Élie Cohen (économiste)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Elie Cohen (économiste))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Élie Cohen.
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Daniel Cohen (économiste) ni Élie Cohen (professeur).
Élie Cohen à l'université d'été du MEDEF de 2010.

Élie Cohen est un économiste français, né le 3 septembre 1950 à Meknès (Maroc). Directeur de recherche au CNRS (centre national de la recherche scientifique), il est connu pour ses nombreuses publications ; le grand public le connaît aussi pour ses participations à de nombreuses émissions de radio et télévision, notamment à C dans l'air sur France 5.

Biographie[modifier | modifier le code]

Diplômé lauréat de l’IEP Paris (Section économique et financière - 1972), docteur en gestion (Université Paris Dauphine) et docteur en science politique (titulaire d’une habilitation à diriger des recherches), Élie Cohen a entrepris une double carrière de chercheur et d’enseignant du supérieur.

Élève chercheur à l’École des Mines puis chargé de recherche au centre de sociologie de l’innovation de l’École des Mines, il a ensuite rejoint le CNRS comme directeur de recherche au groupe d’analyse des politiques publiques de Paris I puis au Cevipof (Fondation nationale des sciences politiques).

Comme maître de conférences puis professeur, Élie Cohen a enseigné à l’IEP de Paris (macroéconomie, microéconomie, économie publique, politiques publiques, gestion publique), à l’ENS Paris (sociologie des organisations), à l’ENA (économie industrielle), à Harvard (political economy) et au Collège des ingénieurs (stratégies industrielles et financières).

En 2012, Elie Cohen est :

Travaux et analyses[modifier | modifier le code]

Sur la dérèglementation et la libéralisation des marchés[modifier | modifier le code]

Elie Cohen est l'un des rédacteurs (avec Philippe Aghion et Jean Pisani-Ferry) du rapport Politique économique et croissance en Europe[5] publié par le Conseil d'analyse économique en 2006. Dans ce rapport, Elie Cohen indique qu'il est favorable à la dérèglementation du marché des biens et à la libéralisation du marché des services, deux domaines « cruciaux » pour la relance de l'intégration économique européenne :

« La relance de l’intégration passe à juste titre par deux domaines cruciaux déjà identifiés : le marché des biens, avec l’achèvement de la déréglementation, et celui des services avec la libéralisation des services en réseau, la libéralisation des services aux entreprises et la libéralisation des services financiers. »

(page 43)

S'agissant plus particulièrement des marchés financiers, Elie Cohen soutient dans ce même rapport qu'il est nécessaire de poursuivre la financiarisation de l'économie pour assurer la croissance de l'Europe à long terme :

« Il est connu de longue date que les marchés financiers sont l’un des domaines où la contribution de l’intégration européenne à l’efficacité économique peut être la plus forte. Celle-ci apporte en effet à la fois liquidité et diversification des risques. Elle permet donc simultanément de réduire les coûts, de réduire les primes de risque, et d’assurer la stabilité macroéconomique en présence de chocs sectoriels ou idiosyncrasiques, contribuant ainsi à la croissance à long terme. Cette dimension nous semble régulièrement sous-estimée dans l’évaluation des obstacles à la croissance européenne »

(page 140)

Sur les crises économiques[modifier | modifier le code]

Dans un article publié en 2007 par la revue Questions internationales (Mondialisation, néo-capitalisme et développement inégal[6]), Elie Cohen estime que si le capitalisme connaît des « dérèglements », il importe de garder à l'esprit que les marchés financiers (et en particulier les produits dérivés) sont un facteur essentiel de croissance à long terme et de stabilité macro-économique :

« L’industrie des produits dérivés contribue largement à l’action macro-économique à travers le financement de la consommation par monétisation des actifs, l’éclatement de la bulle de l’Internet a été facilement résorbée, et la finance de marché joue un rôle décisif dans la remise sur pied des entreprises affaiblies par les errements de la dernière vague de "fusions-acquisitions". »

Cette analyse est en particulier reprise concernant la crise financière mondiale débutant en 2007 qu'Elie Cohen considère être un évènement bénéfique pour l'économie car elle permet de revenir aux « fondamentaux » :

« Tout se passe comme si le système avait périodiquement besoin d'une crise pour retrouver le sens des grands ordres de valeur économiques. (...) Ces crises nous conduisent à revenir aux fondamentaux économiques, qui sont bons; la croissance est forte et les bilans des entreprises, assainis, sont au meilleur niveau. Il faut s'habituer à l'idée qu'elles ne constituent pas des cataclysmes mais des méthodes de régulation d'une économie mondiale que l'on n'arrive pas vraiment à encadrer par des lois ou des politiques[7]. »

« Dans quelques semaines, le marché se reformera et les affaires reprendront comme auparavant. Il y aura des pertes, des faillites, puis les fonds actuellement fermés (par exemple ceux de la BNP fermés pour un mois) rouvriront et susciteront à nouveau des appétits[8]. »

En 2010 Elie Cohen publie « Penser la crise » (édition Fayard), ouvrage dans lequel « l’efficience et l’autorégulation des marchés, la propension des gourous de la finance à gérer leurs affaires de façon autonome et l’impensé de la liquidité dans la pratique sont durement attaqués[9]. »

Critiques[modifier | modifier le code]

En novembre 2005, sur France Inter, lors d'un débat intitulé "Fallait-il privatiser EDF ?" Élie Cohen est accusé d'être « à longueur de média, porteur d'eau des marchés financiers » par Éric Rouleau, membre du secrétariat de la CGT. Élie Cohen nie en bloc et met en avant son statut d'économiste chercheur au CNRS. Serge Halimi, directeur du mensuel Le Monde diplomatique, revient le mois suivant sur cette altercation, interrogé sur le plateau de l'émission Là-bas si j'y suis sur la même radio. Il déclare, amusé, que « l'indignation d'Élie Cohen est d'autant plus cocasse qu'Éric Rouleau a oublié de préciser qu'outre ses fonctions de directeur de recherche au CNRS, dont la rémunération est entièrement à la charge de la collectivité, Élie Cohen est également administrateur de la Société générale, société privatisée, administrateur d'Orange, société privatisée, administrateur du groupe Pages jaunes, société privatisée, qu'il préside le comité scientifique de l'agence de notation éthique dirigée par Nicole Notat, ex-secrétaire générale de la CFDT, qu'il est membre du conseil d'analyse économique [...], qu'il est membre de la Commission des comptes de service [...], qu'il a été fait Chevalier de légion d'honneur [...], et qu'il n'a cessé de prôner la privatisation d'entreprises. Notamment d'un certain nombre de celles dont il deviendra par la suite administrateur »[10].

Élie Cohen est une cible régulière de l'association de critique des médias proche de la gauche antilibérale Acrimed. Elle lui reproche notamment de faire partie des quelques experts et économistes systématiquement invités dans les médias, ce qui affaiblirait le pluralisme médiatique[11],[12].

Élie Cohen est l'une des personnalités critiquées par le film documentaire français sorti en janvier 2012 : Les Nouveaux Chiens de garde, lui-même tiré de l'essai éponyme de Serge Halimi paru en 1997, qui explore les collusions entre les médias français et le pouvoir politique et économique français.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Qui gouverne les groupes industriels (en coll.), Paris, Seuil, 1981
  • Les grandes manœuvres industrielles (en coll.), Paris, Belfond, 1985
  • L’État brancardier : politiques du déclin industriel 1974-1984, Paris, Calmann-Lévy-St Simon, 1989
  • Le colbertisme high-tech : économie du grand projet, Paris, Hachette Pluriel, 1992
  • La tentation hexagonale : la souveraineté à l’épreuve de la mondialisation, Fayard, 1996
  • L’ordre économique mondial : essai sur le pouvoir régulateur, Fayard, mars 2001
  • Le nouvel âge du capitalisme, Fayard, octobre 2005
  • Penser la crise, Fayard, avril 2010
  • Le Décrochage industriel, avec Pierre-André Buigues, Fayard, octobre 2014
  • Il est également l'auteur d'un film documentaire : Bulles krachs et rebonds réal. Michel Kaptur (Production Arte Cinétévé, diffusion Arte 2008)

Membre du Conseil d’analyse économique (CAE) auprès du Premier ministre depuis 1997, Élie Cohen a rédigé ou commenté les rapports suivants :

  • E. Cohen, C. Henry, Service public, secteur public, CAE La DF, Paris, 1997
  • E. Cohen, JH Lorenzi, Politiques industrielles pour l’Europe, CAE la DF, Paris, 2000
  • E. Cohen, M. Mougeot, Enchères et gestion publique, CAE la DF, Paris, 2001
  • E. Cohen, Ph. Aghion, Éducation et croissance, CAE la DF, Paris, 2004
  • E. Cohen, Ph. Aghion, J. Pisani-Ferry, Politique économique et croissance en Europe, CAE La DF, Paris, 2006
  • Jacquet, Messerlin, Tubiana, Le cycle du millénaire (commentaire d’E. Cohen), CAE la DF, Paris 1999
  • D. Cohen & M. Debonneuil, La nouvelle économie (contribution d’E. Cohen sur l’Internet mobile), CAE, Paris, la DF, 2000
  • Jacquet, Pisani-Ferry, Tubiana, La gouvernance de la mondialisation" (commentaire d’E. Cohen), CAE, Paris, La DF, 2002
  • Mistral, Christian de Boissieu et Lorenzi, Les normes comptables et le monde post-Enron (commentaire d’E. Cohen), Paris la DF 2003
  • Curien et Muet, La société de l’information" (commentaire d’E. Cohen), Paris, la DF, 2004
  • E. Cohen, Ph. Aghion, G. Cette, J. Pisani-Ferry, Les leviers de la croissance française, CAE, Paris, la DF, 2007

Récompenses[modifier | modifier le code]

Distinctions académiques[modifier | modifier le code]

  • Prix sciences humaines de l’Académie des sciences morales et politiques (1997)
  • Prix européen du livre d’économie (2002)

Autres[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.edf-energies-nouvelles.com/fr/groupe/gouvernance
  2. http://www.steria.fr/documents/File/Brochure-Groupe-Steria-SCA.pdf
  3. http://www.pagesjaunesgroupe.com/content/conseil-d%E2%80%99administration
  4. PEAP, « Les conférences d’Élie Cohen à l'[[Institut national des études territoriales|INET]] »,‎ 2012 (consulté le 09/07/2012)
  5. Philippe Aghion, Élie Cohen et Jean Pisani-Ferry, Politique économique et croissance en Europe, Rapport no 59, 23 juin 2006.
  6. Elie Cohen, Mondialisation, néo-capitalisme et développement inégal, 2006.
  7. Le Nouvel Observateur, Entretien avec Elie Cohen, « Il faut juguler la peur et sanctionner le risque », 13 août 2007.
  8. Le Monde, Crise des "subprimes" : le point de vue de deux économistes 17 août 2007.
  9. Economiemagazine.fr, « Elie Cohen : Penser la crise », 24 mai 2010.
  10. Les nouveaux chiens de garde Là-bas si j'y suis, 15 décembre 2005
  11. Les voix enchanteresses de l’économie sur France Culture Acrimed, 30 mars 2009
  12. Ces économistes qui monopolisent (toujours) les débats Acrimed, 9 octobre 2012

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]