l'enquête, le gouverneur Spitzer aurait à six reprises rencontré des prostituées dans un hôtel de la ville et aurait dépensé près de 80 000 dollars pour ces services[5]. Le scandale porte atteinte à son image comme le révèlent des sondages[6] selon lesquels 68 % des électeurs New-Yorkais souhaitaient sa démission.

Il annonce sa démission le 12 mars 2008. Le 17 mars 2008, son successeur est son lieutenant gouverneur, David Paterson, qui devient le premier gouverneur afro-américain de l'État et le premier gouverneur non-voyant des États-Unis.

Journalisme[modifier | modifier le code]

Il a été recruté fin 2008 par le site d'informations Slate[7].

En 2010, la chaîne télévisée CNN l'embauche pour coanimer Parker Spitzer, une table ronde sur l'actualité politique, diffusée quotidiennement en première partie de soirée en compagnie de Kathleen Parker, journaliste et lauréate du prix Pulitzer 2010.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « Monsieur Propre mêlé à une affaire de prostitution », Cyberpresse, 11 mars 2008
  2. Texte de loi n° A8590 sur le mariage gay adoptée par la chambre des représentants de l'État de New York le 19 juin 2007
  3. http://www.washingtonpost.com/wp-dyn/content/article/2008/02/13/AR2008021302783.html Predatory Lenders' Partner in Crime
  4. « Le gouverneur de New York impliqué dans un scandale », Le Monde, 11 mars 2008.
  5. « Eliot Spitzer, le gouverneur démocrate de New York, poussé vers la sortie », Le Monde 12 mars 2008.
  6. Sondage de rasmussenreports.com
  7. « Jean-Marie Colombani, veut décliner le site d'informations Slate en France », Les Échos, 2 janvier 2009, p. 18.

Sur les autres projets Wikimedia :