Eli Lilly

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Eli Lilly and Company

Description de l'image  Lilly logo.jpg.
Dates clés 1876 : Création
Personnages clés Eli Lilly fondateur
Action NYSE : LLY
Siège social Indianapolis
Direction Sidney Taurel (Président du Conseil d'Administration), John Lechleiter (Président et Directeur des Opérations), Derica Rice (Directeur Financier)
Activité Industrie pharmaceutique
Produits Prozac, Cialis, Strattera, Cymbalta, Humalog, Humatrope, Byetta
Effectif 40 600(2007)
Site web http://www.lilly.com et http://www.lilly.fr

Eli Lilly and Company est un groupe pharmaceutique, classé dixième mondial (en 2010) par le chiffre d'affaires.

Le siège social est situé à Indianapolis, dans l'Indiana aux États-Unis. La compagnie a été créée en 1876 par le colonel Eli Lilly, pharmacien et vétéran de la guerre de Sécession, décédé en 1898 et qui lui a donné son nom. Aujourd'hui elle emploie plus de 40 000 salariés répartis dans 143 pays.

Le plus important site de production du groupe se trouve à Fegersheim en Alsace (France)[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Dans les années 1920, Eli Lilly a commercialisé la première préparation d'insuline extraite de pancréas bovins et porcins, Iletin, pour le traitement du diabète, maladie jusqu'alors mortelle. Dans les années 1940, elle industrialise le procédé de fabrication de la pénicilline. Dans les années 1950, avec le laboratoire Park-Davis de Détroit, elle fabrique le premier vaccin contre la poliomyélite. En 1982, c'est la première insuline humaine obtenue par génie génétique (Huminsulin). L'antidépresseur Prozac, au milieu des années 1980 rend l'entreprise célèbre dans le monde entier.

En février 2014, Eli Lilly acquiert l'entreprise allemande Lohmann, spécialisée dans la médecine animale, pour un montant inconnu[2]. À la suite de la décision du groupe Lilly d’investir 90 millions d’euros dans son site de production français à Fegersheim (Bas-Rhin), le plus gros site de production du groupe, le laboratoire Lilly a entrepris de construire une nouvelle unité de production de cartouches d’insuline. Ce nouvel équipement entraînera une nouvelle extension des bâtiments de production de près de 5000 m², pour une mise en service fin 2016[3]

En avril 2014, Eli Lilly acquiert les activités liés à la santé animale de Novartis pour 5,4 milliards de dollars[4][5][6].

Importance économique[modifier | modifier le code]

Présence des usines de fabrication de médicaments d'Eli Lilly dans le monde

Avec un chiffre d'affaires de 18,633 milliards de dollars en 2007, la firme apparaît au 14e rang du classement mondial IMS 2007. La compagnie est cotée en bourse à New York et fait partie de l'indice boursier S&P 500. Eli Lilly est l'une des principales compagnies pharmaceutiques des États-Unis. Elle a joué un rôle historique important en développant un certain nombre de médicaments et de traitements pour toutes sortes de maladies[réf. nécessaire].

Médicaments vedettes[modifier | modifier le code]

Eli Lilly fabrique et vend des médicaments pour le traitement du cancer, des maladies cardiovasculaires, des désordres du système nerveux central et endocrinien, du diabète, des maladies infectieuses, ainsi que des tests de diagnostics. Lilly vend notamment : une céphalosporine, de l'érythromycine, de l'insuline. Son plus célèbre produit est probablement le Prozac (fluoxetine), un antidépresseur dont le brevet a expiré le 2 février 2001. .

Psychiatrie/neurologie[modifier | modifier le code]

Le Prozac® (chlorhydrate de fluoxetine) est le premier inhibiteur sélectif de la recapture de la sérotonine (SSRI) pour le traitement de la dépression clinique. Ce produit a été une véritable innovation thérapeutique, dans le sens où c'est le premier produit de sa génération à stimuler la libération de sérotonine dans le cerveau de l'homme pour combattre la dépression clinique. C'est l'antidépresseur le plus vendu au monde, et il a inspiré un certain nombre de médicaments fonctionnant sur un principe similaire (SSRI), que ce soit pour le traitement de la dépression clinique comme d'autres désordres du système nerveux central.

En 2002, Lilly a lancé sur le marché des États-Unis un produit du nom de Strattera®, premier médicament non-stimulant autorisé pour le traitement du Trouble Déficitaire de l'Attention avec ou sans Hyperactivité (ou TDAH), et également premier produit spécifiquement destiné aux adultes souffrant de ce trouble. Plus de deux millions de patients l'ont utilisé et en 2004, Strattera représentait un chiffre d'affaires de 632 millions de dollars soit à peu près le quart des parts de marché de ce groupe de médicament aux États-Unis.

La Food and Drug Administration a imposé à la firme l'apposition de la boîte noire sur l'emballage du Strattera, ce qui correspond au plus haut niveau d'avertissement que peut recevoir un médicament. Des études ont en effet mis en évidence un lien possible entre l'usage et les pensées suicidaires chez l'enfant, ainsi que l'apparition de lésions du foie chez l'adulte. Lilly reconnaît que le médicament a plusieurs autres effets secondaires, comme la douleur pendant la miction et l'orgasme, la rétention urinaire, une rétraction du scrotum, les changements d'humeur, et la bouche sèche.

Initialement développé comme antidépresseur, la molécule a obtenu l'autorisation de mise en marché par la FDA pour le traitement des adultes souffrant de TDAH, ce qui est devenu son utilisation clinique la plus courante.

Endocrinologie[modifier | modifier le code]

Cancérologie[modifier | modifier le code]

  • Alimta®, Gemzar® : chimiothérapie

Une décision du directeur général de l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé en date du 6 juillet 2009 et publiée au Journal Officiel le 23 octobre 2009 interdit la présentation aux médecins par les laboratoires Eli Lilly de certains documents promotionnels sur Alimta® présentant des études cliniques de façon non objective[7].

Cardiologie et Soins intensifs[modifier | modifier le code]

  • Reopro® : thrombolytique
  • La drotrécogine alfa activée ou Xigris®, était un médicament utilisé depuis 2002 (en Europe) dans le traitement du sepsis sévère associé à plusieurs défaillances d’organe, il n'était donc utilisé qu'à l’hôpital. Il a été retiré du marché par le firme Lilly en 2011, en effet celui ne réduisait pas la mortalité des patients par rapport au placebo après un traitement de 28 jours (étude clinique PROWESS-SHOCK)[8].

Urologie[modifier | modifier le code]

  • Cialis : en 2003, la firme américaine a lancé le Cialis® (tadalafil), produit concurrent au célèbre Viagra de Pfizer pour remédier aux troubles de l'érection. Développé en association avec la compagnie de biotechnologie ICOS - rachetée en 2006 pour 2,1 milliards de dollars - Cialis a une durée d'action de 36 heures, ce qui le fait parfois surnommer « pilule du week-end ».

Dispositifs médicaux[modifier | modifier le code]

  • Humapen® : appareil d'injection d'insuline

Autres[modifier | modifier le code]

  • Methadone : Elli Lilly était le premier distributeur de méthadone, un produit de substitution utilisé dans les cures de désintoxication des opiacés.
  • Thiomersal : on lui doit aussi le développement du Thiomersal (ou Merthiolate®), conservateur vaccinal controversé, à base de mercure.
  • Ainsi que le Nabilone, à base d'hexahydro-cannabinol (dérivé du THC), commercialisé sous la marque Cesamet. Le brevet a été vendu en 2004 à Valeant Pharmaceuticals.

En plus de ces médicaments, Lilly possède un certain nombre de marques déposées, parmi lesquels on peut citer Actos® et Byetta® (pour le diabète de type 2), Darvocet® (antalgique), etc...

Ressources humaines[modifier | modifier le code]

Elli Lilly a été classée en 2006 parmi les 100 premières entreprises au sein desquelles il est recommandé de travailler par Fortune Magazine. Barron's Magazine a nommé Elli Lilly parmi les 500 premières entreprises les mieux managées. Enfin, toujours aux États-Unis, l'entreprise a également été nommée parmi les 10 entreprises les plus appréciées par les femmes y travaillant.

Eli Lilly a la réputation de s'attirer les compétences de spécialistes reconnus aussi bien dans le domaine de la Santé publique que de la gestion, et de la recherche scientifique[réf. nécessaire]. Parmi ses anciens employés elle compte :

  • Ernesto Bustamante, scientifique péruvien.
  • Mitch Daniels, gouverneur actuel de l'Indiana et ancien directeur du Hudson Institute.
  • Roald Hoffmann, prix-Nobel de chimie.
  • Michael Johns, ancien speechwriter à la Maison Blanche et analyste politique à la fondation Héritage
  • Claude H Nash, président de ViroPharma.
  • Peter Nicholas, cofondateur de la Boston Scientific Corporation.
  • Randall L. Tobias, coordinateur de la politique de lutte contre le SIDA au département d'État des États-Unis.

Ont été membres du conseil d'administration :

  • George H. W. Bush, ancien Président et Vice-Président des États-Unis.
  • Martin Feldstein, économiste de l'Université de Harvard.
  • Kenneth Lay, ancien directeur d'Enron (avant le scandale d'Enron).
  • William Verity Jr. ancien secrétaire d'État au commerce des États-Unis.

Controverses[modifier | modifier le code]

Lilly a été impliqué dans un certain nombre de controverses, dont certaines à caractère politique, médical ou éthiques. Par exemple, certaines controverses ont pu concerner la rétention d'information au sujet du Zyprexa (olanzapine).

Actualités judiciaires[modifier | modifier le code]

Certains litiges judiciaires ont concerné le Prozac aux Etats-Unis (Kentucky), notamment avec le cas de Joseph Wesbecker, qui aurait tué 7 personnes et blessé 12 autres avant de se suicider. En juin 2008, un accord a été trouvé entre Starr Johnson licenciée de l'entreprise en 2005 et Elli Lilly que cette ancienne employée accusait de discrimination raciale. Elli Lilly a été accusé de violer la loi fédérale anti-discrimination et a dû s’acquitter d'une indemnité de 54 400 $, assortie de 7 000 $ d'intérêts et d'indemnités compensatoires et de 3 000 $ de remboursements de frais d'avocats.

Eli Lilly a été condamnée à payer une amende de 1,4 milliard de $ aux États-Unis en 2009, la somme la plus importante payée par une firme à cette date. Cette condamnation concernait le scandale de la promotion de l'usage hors-AMM de son médicament Zyprexa (olanzapine), pour le traitement de la démence, de l'agitation, de l'agressivité, de la dépression ou des troubles du sommeil[9].

Liens politiques[modifier | modifier le code]

Après avoir quitté la CIA en 1977, George H. W. Bush devint un des dirigeants de Eli Lilly. Bush a activement œuvré de l'intérieur comme de l'extérieur de l'administration, en tant que Vice-Président à partir de 1981, pour défendre les intérêts des industriels du secteur pharmaceutique notamment au travers du Texas Medication Algorithm Project[10] .

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Site de production de Fegersheim, sur le site www.lilly.ff, consulté le 23 aout 2010
  2. Lilly to buy German animal health business Lohmann, Reuters, 24 février 2014
  3. Le Monde, Lilly croit au "Made in France", Novembre 2013
  4. Novartis, Valeant bids herald new deal-making era for pharma, Caroline Humer, Reuters, 22 avril 2014
  5. Les industriels de la pharmacie renouent avec les grandes manœuvres, Catherine Ducruet et Frederic Therin, Les Échos, 22 avril 2014
  6. Lilly eyes emerging markets in Novartis animal-health deal, Gus Trompiz et Ransdell Pierson, Reuters, 22 avril 2014
  7. Journal Officiel de la République Française, 23 octobre 2009, Texte 31 sur 112
  8. http://ansm.sante.fr/S-informer/Points-d-information-Points-d-information/XIGRIS-R-drotrecogine-alfa-activee-Retrait-mondial-du-marche-Point-d-information
  9. http://www.bmj.com/content/338/bmj.b217
  10. (en) Bush plans to screen whole US population for mental illness, BMJ VOLUME 328, 19 JUNE 2004.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]