Elaine Sturtevant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sturtevant.

Elaine Sturtevant est une artiste américaine, née en 1930 à Lakewood (Ohio), considérée comme l'inspiratrice du mouvement appropriationniste[1].

Elle vit actuellement à Paris.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Elaine Sturtevant retourne complètement le concept d'originalité. Toutes ses œuvres sont des copies de celles d'autres artistes, aucune n'est originale.

Son travail comprend des copies des œuvres de Andy Warhol, Marcel Duchamp, Joseph Beuys, Frank Stella, Martial Raysse[2], Félix González-Torres. Elle maîtrise aussi bien la peinture, la sculpture, la photographie et le cinéma afin d'effectuer une gamme complète de copies des travaux des artistes qu'elle a choisis. La plupart du temps, elle les copie avant même que ceux-ci n'obtiennent une large reconnaissance.

Presque tous les artistes qu'elle a choisi de copier sont aujourd'hui considérés comme des incontournables de leur temps ou de leur style. Les critiques d'art se posent la question de savoir comment elle faisait pour déceler à un stade aussi précoce des artistes aujourd'hui célèbres.

En 2011, elle obtient le Lion d'Or de la Biennale de Venise[3]

Quelques expositions[modifier | modifier le code]

  • 1992 : Stuttgart, Württembergischer Kunstverein
  • 2004 : « Elaine Sturtevant - The Brutal Truth », Francfort, Museum für Moderne Kunst
  • 2006 : New York, Whitney Biennial
  • 2008 : « Sturtevant », Consortium de Dijon
  • 2009 : « Sturtevant: Modes of Thought », Londres, Tate Modern
  • 2010 : « Sturtevant : The Razzle Dazzle of Thinking », Paris, MAM[4]
  • 2011 : Biennale de Venise[3]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Elaine Sturtevant, Sturtevant: Push And Shove, Milan, Italie, Edizioni Charta Srl, 2005, 120 p. (ISBN 978-88-8158-544-1)
  • (en) Mario Kramer, Udo Kittelmann, Lena Maculan: Sturtevant. Catalogue raisonné., Stuttgart, Allemagne, Hatje Cantz, 2005, 191 p. (ISBN 978-3-7757-1485-3)
  • (en) Elaine Sturtevant, Udo Kittelmann (dir.), Sturtevant: Author of the Quixote, Köln, Allemagne, Buchhandlung Walther Konig GmbH & Co.KG, 2009, 48 p. (ISBN 978-3-86560-472-9)
  • (en) Bice Curiger (dir.), Elaine Sturtevant et Andro Wekua, Parkett: Sturtevant, Andro Wekua, Paul Chan, Kerstin Bratsch, Köln, Allemagne, Parkett Publishers, 2011, 300 p. (ISBN 978-3-907582-48-0)
  • (en)(fr) Anne Dressen (Ed.), Bruce Hainley, Fabrice Hergott, Sturtevant : The Razzle Dazzle of Thinking, Suisse, Zürich, JRP Ringier, 2010, 304 p. (ISBN 978-3-03764-090-6)[4]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Stéphanie Moisdon, « Sturtevant, la vérité, brutale. », sur blogs.mediapart.fr,‎ 18/04/2008 (consulté en 04/05/2011)
  2. Pauline Simons, « Le meilleur de Drouot », sur lefigaro.fr,‎ 28/10/2011 (consulté en 04/11/2011)
  3. a et b Lucie Agache, « Franz West et Elaine Sturtevant, Lions d’or de la Biennale de Venise 2011 », sur connaissancedesarts.com,‎ 04/05/2011 (consulté en 04/05/2011)
  4. a et b « Sturtevant : The Razzle Dazzle of Thinking », sur mam.paris.fr (consulté en 4/5/2011)