Elimelekh de Lizhensk

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Elimelekh de Lizhensk
Image illustrative de l'article Elimelekh de Lizhensk
Ohel de Rabbi Elimelekh.
Présentation
Nom de naissance Élimélekh Weisblum
Surnom(s) Reb Melekh
Naissance 1717
Tykocin
Décès 21 Adar 1786
Leżajsk
Lieu de sépulture Leżajsk
Dynastie Dynastie hassidique de Lizhensk
Prédécesseur Dov Baer de Mezeritch
Successeur Son fils Elazar
Œuvre Noam Elimelekh
Place dans la lignée Troisième Rabbi des Hassidim,
Premier Rabbi de Lizhensk
Ses maîtres Meir Horowitz
Dov Baer de Mezeritch
Ses disciples Le Hozeh de Lublin, Rebbe Menachem Mendel de Rimanov, Le Kozhnitzer Maggid, etc.
Père Eliezer Lipa Lipman Weisblaum
Mère Mirel dit Mirish
Épouse 1 Shprintza
Enfants 1 Rabbi Elazar, Rabbi Eliezer Lipa, Reb Yaacov, Mirish, Esther - Ethel
Épouse 2 Guittel
Famille Meshoulam Zoucha d'Anipoli

Élimélekh Weisblum de Lizhensk (en polonais: Leżajsk) (1717-1786) est un rabbin orthodoxe et une personnalité dominante du Hassidisme.

Il développe le concept de faire de la personne du Tsadik le point central de l'existence du Hassid. Selon Rabbi Elimelekh, le Tsadik, l'homme vertueux, parfait, a la mission de donner la vie à tous les mondes, par vertu de son âme divine.

Ce concept est détaillé dans son livre Noam Elimelekh, un des ouvrages particulièrement importants de la Hassidouth. Le rabbin Shneur Zalman de Liadi observe: "Mon ouvrage, le Tanya, est connu comme un Sefer shel Beinonim (un ouvrage pour tout Juif). Mais le Noam Elimelekh est un Sefer shel Tzadikim (un ouvrage pour les Justes)"[1].

A un moment donné, il rejoint son frère Reb Zousha, auprès du Maguid de Mezeritch.

Il meurt à Leżajsk, en Pologne. Il est connu comme un Tsadik qui consacre sa vie à l'étude et l'enseignement de la Torah, encourageant ses coreligionnaires à se rapprocher de Dieu. Il est ascète, évitant surtout l’abus d’alcool.

Éléments Biographiques[modifier | modifier le code]

Jeunes années[modifier | modifier le code]

Rabbi Elimelekh est né en1717 à Tkitin (Tykocin) en Galicie (Europe centrale). Il est le troisième enfant de Mirel et d'Eliezer Lipa Lipman[2].

Il a trois frères, l’ainé, Nathan, doyen du Beth Din de Stoutchine,le second, qui est aussi le plus connu, Meshoulam Zoucha d'Anipoli et le troisième, Avraham, dont on sait seulement qu’il habite la ville de Koenigsberg et deux sœurs:Ita et Elka[3].

Dans sa jeunesse, il étudie la Kabbale selon la méthode du Ari. Il se lie d'amitié avec Shmouel Shmelke Horowitz et étudie avec lui auprès de son grand-père, le rabbin Meir Horowitz[2].

Il épouse Shprintza, la fille de Rabbi Aahron Roqeah et à la mort subite de celle-ci, il épouse Guittel, la fille de Rabbi Yaacov Margaliot, qui élève ses cinq enfants[4].

Les saints frères[modifier | modifier le code]

Durant huit ans, Rabbi Elimelekh et son frère, le célèbre Rabbi Meshoulam Zoucha d'Anipoli partent en Galout (Exil) et voyagent de village en village, pour expier les fautes du Peuple juif et l'exil de la Shekhina.

On les appelle Aahim Akedoshim, les saints frères. De nombreux contes hassidiques sont racontés sur leur voyage. C'est durant ce voyage, que Reb Zoucha convainc son frère de rencontrer le Maguid, dont il devient le plus grand disciple[5].

Les deux frères sont des personnages centraux de la tradition hassidique et Reb Zushya est particulièrement aimé pour sa sincérité et sa ferveur.

Les deux offrent un contraste dans le modèle du Rabbi hassidique, avec Elimelekh le savant ascète et Zushya donnant l'impression charismatique du "saint simplet", bien qu’il soit versé dans la philosophie hassidique.

De tous les élèves de ‘’la sainte société’’ du Maguid il est dit que seulement Zoucha peut contenir la Dveikout (Ferveur) du Maguid, lorsque celui-ci révèle de nouveaux enseignements. Les autres étudiants s'évanouissent ou quittent la salle en extase[6].

Leadership Hassidique[modifier | modifier le code]

Après la mort du Maguid de Mezeritch, le mouvement hassidique n'a plus une seule figure centrale dominante, à l'image du Baal Shem Tov et après lui du Maguid.

Les disciples du Maguid se dispersent à travers l'Europe orientale, de la Pologne vers la Russie, emportant avec eux leurs différentes interprétations du Hassidisme.

Dans cette troisième génération, Rabbi Elimelekh est considéré, par la plupart des élèves du Maguid et ses partisans, comme son successeur.

Aujourd'hui, sa tombe, à Leżajsk, en Pologne, est visitée par des milliers de fidèles du Hassidisme, en particulier pour l'anniversaire de sa mort, le 21 Adar.

Postérité[modifier | modifier le code]

Descendance[modifier | modifier le code]

Rabbi Elimelekh a cinq enfants de Shprintza :

  • Rabbi Elazar
  • Rabbi Eliezer Lipa
  • Reb Yaacov
  • Mirish
  • Esther - Ethel

Disciples[modifier | modifier le code]

Les disciple d'Elimelekh deviennent aussi des Rebbes. Les plus connus sont :

  • Son fils, Rabbi Elazar Weisblum,
  • Le Hozeh de Lublin,
  • Rebbe Menachem Mendel de Rimanov,
  • Le Kozhnitzer Maggid,
  • Le Apter Rov,
  • l'auteur du Maor veShemesh, Rabbi Kalynomus Kalman Epstein,
  • Rebbe Naftali of Ropshitz,
  • Rebbe Dovid Lelover.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Zwecker 2008, p. 29
  2. a et b Garlitz 2007, p. 48
  3. Garlitz 2007, p. 35
  4. Garlitz 2007, p. 49-50
  5. Garlitz 2007, p. 67
  6. Garlitz 2007, p.71-83

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (he) Tal Moshe Zwecker, Mipeninei Noam Elimelech : A selection of teachings, stories, and parables of Rebbe Elimelech Of Lizhensk., Southfield, Michigan, Targum Press,‎ 2008 (ISBN 978-1-56971-462-2[à vérifier : isbn invalide])
  • (he) Mordekhai Garlitz, 'Tzanetérot Hazahav : Toledot haahim hakedoshim Reb Elimelkh miLizensk, Reb Zousha miAnipoli, Bne Brak, Hamodia,‎ 2007, 3e éd., 411 p.