El Biar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis El-Biar)
Aller à : navigation, rechercher
El Biar
Mairie d'El Biar
Mairie d'El Biar
Blason de El Biar
Noms
Nom algérien الأبيار
Nom amazigh ⵍⴻⴱⵢⴰⵔ
Administration
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Wilaya Alger
Daïra Bouzareah
Président de l'APC Mohamed Abdellaoui
2012-2017
Code postal 16030
Code ONS 1610
Démographie
Population 47 332 hab. (2008[1])
Densité 2 491 hab./km2
Géographie
Coordonnées 36° 46′ 09″ N 3° 01′ 47″ E / 36.769069, 3.02968436° 46′ 09″ Nord 3° 01′ 47″ Est / 36.769069, 3.029684  
Altitude 200 m (min. : 105 m) (max. : 266 m)
Superficie 19 km2
Localisation
Localisation de la commune dans la wilaya d'Alger
Localisation de la commune dans la wilaya d'Alger

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte administrative d'Algérie
City locator 14.svg
El Biar

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte topographique d'Algérie
City locator 14.svg
El Biar
Liens
Site de la commune http://www.elbiar-dz.org

El Biar (الأبيار) est une commune d'Algérie, située dans la wilaya d'Alger et faisant partie de l'agglomération d'Alger.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

El Biar est située à environ 3 km à l'ouest du centre-ville d'Alger[2].

Communes limitrophes d’El Biar
Bouzareah Bouzareah Oued Koriche
Ben Aknoun El Biar Alger-Centre
Ben Aknoun Hydra, El Mouradia Alger-Centre

Transports[modifier | modifier le code]

Avant l'indépendance El Biar était reliée au centre d'Alger par les trolleybus électriques bleus de la Régie Syndicale des Transports Algérois (RSTA).

Urbanisme[modifier | modifier le code]

El Biar est une banlieue aisée d'Alger, avec un centre d'affaires et des quartiers résidentiels de niveau élevé[évasif].

On y trouve d'ailleurs plusieurs ambassades : Belgique, Portugal, Russie, Turquie ; le siège de la Cour suprême ; le ministère de la Justice[3]. De ce point de vue, El Biar ressemble à sa voisine Ben Aknoun.

On y trouve aussi plusieurs parcs : Djenan el Mithaq, Balcon Saint-Raphaël (Ezzahira), Parc des Pins...

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom arabe « El Biar » qui signifie « les puits » est dû à la multitude de puits dont dispose cette localité[réf. nécessaire].

La période coloniale

El Biar hébergeait l'école normale d'institutrices et le lycée franco-musulman Ben-Aknoun.

La guerre d'Algérie

Pendant la bataille d'Alger (1957), un immeuble inachevé au 94, avenue Georges Clemenceau[4], est le « centre de tri » du sous-secteur de Bouzareah, dans lequel des personnes arrêtées sont amenées puis interrogées par les parachutistes de la 10ème DP (1er RCP) : parmi ces suspects « assignés à résidence » à El Biar se trouvent le docteur Georges Hadjadj (arrêté le 10 juin 1957), Maurice Audin (11 juin) et Henri Alleg (12 juin)[5], et bien d'autres. La villa Massilia, avenue Faidherbe, est un autre lieu d'interrogatoires. Maurice Audin, disparu depuis le 21 juin 1957, est probablement mort à cette date dans l'immeuble de l'avenue Clemenceau.

Le 5 mars 1962, six dirigeants des centres sociaux, dont Mouloud Feraoun et Max Marchand, sont tués par un commando de l'OAS lors de l'opération dite « assassinat de Château-Royal ».

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1987 1998 2008
57 026 52 582 47 332
(Source : ONS)


Administration[modifier | modifier le code]

Les présidents successifs de cette mairie ont été

  • Belaid Khelita, administrateur
  • Sahraoui Fodl, avocat
  • Bellouz Amar, conseiller fiscal
  • El Mouqssif Amar, administrateur
  • Abdellaoui Mohammed[réf. nécessaire]

Économie[modifier | modifier le code]

Dans les années 1980, un centre commercial (souterrain) a été ouvert au centre de la place, mais est quasiment déserté de nos jours.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

La mosquée de la place Kennedy à El Biar.

La place centrale (place Carnot à l'époque de la colonisation, actuellement place Kennedy), a été conçue dans un style « néo-mauresque » avant les années 1930. Elle comporte le bâtiment de l'Assemblée populaire communale, la mosquée, bâtie entre 1964 et 1966 par l’architecte Abderrahmane Bouchama et la grande poste, qui date de 1935. Dans la salle du conseil ou la salle des mariages[6], se trouvait une fresque allégorique représentant des ouvriers agricoles de retour du travail et allant vers la ville aux maisons blanches dans un environnement boisé. L'artiste s'étant représenté avec son chevalet, avec la silhouette d'une femme derrière lui. Dans la patio de cette mairie se trouvait : "Défilé de Centurions "

À proximité, l’ancienne église Notre-Dame du Mont-Carmel de l'architecte français Charles Frédéric Chassériau, elle renfermait derrière le maître-autel une toile de Georges Rochegrosse: " L'essai d'interprétation picturale de la Messe en si mineur de Jean-Sébastien Bach , qui aurait été détruite, car jugée trop importante, lorsque cet édifice est devenue une bibliothèque.

La commune dispose des anciennes constructions turques à l'exemple de la villa jais[réf. nécessaire], un conservatoire de musique, un stade, une église, quatre mosquées, un centre culturel, etc.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Anecdote[modifier | modifier le code]

Le 2 février 1957, en coupe de France, le Sporting Club Union (SCU) d'El Biar, club de division d'honneur (D.H.) élimine le glorieux Stade de Reims en 16ème de finale.

C'est une des plus énormes surprises de l'histoire de la Coupe de France. 

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [PDF]Recensement 2008 de la population algérienne, wilaya d'Alger, sur le site de l'ONS.
  2. Journal officiel de la République algérienne du 19/12/1984, page 1517, délimitation du territoire de la commune d'El Biar.
  3. Voir Carte Google ; le ministère de l'Energie et des Mines est situé à la limite d'El Biar, mais à Ben AknounMinistère de l'énergie et des mines
  4. Actuelle avenue Ali Khodja (?).
  5. Voir Le Peuple algérien et la guerre, page 229 (lettre d'Henri Alleg au Comité Maurice Audin, 1960
  6. Selon le professeur Goinard, dans la salle des mariages les œuvres étaient encore présente en 1994, l'ancien maire d'Alger Jacques Chevallier en aurait demandé la sauvegarde. Cité par Marion Vidal-Bué dans "L'Algérianiste" n°126 juin 2009

Liens externes[modifier | modifier le code]