El Aura

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

El Aura est un film franco-hispano-argentin réalisé par Fabián Bielinsky, sorti en 2006.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Un paisible taxidermiste souffrant d'épilepsie, et doté d'une excellente mémoire visuelle, imagine sans cesse des plans de braquage parfait. Un jour, une de ses connaissances l'emmène en week-end de chasse, et le hasard va lui donner la possibilité de participer à un véritable casse...

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • El Aura, qui comme Les Neuf Reines a pour acteur principal Ricardo Darín, est le second long métrage de Fabián Bielinsky, décédé pendant qu'il préparait un nouveau film.
  • "L'aura" du titre désigne l'état de perception qui précède immédiatement une attaque d'épilepsie.

Commentaires[modifier | modifier le code]

Pour Le Monde, « avec Les Neuf Reines, Fabian Bielinsky avait réussi l'un de ces tours de passe-passe cinématographiques qui enchantent périodiquement les foules, de L'Arnaque en Usual Suspects. Quand commence El Aura, deuxième film du réalisateur argentin, on croit un moment être embarqué sur le même manège. Il y a du mystère - un homme reprend conscience devant une banque, émergeant d'on ne sait quelle absence - et un programme : plus tard, le même homme au visage infiniment triste attend, cette fois à l'intérieur d'une banque, et explique à une connaissance (il n'a pas d'ami) à quel point il serait simple de braquer l'établissement. (...)
il y a beaucoup de gravité et d'inquiétude dans cette entreprise de démontage des mécanismes du film noir. Le scepticisme qu'expriment le scénario et la mise en scène face à la mythologie du genre est corrosif : l'euphorie de la violence, le plaisir de la domination physique s'évaporent sous le regard désabusé du taxidermiste.

De cette mise en scène à la fois violente et mélancolique, du jeu économe de Ricardo Darin, émerge une silhouette de héros solitaire, ballotté par la violence, incapable de faire ce qu'il faut au bon moment comme on en trouvait dans les romans de David Goodis ou de Jim Thompson. »

Liens externes[modifier | modifier le code]