Elena Mizoulina

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Elena Mizoulina

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Elena Mizulina en 2012

Naissance 9 décembre 1954 (60 ans)
Bouï, Oblast de Kostroma, URSS
Nationalité Drapeau de l'URSS Soviétique (de 1954 à 1991),
Drapeau de la Russie Russe (depuis 1991)
Diplôme
Université de Iaroslavl
Profession
Femme politique, juriste
Activité principale
parlementaire
Autres activités
Professeur, jursiste
Conjoint
Mikhail Mizouline
(1976-présent)
Descendants
Ekaterina Mizoulina, Nikolay Mizouline

Elena Mizoulina (en russe : Еле́на Мизу́лина) est une femme politique russe née le 9 décembre 1954 dans la ville de Bouï dans l'Oblast de Kostroma en URSS. Juriste de profession, elle a occupé plusieurs mandats au sein du parlement russe, la Douma, ainsi qu'au Conseil constitutionnel russe. Elle figure parmi les auteurs de plusieurs lois récentes qui s'opposent à l'adoption d'enfants russes par des ressortissants étrangers et qui restreignent les droits des homosexuels en Russie.

Au cours de sa carrière politique, elle a changé de nombreuses fois de camp et a été membre de plusieurs partis, depuis le parti communiste soviétique, en passant par le parti pro-démocrate Iabloko et le parti libéral Union des forces de droite, pour aujourd'hui représenter le parti pro-gouvernemental Russie juste.

Après avoir obtenu un doctorat en droit (candidature) ainsi que l'équivalent russe d'une thèse d'état, elle a été professeur de droit et a bénéficié de nombreux prix russes dont le titre de « juriste émérite de Russie ».

Biographie[modifier | modifier le code]

Débuts à Iaroslavl[modifier | modifier le code]

Née le 9 décembre 1954 dans la ville de Bouï dans l'Oblast de Kostroma en URSS, Elena Mizoulina étudie à la faculté de droit et d'histoire de Iaroslavl et obtient une licence en droit en 1977[1]. Elle y rencontre Mikhael Mouziline, avec lequel elle se marie après leur quatrième année d'études[2],[3]. Elle travaille en tant qu'assistante de recherche et consultante en droit jusqu'en 1984, et finalement consultante en chef en 1985[4]. Elle effectue pendant ce temps des études doctorale par correspondance à l'université de Kazan, aboutissant en 1983 à la soutenance d'une thèse dont le mémoire est intitulé « La nature de la supervision dans les processus criminel (sur la base de matériels fournis par la cour régionale de Iaroslavl »[3],[5],[6],[7]. Elle devient chercheur titulaire à l'université pédagogique de Iaroslavl en 1985. Son mari confiera plus tard qu'il a usé de son influence en tant que chef du département idéologique de la région de Iaroslavl pour favoriser la candidature de sa femme à ce poste[8]. En 1987, elle est promue chef du département d'histoire nationale, rôle qu'elle exercera jusqu'en 1990[9]. Elle demeurera membre du partie communiste jusqu'en 1991[10],[11]. Elle soutient sa thèse d'état en 1992, sur la base d'un mémoire intitulé « Le code criminel: le concept d'un état auto-limitant » auprès de l'Institut de l'état et du droit de l'académie des sciences russes. S'exprimant sur son travail de thèse, elle a commenté son manuscrit de la manière suivante : « Il s'avère que ce que j'ai écrit était unique, qu'en effet je suis une scientifique de Dieu »[12]. Elle travaille en tant que professeur adjoint auprès de l'université d'état de Iaroslavl[6].

Membre du parti Iabloko et parlementaire pro-démocrate[modifier | modifier le code]

En 1993, Elena Mizoulina devient membre la législature russe, en tant que membre du « Choix Russe »[13] par le biais duquel elle rejoint le Conseil de la Fédération, la chambre haute de l'Assemblée fédérale russe. Elle y occupe le poste de président de la « commission sur la législation constitutionnelle et des affaires juridico-légales » et fait partie du « comité sur la régulation des procédures »[14],[15],[16].

En 1995 elle rejoint le parti d'opposition pro-démocratique Iabloko et le mouvement « Réformes - la nouvelle direction » (en russe «Реформы — новый курс»). Cette même année, elle prend la tête du quartier général régional de l'organisation publique Ravnovesié (« équilibre » en russe) de Iaroslavl[5],[14]. À la fin de l'année, elle est élue au parlement de la région de Kirov sur la liste de Iabloko, ce qui la pousse à démissionner de son poste au Conseil de la Fédération en janvier 1996[5],[14],[17]. En tant que parlementaire, elle occupera le siège de sous-président de la « commission du renforcement de l'état et des droits constitutionnels des citoyens ». Mouzilina a entre autres participé à formulation légale de la tentative échouée de destitution du président Boris Eltsine[5],[14],[18],[19].

Elena Mizoulina en 1997

Elle est réélue au parlement pour la seconde fois en décembre 1999, de nouveau sur la liste de Iabloko, ce qui la pousse en juillet 2000 à prendre la tête de l'« Union des forces démocratiques de Iaroslavl », mouvement composé de membres de Iabloko et de l'Union des forces de droite[14],[20],[21].

Départ de Iabloko - continuation de carrière législative à l'Union des forces de droite[modifier | modifier le code]

Elena Mizoulina quitte Iabloko en février 2001 pour rejoindre lUnion des forces de droite au mois de juin de la même année[21],[22]. Elle a expliqué sa décision par le fait qu'elle aurait eu honte d'être membre d'un parti ayant obtenu moins de 5 % des voix aux élections législatives, ce qui lui posait « un problème moral »[23]. Ses anciens partenaires de Iabloko et de l'Union des forces de droite, Sergey Mitrokhin et Leonid Gozman l'ont accusée de suivre la tendance politique du moment[24].

Suite à l'échec aux élections législatives de 2003 de l'Union des forces de droite, elle obtient le poste de représentante du parlement auprès de la Cour constitutionnelle russe en février 2004[25]. À ce poste, elle soutient la décision d'abandonner l'élection locale des gouverneurs de province et d'entériner à la place leur nomination directe par la présidence. Elle cumule son rôle au Conseil constitutionel avec celui du chef de la commission des lois de la Douma[26],[27],[28]. En 2005, elle obtient également un diplôme de l'Académie présidentielle de l'économie nationale et de l'administration publique russe.

Évolution conservatrice et membre de Juste Russie[modifier | modifier le code]

En 2007, Elena Mizoulina rejoint les bancs de la Douma pour la troisième fois sous l'enseigne du parti Russie Juste, ce qui lui permet de devenir présidente de la commission parlementaire des affaires de familiales. Juste Russie aurait au départ proposé la candidature de Svetlana Goriacheva, mais celle-ci aurait posé problème aux représentants du parti Russie unie de Vladimir Poutine. La nomination d'Elena Mizoulina aurait constitué un compromis entre les deux partis[21],[29],[30]. Son travail à la Douma lui permet non seulement d'être récompensée par une médaille de l'organisation américaine World Congress of Families[30],[31], mais également d'être réélue une quatrième fois au parlement toujours sous l'étiquette Russie Juste et de continuer à présider la commission des affaires familiales.

Contributions législatives[modifier | modifier le code]

Elena Mizoulina est l'auteur de nombreux projets de lois controversés, en Russie mais aussi par la communauté internationale :

  • en 2010, la loi "Sur la protection des enfants contre les dangers menaçant leur santé et leur développement" (o. 436-FZ du 23 décembre 2010). À la suite de ce texte, Elena Mizoulina a exigé la censure du dessin animé américain South Park des antennes russes[32].
  • En 2012 - la Loi fédérale no 139-FZ du 28 juillet 2012 [33],[34]
  • un annoncé futur amendement à la loi no. 436-FZ - qui bloquerait tout site web contenant des injures ou utilisant langage grossier
  • en 2013, elle propose la loi Dima Iakovlev interdisant aux Américains d'adopter des enfants russes. Promulgué en réaction à la liste Magnitsky des États-Unis, cette loi prévoit également de dresser une "liste noire" des Américains indésirables en Russie car accusés, par exemple, de mauvais traitements contre leurs enfants adoptés en Russie, ainsi que des Américains impliqués dans des enlèvements de citoyens russes, comme le trafiquant d'armes Viktor Bout.

Suite aux réactions des internautes russophones à la loi sur les restrictions d'internet, comme la fermeture du Wikipédia russophone le 11 juin 2012, le jour de la relecture du projet de loi par la Douma, Elena Mizoulina a soupçonné une intervention étrangère ainsi qu'un putatif 'lobby pédophile' et a déclaré son intention de demander au ministère de la justice américaine d'ouvrir une enquête pour découvrir qui se cachait derrière ces actes. Parmi les réactions des internautes russe, une pétition satirique a exigé que la santé mentale de Mazulina soit vérifiée[35],[36]

Elle a également annoncé un futur projet de loi qui bloquerait  tout site inclus dans la "liste noire de l'internet russe". Parmi les différents sites dont l'activité pourrait  être affectée, le site rublacklist.net du Parti pirate russe [37]. Prises de position sur le mariage, la famille et les relations sexuelles. En tant que présidente de la commission des affaires familiales, Elena Mizoulina a été amenée à s'exprimer souvent sur la question de la crise démographique russe[38]. Dans un récent entretient avec le journaliste Vladimir Posner, elle a déclaré « Ayant analysé toutes les possibilités, et en prenant en compte les particularités géographiques de la Russie et de sa survie [...] je suis arrivée à la conclusion que si aujourd'hui on souhaite résoudre la crise démographique, nous devons, pardonnez-moi,  se serrer la ceinture sur le plan de certaines valeurs morales et de la liberté d'information, de manière à ce que la procréation et l'éducation des enfants soient pleinement valorisés »[39].

Prise de position par rapport à l'avortement[modifier | modifier le code]

Elena Mizoulina soutient des initiatives visant à limiter les possibilités des femmes d'effectuer un avortement. Selon elle, les avortements en cas de grossesse issue de viol ou pour raisons médicales devraient être remboursés à la femme ou effectués gratuitement. Un avortement n'appartenant pas à ces critères devraient être facturé à la femme. Elena Mizoulina s'oppose également aux avortements effectués dans des établissements médicaux privés, ainsi qu'à la vente libre (sans prescription) de médicaments abortifs. Par ailleurs, une femme cherchant à effectuer un avortement devrait, selon Elena Mizoulina, obtenir le consentement de son mari si celle-ci est mariée ou des ses parents si elle est mineure[30], [40], [41], [42]. Un projet de loi proposé par un groupe de parlementaires dont Mizoulina fait partie propose de modifier le code de la Fédération de Russie sur les délits administratifs afin d'imposer une amende de 1 million de roubles aux médecins et aux établissements médicaux qui effectueraient des avortements sans respecter un temps d'attente défini au-préalable[43]. Ils proposent également de sanctionner les femmes enceintes qui refuseraient de s'y conformer d'une somme de 3000 à 5000 roubles[37].

Le 14 novembre 2012, Elena Mouzilina a déclaré que les objectifs de prévention de la loi 139-FZ ont été atteints, parmi lesquels l'obtention d'un espace de sécurité informatique sur l'internet sans mettre en œuvre de mesures répressives [38]. Elle a également annoncé un futur projet de loi qui bloquerait tout site inclus dans la "liste noire de l'internet russe". Parmi les différents sites dont l'activité pourrait être affectée, le site rublacklist.net du Parti pirate russe[39].

Prises de position sur le mariage, la famille et les relations sexuelles[modifier | modifier le code]

En tant que présidente de la commission des affaires familiales, Elena Mizoulina a souvent été amenée à s'exprimer sur la question de la crise démographique russe[40]. Dans un entretien avec le journaliste polyglotte Vladimir Pozner, elle déclare : « Ayant analysé toutes les possibilités, et en prenant en compte les particularités géographiques de la Russie et de sa survie [...] je suis arrivée à la conclusion que si aujourd'hui on souhaite résoudre la crise démographique, nous devons, pardonnez-moi, se serrer la ceinture sur le plan de certaines valeurs morales et de la liberté d'information, de manière à ce que la procréation et l'éducation des enfants soient pleinement valorisés'[41]. »

Prise de position par rapport à l'avortement[modifier | modifier le code]

Elena Mizoulina soutient des initiatives visant à limiter les possibilités des femmes à effectuer un avortement. Selon elle, les avortements en cas de grossesse issue de viol ou pour raisons médicales devraient être remboursés à la femme ou effectués gratuitement. Un avortement n'appartenant pas à ces critères devraient être facturé à la femme. Elena Mizoulina s'oppose également aux avortements effectués dans des établissements médicaux privés, ainsi qu'à la vente libre (sans prescription) de médicament abortifs. Par ailleurs, une femme cherchant à effectuer un avortement devrait, selon Elena Mizoulina, obtenir le consentement de son mari si celle-ci est mariée ou de ses parents si elle est mineure[30],[42],[43],[44].

Un projet de loi proposé par un groupe de parlementaires dont Mizoulina fait partie propose de modifier le code de la Fédération de Russie sur les délits administratifs afin d'imposer une amende de 1 million de roubles aux médecins et aux établissements médicaux qui effectueraient des avortements sans respecter un temps d'attente défini au-préalable[45]. Ils proposent également de sanctionner les femmes enceintes qui refuseraient de s'y conformer d'une somme de 3000 à 5000 roubles[37],[44].

Prise de position sur la famille et le mariage[modifier | modifier le code]

En rapport avec la polémique relative à la loi Magnitsky américaine, Elena Mizoulina s'est tout d'abord exprimée de la manière suivante "C'est tout simplement méchant, pour pas dire méprisable. La Russie n'a jamais défendu ses intérêts au détriment d'enfants". Deux mois plus tard, elle a voté pour l'interdiction d'adopter des enfants russes par des américains - la loi Dima Iacovlev également connu sous le nom de loi Anti-Magnitsky[30],[46],[47].

Le commission de la Douma sur les affaires familiales que préside Mizoulina a rendu publique en juin 2012 un document connu comme "Le concept de l'état sur la politique familiale jusqu'en 2025" qui contient plusieurs proposition qui ont suscité une importante controverse dans l'opinion publique russe:

  • l'introduction d'une taxe sur le divorce
  • la réprobation des naissances d'enfant de femmes non-mariées
  • la proposition de restrictions très sévères sur l'avortement
  • la réprobation de l'homosexualité [48],[49]
  • la proposition de renforcer le rôle législatif de l'église orthodoxe russe dans les affaires de famille
  • la recommandation promouvoir activement les familles multiples
  • la proposition de la somme minimale d'une pension alimentaire et son application sans prendre en compte si le parent bénéficie d'un revenu[48],[49],[50]

Des journalistes d'opposition dont Alexander Nikonov ont proposé que le divorce de Vladimir Poutine aurait été précipité par ce projet de loi rendu publique deux jours plus tôt, afin d'éviter l'impôt sur le divorce[51],[52],[53],[54].

Suite à la publication du "Concept", il s'est avéré que plusieurs des positions qui y étaient décrites auraient été plagiées sur internet[32].

Elena Mizoulina voudrait également que l'âge de la majorité sexuelle en Russie soit haussée de 16 à 18 ans[55].

Prise de position sur les question LGBT[modifier | modifier le code]

Elena Mizoulina est l'auteur de plusieurs lois et projets de loi, dirigés contre ce qu'elle considère comme de la propagande de l'homosexualité. Elle a exprimé le souhait reconsidérer la phrase "le gays eux aussi sont des êtres humains" comme porteuse d'idées extrémistes par le Service fédéral russe des droits des consommateurs et du bien-être humain[56]. Mizoulina soutient l'initiative de confisquer les enfants aux parents du même sexe, dont dans les cas où les parents seraient les parents biologiques des mineurs[57],[58],[59],[60],[61]

Au mois de juillet 2013, Mizoulina et son aide Olga Batalina dans le commission de Douma ont porté plainte contre l'activiste des droits LGBT Nikolay Alexeyev. Selon les dire de Mizoulina, Alekseyev serait le leader de la communauté LGBT en Russie, et aurait mis sur pied une campagne de diffamation à son égard chose qui "porte préjudice à la Russie dans son ensemble". Elena Mizoulina a exprimé son intention de demander à la cour que la punition d'Alekseyev soit "sous la forme de travaux forcés dans un emploi où il ne serait pas en mesure de disséminer de la propagande homosexuelle tel que croque-mort". Des représentants de la communauté LGBT ont rétorqué en portant plainte contre Mizoulina pour incitation de haine contre les homosexuels et pour infraction contre les droits de la communauté LGBT[62],[63],[64],[65].

Accusations des opposants politiques d'appartenance à un « lobby pédophile »[modifier | modifier le code]

Elena Mizoulina a, à plusieurs reprises, accusés ses interlocuteurs d'appartenir à un « lobby pédophile ». En 2011, lors de la réévaluation du Code criminel russe, elle a ainsi soumis l'idée que « dans les profondeurs du parti Russie Unie, il y a un « lobby pédophile » qui s'oppose au durcissement des lois sur les infractions sexuelles à l'encontre des mineurs »[66]. Mizoulina a réitéré son accusation à l'encontre des opposants de la loi no. 436-FZ "sur la protection des enfants" contre les dangers pour leur santé et leur développement"[67],[68]. En 2012, suite à la manifestation du Wikipedia russophone[69],[70], elle s'est exprimée de la façon suivante : « ceci est une couverture, étant donné que Wikipédia elle-même n'est pas en cause. Moi aussi j'utilise Wikipedia. Par ailleurs, ce n'est que la version russophone qui a fermé. Il doit par conséquent s'agir d'une tentative de chantage à l'égard du parlement russe. Derrière tout ceci, il y a un lobby, et les suspicions sont fortes qu'il s'agit d'un lobby pédophile ».

Au mois de juin 2013, l'écrivain et ancien vice-premier ministre russe Alfrech Koch a publié un article concernant le fils de Mouzilina. Domicilié en Belgique, celui-ci travaille pour l'importante société juridique internationale Mayer Brown, qui soutient des mouvement en faveur des droits des homosexuels, tandis que sa mère déclare la guerre aux homosexuels en Russie[71],[72],[73]. Mizoulina a répondu en accusant Koch d'appartenir lui aussi à un « lobby pédophile »[74],[75]. En réaction, le journaliste Andrei Malguine a satiriquement commenté dans son blog : « Parfait : toute personne que Mizoulina n'aime pas appartient à un lobby pédophile »[76].

Polémiques[modifier | modifier le code]

En juin 2013, Elena Mizoulina a porté plainte pour diffamation contre un groupe de personnes constitué de :

  • la journaliste de Novaya Gazeta Elena Kostyuchenko ;
  • l'activiste des droits des gays Nikolay Alekseyev ;
  • la journaliste et personnalité mondaine Ksenia Sobchak ;
  • l'économiste, écrivain et ancien Vice Premier Ministre Alfred Koch.

Selon les dires d'Elena Mizoulina, les blogueurs auraient répandu sur internet des allégations concernant une putative initiative d'Elena Mizoulina d'interdire le sexe orale en Russie. Depuis, Ksenia Sobchak, Alfred Koch ainsi que Nikoay Alkseev ont annoncé à la presse qu'ils ont été interrogés par des inspecteurs[77],[78],[79],[80],[81],[82].

Critiques[modifier | modifier le code]

Le politologue russe Mark Urnov décrit les projets de loi initiés par Elena Mizoulina comme " toutes différentes mais ayant une qualité en commun, leur capacité à répandre l'intolérance. Ils sont tout simplement l'expression sous forme juridique de l'intolérance et de la suppression de tout ce qui correspond aux visions personnelles de l'individu sur ce qui distingue le bien du mal"[83].

L'écrivain Dimitri Bykov a commenté qu'Elena Mizoulina "propose constamment une forme leéislative pour tout ce qui devrait appartenir au domaine du choix personnel, ce qui est bien plus dangereux qu'une parade gay pride"[84].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Elena Mizoulina est mariée et mère de deux enfants adultes[85],[86]. Son mari Mikhail Mouziline est detenteur d'un doctorat en philosophie et a travaillé en tant que professeur assistant à la Faculté des Sciences politiques de l'Académie présidentielle de l'économie nationale et de l'administration publique. Il été le chef du quartier général du parti Iabloko de Iaroslavl[24],[87]. Par le passé il a exercé le fonction de doyen à la Faculté des Science sociales de l'Université de Iaroslavl[2].

Son fils Nikolay Muzilin est domicilié à Bruxelles avec sa femmes et ses deux enfants où il exerce la profession d'avocat au sein de la société Mayer Brown[24],[54]. Sa fille Ekaterina est à la tête du Fond des initiatives socio-légal de Moscou "Capitale légale", une société qui exerce un rôle d'intermédiaire juridique et est active dans la presse et la publicité[24]. Cette société appartiendrait en réalité à Elena Mizoulina[88].

Le projet de loi de Elena Mizoulina connu comme "Le concept de l'état sur la politique familiale jusqu'en 2025", affirme que la famille idéale russe devrait être constituée d'un mariage entre un homme et une femme dans le but d'élever trois enfants ou plus. Elle propose également que plusieurs générations d'une seule famille devraient cohabiter sous le même toit[89]. Lorsqu'un journaliste de la station radion oppositionnaire Echo de Moscou l'a interrogé au sujet de son propre non-conformisme avec sa propre loi, elle a répondu: " Je désirais trois enfants, Micha [Mikhael son mari] aussi en désirait trois. Les choses se sont déroulées telles qu'elle l'ont fait. Le destin nous en a donné deux'[90].

En 1994, une polémique a éclaté au sujet de la requête de Elena Mizoulina de l'obtention d'un appartement de fonction plus large dans le but de faciliter son élevage de chats exotiques[91].

Elena Mizoulina dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Une chanson humoristique "Je vais t'appeler ma Mizoulina" par Guennady Smirnov a eu du succès sur internet, en référence à une chanson classique "Je t'appelerai Alenouchka"[92].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Я сразу уйду из политики, если моя деятельность будет мешать семье », Яблоко,‎ 1997 (consulté le 23 juillet 2013)
  2. a et b Наталья Щербаненко, « Неполитическая кухня Елены Мизулиной », Профиль,‎ 30.7.2001 (consulté le 22 juillet 2013)
  3. a et b Мария Позднякова, « Елену Мизулину заняться политикой уговорил муж », АиФ,‎ 24 января 2002 (consulté le 23 juillet 2013)
  4. IPC "Panorama", « Mizulina CV » (consulté en 24 août 2013)
  5. a, b, c et d « Мизулина Елена Борисовна », Яблоко (consulté le 19 juillet 2013)
  6. a et b « Мизулина Елена Борисовна. Биографическая справка », РИА Новости,‎ 30.06.2010 (consulté le 19 juillet 2013)
  7. « Елена Борисовна Мизулина », Юридическая Россия,‎ 24.10.2006 (consulté le 19 juillet 2013)
  8. « Мизулин Михаил Юрьевич », Научный фонд им. Г. П. Щедровицкого (consulté le 19 juillet 2013)
  9. « Кафедра отечественной истории », Ярославский государственный педагогический университет имени К. Д. Ушинского (consulté le 22 juillet 2013)
  10. « Мизулина Елена Борисовна », НИИ социальный систем МГУ им. Ломоносова (consulté le 22 juillet 2013)
  11. « Лицом к лицу », Радио "Свобода",‎ 27.01.2001 (consulté le 22 juillet 2013)
  12. « В канун Нового года разговорились "яблочники"... », Перекресток,‎ 1-8 января 2000 г. (consulté le 23 juillet 2013)
  13. Тюрин Б. А., « Избирательные кампании 1993-1995 годов в »,‎ 2006 (consulté le 24 juillet 2013)
  14. a, b, c, d et e Yabloko Registry, « Yabloko », Yabloko (consulté en 23 août 2013)
  15. 2. DEMOCRATIC OPPOSITION List of Russian political parties and their PMs, « Political Parties and their leader 1995 », Panorama website (consulté le 23 août 2013)
  16. MICHAEL WINES, « Moscow's Strange Bedfellows », The New York Times,‎ 20 janvier 2000 (lire en ligne)
  17. « Депутаты Совета Федерации I созыва », «Федеральное Собраниe: Совет Федерации, Государственная Дума». - Справочник. - М., ИЭГ "Панорама", Фонд развития парламентаризма в России, 1994–1996. Электронная версия,‎ 2000 (consulté le 22 juillet 2013)
  18. Michael Wines, « Impeachment Also Is Proceeding, in a Convoluted Way, in Russia », New York Times (consulté le 24 août 2013)
  19. « La Douma a démarré l'examen de la destitution de Boris Eltsine », lemonde.fr,‎ 1999 (consulté le 24 juillet 2013)
  20. « В Ярославле "Яблоко" объединилось с правыми », Независимая газета,‎ 03.07.2000 (consulté le 23 juillet 2013)
  21. a, b et c Laura Mills, « Meet Putin’s morality crusader, the woman spearheading efforts to curb gay rights », National Post,‎ 13/08/09 (lire en ligne)
  22. « Мизулина принята в состав СПС », Коммерсантъ,‎ 14.6.2001 (consulté le 22 juillet 2013)
  23. Михаил Овчаров, « "Яблоко" теряет последний шанс" », Независимая газета,‎ 24.02.2001 (consulté le 23 juillet 2013)
  24. a, b, c et d (ru) Юлия Чернухина, Виктория Чарочкина, Екатерина Винокурова., « Время хамелеонов. Портреты оппортунистов », The New Times,‎ 19 ноября 2012 (consulté le 29 novembre 2012)
  25. Сюзанна Фаризова, « "Союз правых сил" представит депутатов в Конституционном суде », 14.02.2004
  26. Григорий Белонучкин, « Дело о губернаторах », Панорама, № 56,‎ декабрь 2005 (consulté le 22 juillet 2013)
  27. Dmitry Babich, « Taking a Look Back », Russia profile.org (consulté le 23 août 2013)
  28. « Елена Мизулина назначена постоянным представителем Госдумы в Конституционном суде », Росбалт,‎ 13.2.2004 (consulté le 24 juillet 2013)
  29. Дмитрий Камышев, « Думократический процесс », Коммерcантъ-власть,‎ 28.01.2008 (consulté le 22 juillet 2013)
  30. a, b, c et d The European Parliamentary Forum on Population and Development, « Anti-Choice Inititiatives Acresso Europe: January to August 2011 », Intelligence Brief (consulté le 24 août 2013)
  31. Елена Мизулина награждена медалью Всемирного конгресса семей | Общепартийные | Информационный портал партии Справедливая Россия
  32. a et b BELA SHAYEVICH, ELENA KOSTYUCHENKO, KEITH GESSEN, KIRILL MEDVEDEV, MASHA GESSEN, « Day of Kisses 4 », n+1 (consulté le 23 août 2013)
  33. Agence France Presse, « Le Parlement russe a adopté un texte de loi controversé sur Internet »,‎ 12.07.2012 (consulté le 23 juillet 2013)
  34. « “PROTECTION DE L’ENFANCE” : JUSQU’OÙ IRA LA CENSURE DU NET ? », Reportaires sans frontières,‎ 2012 (consulté le 24 juillet 2013)
  35. http://www.onlinepetition.ru/проверка-е-б--мизулиной-на-психическое-здоровье/petition.html
  36. « En Russie, la Douma pénalise la "propagande" homosexuelle », lemonde.fr,‎ 2013 (consulté le 24 juillet 2013)
  37. a et b Ирина Невинная, « Аборт не предлагать », Российская газета,‎ 24.07.2013 (consulté le 24 juillet 2013)
  38. (ru) Ксения Рассыпнова., « Страсти по реестру », ТАСС-Телеком,‎ 14 novembre 2012
  39. (ru) Владимир Зыков., « Сайт Пиратской партии и анонимайзеры отправят в черный список », Известия,‎ 14 novembre 2012
  40. « Demographics Update: Russia Is On Pace To Record Another Year Of Natural Population Stability », Forbes,‎ 7.10.2013 (consulté le 24 juillet 2013)
  41. « Why Russia Turned Against The Gays:Vladimir Putin’s new campaign for national — and political — survival », BuzzFeed,‎ 1.9.2013 (consulté le 24 juillet 2013)
  42. « В Госдуму внесен законопроект о запрете абортов в РФ », Право.ru,‎ 1.1.2011 (consulté le 24 juillet 2013)
  43. Boris Denisov, former coordinator of Russian Prochoice Coalition Bunch of Rowan, « Memorandum of the Russian Campaign of the Year 2011 » (consulté le Thursday, November 8, 2012)
  44. a et b « 5 à 12 millions d'avortements clandestins chaque année », lemonde.fr (consulté le 19 juillet 2013)
  45. Елена Мухаметшина, « Аборт с отсрочкой на думу », Газета.ru,‎ 22.07.2013 (consulté le 23 juillet 2013)
  46. « Мизулина: Поправки об усыновлении - подленькие », Грани,‎ 18.12.2012 (consulté le 7 août 2013)
  47. « Е.Мизулина: Мое голосование за закон Димы Яковлева - политическое », Первый канал,‎ 24.2.2013 (consulté le 7 août 2013)
  48. a et b « Будет ли в России налог на развод »
  49. a et b « Мизулина из Госдумы определила наконец место женщины в обществе »
  50. « Православная, многодетная, под контролем государства »
  51. « Развод Путина и права человека »
  52. Tom Parfitt, « Vladimir Putin and wife could face divorce tax », The Telegraph,‎ 7 juin 2013 (lire en ligne)
  53. Виталий Солдатских, « Ансамбль духовных "скрепачей" », Русский репортёр, № 26,‎ 2.07.2013 (consulté le 22 juillet 2013)
  54. a et b « "Концепция семейной политики" депутата Мизулиной оказалась списана с сайта бесплатных рефератов », Newsru.com,‎ 18.6.2013 (consulté le 23 juillet 2013)
  55. « ЛГБТ-активисты угрожают расправой депутату Мизулиной », НТВ,‎ 16.06.2013 (consulté le 23 juillet 2013)
  56. « Что на самом деле сказала Мизулина про секс », Росбалт,‎ 17.6.2013 (consulté le 24 juillet 2013)
  57. « Депутат под кроватью », Росбалт,‎ 14.6.2013 (consulté le 24 juillet 2013)
  58. « Правозащитник: Идея депутата отбирать детей у геев и лесбиянок — это уже шизофрения », Росбалт,‎ 14.6.2013 (consulté le 24 juillet 2013)
  59. Natalia Antonova, « Mizulina and anti-gay hysteria: suffer the little children », The Moscow Times,‎ 17/06/2013 (lire en ligne)
  60. Tass Itar, « Law banning adoption of children by same-sex parents in for final reading », ITAR TASS Press Agency,‎ 21/06/2013 (lire en ligne)
  61. « Moscou veut interdire l'adoption pour les couples homosexuels étrangers », lemond.fr (consulté le 24 août 2013)
  62. Роман Доброхотов, Никита Лашук, Маргарита Белодедова, « Елена Мизулина: "Википедия – прикрытие педофильского лобби" », Slon.ru,‎ 10.07.2012 (consulté le 23 juillet 2013)
  63. « Мизулина обвинила гей-активиста Алексеева в причинении ущерба России », Lenta.ru,‎ 30.7.2013 (consulté le 31 juillet 2013)
  64. « Мизулина попросила отправить гей-активиста Алексеева на "труповозку" », Lenta.ru,‎ 29.7.2013 (consulté le 5 août 2013)
  65. Russia Today, « LGBT community takes legal steps against main sponsor of ‘sex propaganda bill’ », Russia Today,‎ 13 juin 2013 (lire en ligne)
  66. Дмитрий Камышев, « Январские чтения », Коммерсантъ-Власть, № 5,‎ 07.02.2011 (consulté le 22 juillet 2013)
  67. Анатолий Бурчаков, « Депутаты очистят Сеть от наркотиков и секса », Коммерсантъ FM,‎ 10.07.2012 // 18:32 (consulté le 22 juillet 2013)
  68. « Елена Мизулина: педофильское лобби является главным противником законопроекта о "черных списках" сайтов в интернете », Новая газета,‎ 11.07.2012 (consulté le 23 juillet 2013)
  69. Agence France Presse, « Arret mardi de Wikipedia en russe », Liberation-écrans,‎ mardi 10 juillet 2012 (consulté le 24 juillet 2013)
  70. Anthony Fino, « Arret mardi de Wikipedia pour dénoncer une loi russe », 7sur7.be,‎ 10/07/12 (consulté le 24 juillet 2013)
  71. « Сына депутата Мизулиной уличили в работе в фирме-спонсоре ЛГБТ-сети »
  72. « Nikolay Mizulin »
  73. « Сын Мизулиной оказался партнёром фирмы — спонсора ЛГБТ »
  74. « Депутат Мизулина обвинила Коха в педофильском лобби »
  75. « Николай Мизулин не хочет комментировать "неприятную ситуацию" »
  76. « На переднем крае », Каспаров.ру,‎ 09.06.2013 (consulté le 24 juillet 2013)
  77. Следователь спрашивал Собчак о нетрадиционном сексе // Ньюсфок, 12 августа 2013 года
  78. Masha Lipman, « The Battle over Russia's Anti-Gay Law », The New Yorker,‎ AUGUST 11, 2013 (lire en ligne)
  79. RIA Novosti, « Case Opened After Lawmakers Claim They Were Insulted », The Moscow Times,‎ 30 juillet 2013 (lire en ligne)
  80. Claire Bigg, based on reporting by Dmitry Volchek of RFE/RL's Russian Service, « Russia's 'Traditional Values' Lawmaker Faces Online Backlash », RFE/RL's Russian Service,‎ Friday, August 23, 2013 (lire en ligne)
  81. SUNNIVIE BRYDUM, « Gay Russian Activist Questioned for Twitter 'Insults' », AUGUST 15 2013, Advocate (consulté le 24 août 2013)
  82. Между оральным сексом и труповозкой // Утро. Ру, 09 августа 2013 года
  83. Любовь Чижикова, « Законы Мизулиной сеют нетерпимость », Свобода,‎ 12.8.2013 (consulté le 12 août 2013)
  84. Дмитрий Быков, « Дмитрий Быков объяснил, почему Елена Мизулина гораздо опаснее любого гей-парада », Собеседник, № 28,‎ 1.8.2013 (consulté le 12 août 2013)
  85. « Журналисты рассказали о связях сына Мизулиной с бельгийскими геями »
  86. (ru) « Мизулина Елена Борисовна. Биографическая справка », РИА Новости,‎ 30 juin 2010 (consulté le 12 juillet 2012)
  87. « Мизулин Михаил Юрьевич », РАГС (consulté le 19 juillet 2013)
  88. « Мизулина помнит о Ярославле », Северный край,‎ 10 декабря 2003 (consulté le 19 juillet 2013)
  89. « Должен быть государственный идеал семьи »
  90. « Елена Мизулина: Я никогда не встречалась с таким количеством угроз в мой адрес, в адрес членов моей семьи »
  91. Сергей Пархоменко, « ...И зачем я помню, что Селевк Первый в триста шестом году до нашей эры победил какого-то Чандрагупту?.. », Эхо Москвы (consulté le 10 août 2013)
  92. « Guennady Smirnov – Je vais t’appeler ma Mizulinaе », enrussie.fr,‎ 2013 (consulté le 24 juillet 2013)