Egon Erwin Kisch

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Egon Erwin Kisch

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Egon Erwin Kisch en 1934

Activités écrivain, journaliste
Naissance 29 avril 1885
Prague Drapeau de l'Autriche-Hongrie Autriche-Hongrie
Décès 31 mars 1948 (62 ans)
Prague Drapeau de la Tchécoslovaquie Tchécoslovaquie
Langue d'écriture allemand

Egon Erwin Kisch (29 avril 1885, Prague - 31 mars 1948, Prague) est un écrivain et journaliste de langue allemande.

Biographie[modifier | modifier le code]

Egon Erwin Kisch est issu de la population juive germanophone de Prague. Il débute dans le journalisme en travaillant pour la presse allemande pragoise, notamment pour le Prager Tagblatt. En 1913, il est à Berlin, où il travaille également dans le théâtre. Pendant la Première Guerre mondiale, il est mobilisé dans l'armée austro-hongroise. Blessé, il est affecté au service de presse. En 1919, il adhère au KPÖ, ce qui lui vaut d'être expulsé d'Autriche. Il est de retour à Berlin. Il voyage à travers le monde comme reporter. En 1933, ses livres sont interdits de publication par les Nazis. Il est emprisonné après l'incendie du Reichstag, puis expulsé vers la Tchécoslovaquie. Il combat dans les brigades internationales en Espagne. Pendant la deuxième Guerre mondiale il s'exile au Mexique. Revenu à Prague en 1946, il est élu au conseil municipal[1].

Œuvre[modifier | modifier le code]

À côté d'œuvres de fictions, Kisch est surtout renommé pour ses reportages. Dans les années 1920, ses livres de reportages sont des bestsellers. On le surnomme Der rasende Reporter (« le reporter qui fonce comme un fou »), titre d'un de ses ouvrages de 1924. Il écrit également sur des affaires criminelles, comme le cas du colonel Redl. Malgré son engagement politique communiste, Kisch séduit un large public[1]. Son œuvre se rattache à la Neue Sachlichkeit

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • 1924, Der rasende Reporter
  • 1924, Der Fall des Generalstabchefs Redl
  • 1927, Zaren, Popen, Bolschewiken
  • 1930, Paradies Amerika

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Brauneck 1995, pp. 435-436.

Sources[modifier | modifier le code]

  • (de) Manfred Brauneck (éditeur), 1995, Autorenlexikon deutschsprachiger Literatur des 20. Jahrhunderts, Reineck bei Hamburg, Rowohlt.