Eleazar Sukenik

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Eleazar Sukenik

Eleazar Lipa Sukenik est un archéologue israélien du XXe siècle (Białystok, le 12 août 1889 - Jérusalem, le 28 février 1953).

Biographie[modifier | modifier le code]

Après son arrivée en Palestine en 1911, Eleazar Sukenik a travaillé comme instituteur et guide d'excursion. Il a pris part à la « guerre des langues » qui a éclaté en 1913 parmi les activistes sionistes en Palestine.

Au cours de la Première Guerre mondiale, il a servi dans l'armée britannique, membre du quarantième bataillon de Fusiliers royaux, devenu célèbre sous le nom de «légion juive».

En plus des fouilles importantes réalisées à Jérusalem, comprenant le «troisième mur», et de nombreux tombeaux et ossuaires, Eleazar Sukenik a joué un rôle central dans l'établissement du département d'archéologie de l'Université hébraïque.

En 1945, une grotte fut découverte dans le quartier de Talpiot; elle contenait des ossuaires affichant entre autres les noms de Jésus, Marie fille de Simon, Simon Barsabbas, Saphire. En 1947, Eleazar Sukenik proposa, au sujet de cette découverte, qu’il pourrait s’agir de la tombe de Jésus parce qu’il pensait avoir reconnu le verbe «se lamenter» écrit sur l’«ossuaire de Jésus[1].» Il supposait que les disciples de Jésus pourraient s’être lamentés après sa mort. Sa proposition, qui n’était qu’une hypothèse, fut rejetée par la communauté scientifique.

Eleazar Sukenik a, par ailleurs, identifié l'importance des rouleaux de la mer morte et a contribué à convaincre l'État israélien de les acheter. En 1948, il a publié un article dans lequel il établissait un lien entre l'origine des rouleaux et une communauté d'Esséniens. Cette théorie est devenue l'interprétation la plus communément admise de l'origine des rouleaux. Elle obtint un large consensus parmi ses disciples, même si elle est parfois remise en question par certains chercheurs.

Eleazar Sukenik était le père du militaire, homme politique et archéologue Yigael Yadin, de l'acteur Yossi Yadin, et de Mati Yadin, qui fut tué au combat pendant la guerre israélo-arabe de 1948.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. E. L. Sukenik, The earliest records of Christianity, in AJA 51 (1947), pp. 351-365