Elapidae

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Elapidae

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Naja haje

Classification selon ReptileDB
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Reptilia
Sous-classe Lepidosauria
Ordre Squamata
Sous-ordre Serpentes
Infra-ordre Alethinophidia
— non-classé — Macrostomata
— non-classé — Caenophidia
— non-classé — Colubroides
— non-classé — Colubriformes
— non-classé — Endoglyptodonta
Super-famille Elapoidea

Famille

Elapidae
Boie, 1827

Synonymes

  • Hydrophiidae Boie, 1827
  • Elapinae Boie, 1827
  • Bungarinae Eichwald, 1831
  • Notechinae Eichwald, 1831
  • Acanthophiinae Dowling, 1967

Les Elapidae sont une famille de serpents. Cette famille comprend les serpents les plus dangereux du monde comme les cobras, mambas noirs, taïpans, serpents-corail, etc. Ainsi que les deux serpents les plus venimeux au monde, le serpent terrestre Oxyuranus microlepidotus et le serpent marin Enhydrina schistosa[1],[2].

Description[modifier | modifier le code]

La plupart des espèces ont des pupilles rondes, mais on trouve également des pupilles verticales, principalement dans le genre Acanthophis. Les plus grands spécimens dépassent les 3 mètres (mamba noir, taipan côtier) ; voire les 5 mètres pour le cobra royal. Au demeurant, les tailles sont plus modestes pour les cobras et les bongares.

Selon les genres, ils ont des mœurs terrestres semi-fouisseuses (serpents corail), arboricoles ou semi-arboricoles (Pseudohaje et Dendroaspis), voire aquatiques (serpents de mer). Ils sont parfois diurnes comme Dendroaspis ; mais demeurent principalement nocturnes, (Acantophis, 'Bungarus, Naja).

Certaines espèces sont ovipares (serpents corail, Oxyuranus, Demansia…), d'autres sont ovovivipares (Hemachatus, Acanthophis, Cryptophis, Drysdalia, Glyphodon, Pseudechis, Tropidechis) et enfin, quelques espèces sont vivipares (Denisonia).

Les Elapidae sont des serpents venimeux, ils ont les crocs creux situés à l'avant de la bouche, mais ces crocs ne peuvent pas être érigés comme ceux des vipères (famille des Viperidae). Au lieu de cela, les Elapidae doivent réellement mordre leur proie au lieu de les poignarder à la manière des vipères. Lorsque la bouche est fermée, les crocs se logent dans des creux de la mâchoire inférieure.

Néanmoins les venins sont très actifs et c'est d'ailleurs dans cette famille que l'on regroupe les espèces les plus venimeuses.

Les venins sont souvent très neurotoxiques car, si les crochets sont courts, le venin qui a un tropisme neurotrope n'a pas besoin d'être injecté profondément. Le mode d'action est en plus très bref. Le poumon gauche est généralement réduit ou absent, mais les espèces marines possèdent souvent un poumon trachéal. Les protéroglyphes sont représentés par les Elapidae ici les crochets sont situés très en avant du maxillaire, courts et fixes ; l'envenimation est alors facilitée par morsure, car les crochets sont en plus cannelés (cobra, mamba, taipan, serpent marin) et les glandes à venin très fonctionnelles. Ces crochets sont parfois modifiés pour pouvoir projeter du venin (Hemachatus, Naja nigricollis).

Liste des genres[modifier | modifier le code]

Selon Reptarium Reptile Database (26 août 2014)[3] :

Quelques auteurs placent les serpents de mer dans une famille séparée, les Hydrophiidae, famille qui est considérée comme une sous-famille dans d'autres classifications (Hydrophiinae).

Les Elapidae stricto sensu sont parfois découpés en sous-famille : Acanthophiinae, Bungarinae, Elapinae et Notechinae.

Le genre-type s'est à l'origine appelé Elaps est synonyme de Micrurus.

Publication originale[modifier | modifier le code]

  • Boie, 1827 : Bemerkungen über Merrem's Versuch eines Systems der Amphibien, 1. Lieferung: Ophidier. Isis von Oken, Jena, vol. 20, p. 508-566 (texte intégral)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Zaher, Grazziotin, Cadle, Murphy, Moura-Leite & Bonatto, 2009 : Molecular phylogeny of advanced snakes (Serpentes, Caenophidia) with an emphasis on South American Xenodontines: a revised classification and descriptions of new taxa. Papéis Avulsos de Zoologia (São Paulo) vol. 49, n. 11, p. 115‑153 (texte intégral).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mark O'Shea (en), Venomous Snakes of the World, New Jersey, Princeton University Press,‎ 2005 (lire en ligne)
  2. (en) Snake venom
  3. Reptarium Reptile Database, consulté le 26 août 2014