Elīna Garanča

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Elīna Garanča

Description de cette image, également commentée ci-après

Elīna Garanča - Paris 13-Oct-2012

Naissance 16 septembre 1976 (37 ans)
Riga, RSS de Lettonie
Drapeau de l’URSS Union soviétique
Activité principale Artiste lyrique
Mezzo-soprano
Style Opéra
Lieux d'activité Drapeau de l’Union européenne Europe
Drapeau des États-Unis États-Unis
Maîtres Sergej Martinov
Irina Gavrilovici
Virginia Zeani
Conjoint Karel Mark Chichon
Récompenses Grammy Award
Site internet Site officiel

Elīna Garanča (prononcez : Éliina Garantcha) est une mezzo-soprano lettonne réputée pour la puissance, l'ampleur et la tessiture de sa voix ainsi que pour ses talents de comédienne. Elle s'est hissée en quelques années au rang des grandes cantatrices mondiales.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elīna Garanča est née le 16 septembre 1976 à Riga (Lettonie), de parents musiciens. Son père est chef de chœur et sa mère, Anita, interprète de lieder, professeur de chant[1],[2], [3] à l’Académie de musique de Lettonie, professeur de chant associée à l’Académie lettone pour la culture et enseignante à l’Opéra national de Lettonie. Elle donne également des cours de chant en privé[4], [5]. Son frère, Jānis (Jaanis) Garančs, de trois ans son aîné, a entrepris des études de musique. Il travaille actuellement comme consultant audio visuel dans l'industrie du disque[6].

Enfant, elle voulait être comédienne[7] mais, après avoir travaillé le piano pendant quelques années[8], Elīna, âgée de 20 ans, commence à étudier le chant à l’Académie lettone de musique sous la direction de Sergej Martinov en 1996. Elle continue ses études à Vienne avec Irina Gavrilović avant de les poursuivre aux États-Unis avec Virginia Zeani.

Elle est mariée au chef d'orchestre gibraltarien Karel Mark Chichon. Leur premier enfant, Catherine Louise, est née le 22 septembre 2011, et leur second, Cristina Sophie, le 10 janvier 2014[9].

Carrière[modifier | modifier le code]

Elīna Garanča fait ses débuts lors d'une tournée de l'Opéra de Riga à Bucarest et Athènes dans le rôle de Giovanna Seymour (Anna Bolena), puis est engagée dans la troupe de Meiningen, en Allemagne. Elle intègre ensuite celle de Francfort avant de signer un contrat avec le Wiener Staatsoper où elle fait ses débuts dans le rôle de Lola (Cavalleria Rusticana).

Sa carrière internationale prend son essor au Festival de Salzbourg de 2003 lorsqu'elle chante le personnage d'Annio de La Clémence de Titus (Mozart) sous la direction du chef d'orchestre Nikolaus Harnoncourt. Elle signe rapidement des contrats pour des rôles importants : Charlotte (Werther), Dorabella (Così fan tutte) à l'Opéra de Vienne (2004). Elle chante la partition de Sesto dans La Clémence de Titus en 2006.

Elīna Garanča a signé un contrat d'exclusivité avec la Deutsche Grammophon en 2005.

Ses premiers pas en France ont lieu au théâtre des Champs-Élysées dans La Cenerentola mise en scène par Irina Brook. Elle y revient pour le Così fan tutte de Patrice Chéreau, à Aix-en-Provence puis au Palais Garnier (2005). Elle débute à l'Opéra Bastille le 14 décembre 2006, au pied levé, dans le rôle d'Octavian. Elle revient à Paris en février 2007 pour les Folksongs de Berio avec Mariss Jansons au théâtre des Champs-Élysées.

Ses débuts à l'Opéra de Munich ont lieu en juillet 2008, où elle interprète Adalgisa dans la Norma de Bellini aux côtés d'Edita Gruberova, avec qui elle avait enregistré l'opéra pour le disque.

Elle débute au Metropolitan Opera de New York le 12 janvier 2008 dans le rôle de Rosine (Le Barbier de Séville, Gioacchino Rossini). Sa prestation est saluée par le journaliste et critique du New York Times Bernard Holland  :

« Madame Garanca est une authentique virtuose (...) Les techniques modernes de chant s'adaptent mal aux accents rapides, brillants et musclés du XIXe siècle commençant [écrits] par Rossini, et madame Garanca était la seule sur scène à être totalement à l'aise avec le chant. Les passages lyriques avaient de l'ampleur ; les passages rapides étaient entièrement maîtrisés[10],[11]. »

Elle chantera longtemps Mozart mais, le 31 décembre 2009 et en janvier 2010, suite au désistement d'Angela Gheorghiu pour des raisons personnelles, Elīna Garanča chante le rôle titre de Carmen (Georges Bizet) - qu'elle a chanté pour première fois à Riga en octobre 2007[8] - avec, pour partenaire, Roberto Alagna dans la production 2010 du MET[12]. Longuement ovationnée, sa prestation avait relevé un défi[13] et aboutit à un triomphe[14].

Le 23 mai 2013 après une représentation de Carmen à Vienne, elle reçoit le titre très honorifique de « Kammersängerin » pour sa contribution à l’opéra viennois[réf. souhaitée].

La voix[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

En CD[modifier | modifier le code]

Récitals[modifier | modifier le code]

Opéras[modifier | modifier le code]

en DVD[modifier | modifier le code]

Récompense[modifier | modifier le code]

Grammy Award pour son rôle d'Andronico dans l'opéra Bajazet dirigé par Fabio Biondi.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. (en) Matthew Gurewitsch« A Mezzo Kicks Up Her Heels in High Style », The New York Times,‎ 28 juin 2009 (consulté le 27-08-2010).
  2. (en) George Loomis, « Opera's Switch Hitter », The New York Sun,‎ 10 janvier 2008 (lire en ligne).
  3. (en) « Elina Garanca - Biography », Deutsche Grammophon (consulté le 25-08-2010).
  4. (en) Harri Kuusisaari « Latvian blonde is eager to alter her image, The Mirjam Helin International Singing Competition », Finnish Cultural Foundation,,‎ 22-07-2009.
  5. (en) « Anita Garanča ».
  6. (en) « Jaanis Garancs », www.garancs.net.
  7. Interview du 27-09-2010 22:15 sur la chaîne Arte
  8. a et b Interview d'Elīna Garanča sur Forum Opera en 2007
  9. Announcement: birth of our daughter, Cristina Sophie Chichon, a sister for Catherine Louise, sur elinagaranca.com (consulté le 29 janvier 2014).
  10. (en) Bernard Holland « Barreling Through Rossini With a ‘Noises Off’ Rhythm », The New York Times,‎ 14-01-2008 (consulté le 27-08-2010).
  11. « Ms. Garanca is the real thing (...) Modern singing techniques adapt with difficulty to Rossini’s early-19th-century emphasis on speed, lightness and athletic articulation, and Ms. Garanca was the only one onstage sounding completely comfortable. The lyric passages sang out; the episodes of racecourse delivery were fully in hand »
  12. (en) The defiant one
  13. Le personnage de Carmen est un des rôles les plus exigeants du répertoire par la richesse de la personnalité et l'étendue des interventions musicales. L'ambiguïté de la tessiture est à la mesure de la complexité du personnage.
  14. « The defiant one », The Metropolitan Opéra (consulté le 30-09-2010).
  15. Voir la critique de ce disque sur Forum Opera (lire en ligne)