Electro

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Electro-Hip Hop)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne le type de musique. Pour le genre dérivé, voir Musique électronique. Pour le personnage de fiction, voir Electro (comics).

Electro

Origines stylistiques Hip hop, boogie, disco, funk, New wave et synthpop/electropop
Origines culturelles Début des années 1980
Drapeau des États-Unis États-Unis (New York & Détroit) et Drapeau du Japon Japon (Tokyo)
Popularité Élevée durant les années 1980
Faible durant les années 2000

Sous-genres

Electro hop, Funktronica

Genres dérivés

Ghettotech, electroclash

L'electro (terme écourté pour electro-funk ou electro-boogie[1]) est un style de musique électronique directement influencée par l'utilisation d'une boîte à rythmes TR-808 et de quelques samples dérivés du funk.

Origines[modifier | modifier le code]

À l'origine, l'electro est née sur les premières boite à rythme inventées par Dave Smith. Mais c'est devenu une branche dérivée du hip-hop. En plus de l'appellation « electro-funk », on a ainsi pu parler au début des années 80 d'« electro hip-hop », de « robot hip-hop », ou encore de « robot funk ». On attribue traditionnellement la paternité du style à Afrika Bambaataa et son titre Planet Rock qui marie les scansions du rappeur avec des samples des morceaux Trans-Europe Express et Numbers de Kraftwerk[2]. Donc, l'electro peut être perçue comme une paternité de la musique électronique populaire inventée par les Kraftwerk des années 1970.

Fortement conditionnée par l'utilisation d'instruments synthétiques (boite à rythme, vocoder, synthétiseurs), cette fusion entre le rap et la musique électronique populaire du groupe Kraftwerk, en plus d'influences funk et disco, a eu une grande influence sur les toutes premières compositions de la house et de la techno.

Définitions[modifier | modifier le code]

Sens strict[modifier | modifier le code]

Le terme electro (abréviation d' electro-funk) définit un genre de musique électronique. Son tempo moyen varie entre 120 et 140 BPM, sa rythmique syncopée étant fondamentalement construite sur le modèle de base « kick-snare-kick-kick-snare-kick » dont l'exemple-type est le morceau Numbers de Kraftwerk. L'electro est ainsi une musique explicitement « machinique ».

En fonction de l'influence musicale du moment et de l'inspiration du musicien s'y greffe une ligne de basse de quelques notes (souvent sans portamento) qui vient renforcer le côté saccadé et « robotique » de la rythmique et/ou une combinaison de nappes mélodiques évoquant la science-fiction ou des univers aquatiques (typiques chez Drexciya et nombre de musiciens de Détroit tels Juan Atkins ou Aux 88). À Détroit, il est également fait référence au style electro par l'expression « Techno Bass ».

Sens large (dans les pays francophones)[modifier | modifier le code]

Tout comme le terme « techno » qui a, un temps, servi à désigner de manière générique toute musique électronique dansante, le terme « electro » est depuis quelques années utilisé en ce sens, et ce plus particulièrement dans les pays francophones. La profusion des genres et sous-genres dans les musiques électroniques et la popularité grandissante de ces sonorités impose, notamment aux médias généralistes, de recourir à des étiquettes englobant des styles parfois très éloignés les uns des autres.

« Cette culture à l'intérieur de laquelle se sont déployées ces nouvelles pratiques musicales et artistiques, cette scène qui a su si rapidement adopter les outils de son temps, c'est ce que l'on a appelé techno dans les années quatre-vingt-dix, les musiques électroniques au cours de la décennie suivante et aujourd'hui l'electro. »

— Jean-Yves Leloup, Digital Magma : De l'utopie des rave parties à la génération MP3.

Artistes représentatifs[modifier | modifier le code]

Labels représentatifs[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Electro-Funk > WHAT DID IT ALL MEAN ? », sur Electrofunkroots.co.uk (consulté le 23 décembre 2009)
  2. Peter Shapiro, Modulations, une histoire de la musique électronique (lire en ligne), p. 279

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]