El Kala

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
El Kala
Parc national El Kala
Parc national El Kala
Noms
Nom algérien القالة
Administration
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Wilaya El Tarf
Daïra El Kala
Code postal 36100
Code ONS 3605
Démographie
Population 128 411 hab. (2008[1])
Densité 440 hab./km2
Géographie
Coordonnées 36° 53′ 44″ N 8° 26′ 36″ E / 36.89556, 8.44333 ()36° 53′ 44″ Nord 8° 26′ 36″ Est / 36.89556, 8.44333 ()  
Altitude Min. 1 m – Max. 1 m
Superficie 292 km2
Localisation
Localisation de la commune dans la wilaya d'El Tarf.
Localisation de la commune dans la wilaya d'El Tarf.

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte administrative d'Algérie
City locator 14.svg
El Kala

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte topographique d'Algérie
City locator 14.svg
El Kala

El Kala (anciennement La Calle) est une commune de la Wilaya d'El Tarf en Algérie, proche de la frontière algéro-tunisienne, située à 20 km au nord-est d'El Tarf et 77 km à l'est d'Annaba.

Géographie[modifier | modifier le code]

Complexe lacustre d'El Kala, répertorié comme l'une des plus importantes zones humides d'Algérie et du bassin méditerranéen.

Histoire[modifier | modifier le code]

Colonisation française[modifier | modifier le code]

Article connexe : Bastion de France.

Dès 1553, Thomas Lincio (ou Lenci), dit Thomas Lenche, un riche négociant, ancien patron de bateaux, originaire de Corse, mais demeurant à Marseille, obtient du Pacha l'autorisation d'installer un bastion français, une compagnie de pêche, et de cueillir le Corail rouge méditerranéen dont La Calle est la "capitale" : "La "compagnie marseillaise des concessions d'Afrique" est née.

Plusieurs fois, détruit et relevé (consécutif aux pillages et aux attaques des autochtones et des corsaires) la concession de pêche changea souvent de mains. Ce comptoir sera évacué de 1799 à 1816 sur l'ordre du Bey de Constantine.

En 1793, au plus fort de la révolution Française, le comptoir de La Calle est isolé de la France, et surtout de Marseille, car les Britanniques qui viennent d'entrer en guerre contre la France sont les maîtres de la Méditéranée, avec leur flotte de guerre.

Ainsi, en 1815, lors du congrés de Vienne, qui va décider du sort des posséssions Françaises, le comptoir de La Calle n'est pas mentionné, les Français ayant laissés les mains libres au Bey de Constantine, de peur de voir les Anglais se substituer à eux. Le Bey va reprendre le comptoir au nom de l'Empire Ottoman, dans une grande indifférence, et l'oubli des grandes puissances Européennes, bien avant 1815. Lors des débuts de la conquête de l'Algérie en 1830, l'armée française recrutera un grand nombre de citoyens bilingues arabe/français de La Calle, et même des locuteurs de dialectes berbères (Chaouia, Kabyle) bilingues, en qualités d'interprètes, pour négocier avec les chefs de tribus, et autres notables, en vue de la pacification des zones conquises, et pour le renseignement militaire, entre 1830 et 1848. En 1830, rares étaient les Français qui parlaient l'Arabe, et encore plus rares ceux qui parlaient un des dialectes berbères de l'Afrique du Nord. Les habitants de La Calle, le plus souvent bilingues, vont donc jouer un grand rôle dans la conquête de l'Algérie, en qualités d'interprétes, car la langue Arabe n'était pas parlée en France, et encore moins les langues Berbéres.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Données du recensement général de la population et de l'habitat de 2008, communes de la wilaya d'El Taref, sur le site geohive.com.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]