Eicosanoïde

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les eicosanoïdes[Note 1] (du grec ancien εἴκοσι / eíkosi , signifiant « vingt ») ou icosanoïdes[1],[2] constituent une vaste famille de dérivés d'oxydation d'acides gras polyinsaturés à 20 atomes de carbone comme l'acide arachidonique (C20:4 (ω-6)).

Ils peuvent être cycliques ou linéaires (leucotriènes).

On distingue deux types d’eicosanoïdes :

Synthèse[modifier | modifier le code]

Ils dérivent d’acides gras polyinsaturés (AGPI) à 20 atomes de carbone. L’acide arachidonique (C20:4Δ5,8,11,14 ou C20:4ω6) est le principal précurseur ; les acides dihomo-linolénique γ (C20:3ω6) et eicosapentaénoïque (C20:5ω3) sont également précurseurs.

Leucotriènes[modifier | modifier le code]

La synthèse a lieu principalement dans les leucocytes et secondairement dans d’autres cellules de divers organes. Ils renferment quatre doubles liaisons dont trois sont conjuguées. Ils portent souvent un groupement protidique, constitué d’un, deux ou trois acides aminés liés par des liaisons peptidiques.

Prostanoïdes[modifier | modifier le code]

Il s’agit d’eicosanoïdes cycliques. Les acides gras précurseurs ne sont pas libres mais estérifiés au niveau de phospholipides. La phospholipase A2 va permettre de libérer l’acide arachidonique (précurseur le plus abondant). Notons en passant que les corticostéroïdes inhibent la phospholipase A2 (PLA2), et par conséquent la synthèse des prostanoïdes, notamment des prostaglandines, ce qui explique leur action anti-inflammatoire. Cependant, leur action anti-inflammatoire serait surtout due à l'inhibition de la sécrétion de médiateur de l'inflammation, comme certaines cytokines ou le TNF.

L'aspirine et les anti-inflamatoiress non stéroïdiens sont des inhibiteurs des cyclooxygénases, étape initiale de la synthese des prostaglandines.

Rôle physiologique[modifier | modifier le code]

Ce sont généralement des hormones autocrines ou paracrines.

En tant qu'hormones lipophiles, elles sont capables de traverser la membrane plasmique des cellules pour atteindre leur site récepteur. Elles jouent un rôle dans l’inflammation (douleur, fièvre, etc.), la contraction des muscles lisses (vaisseaux sanguins, bronches, utérus, intestin, etc.), la régulation des métabolismes, et dans l'agrégation plaquettaire. Les eicosanoïdes ont un impact sur les maladies cardio-vasculaires ainsi que sur le diabète (pour les eicosanoïdes des familles Oméga-6 et Oméga 3).

Récepteurs[modifier | modifier le code]

Leucotriènes[modifier | modifier le code]

le LTB4 est un agent chimiotactique impliqué dans les phénomènes pro inflammatoires et inflammatoires.

Prostanoïdes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Parfois orthographié à tort « éicosanoïdes ».
  1. Cismef, « Recherche sans agent icosanoïde », sur http://dictionnaire.sensagent.com (consulté le 8 septembre 2012)
  2. (en) UIPAC, « Alphabetical List of Class Names starting with I », icosanoids, sur http://www.chem.qmul.ac.uk/iupac/ (consulté le 8 septembre 2012)