Effet Bruce

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'effet Bruce est une forme d'avortement chez les mammifères, lorsque l'exposition d'une femelle enceinte à un mâle inconnu provoque l'échec de la préimplantation[1] ou de la postimplantation[2].

Cette interruption de grossesse a été constatée en laboratoire chez au moins 12 espèces de rongeurs. Les expériences menées consistent à mettre une femelle récemment fécondée en contact avec un nouveau mâle, ou son urine, ou son lit souillé. La femelle bloque alors l'implantation de ses embryons, ou les avorte, ou les réabsorbe. En fonction de l'espèce et des conditions expérimentales[3],[4],[5], l'interruption peut avoir lieu entre le moment de la conception et jusqu'à 17 jours ensuite.

L'effet Bruce a également été mis en évidence en conditions naturelles chez des primates, au sein de communautés de Gélada vivant dans le Parc national du Simien en Éthiopie[6].

Interprétation[modifier | modifier le code]

Plusieurs hypothèses pourraient expliquer le phénomène :

  • La femelle estime que le nouveau mâle est supérieur au précédent. En avortant, elle décide alors d'investir son temps et son énergie en s'accouplant avec le nouveau mâle, de façon à pourvoir sa progéniture des meilleurs gènes disponibles ;
  • La femelle estime que le nouveau mâle risque de tuer la portée à venir. Elle a donc intérêt à avorter plutôt que d'investir son temps et son énergie en pure perte ;
  • L'avortement profiterait uniquement au nouveau mâle, qui pourrait alors s'accoupler avec une femelle redevenue disponible après 1 à 4 jours. Richard Dawkins[7] estime même que l'effet Bruce est entièrement une manipulation du mâle qui va à l'encontre de l'intérêt de la femelle, et que le comportement d'auto-avortement de la femelle fait partie du phénotype étendu des gènes du mâle.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Bruce HM.1959. An exteroceptive block to pregnancy in the mouse. Nature 184: 105
  2. Storey AE, Snow DT. 1990. Postimplantation pregnancy disruptions in meadow voles: Relationship to variation in male sexual and aggressive behavior. Physiology and Behaviour 47: 19–25
  3. Stehn RA, Richmond ME. 1975.Male-induced pregnancy termination in the prairie vole, Microtus ochrogaster. Science 187: 1211–1213
  4. Stehn RA, Jannett FJ Jr. 1981. Male-induced abortion in various microtine rodents. Journal of Mammalogy 62: 369–372
  5. Storey AE. 1994. Pre-implantation pregnancy disruptions in female meadow voles Microtus pennsylvanicus (Rodentia:Muridae): Male competition or female mate choice? Ethology 98: 89–100
  6. Roberts EK, Lu A, Bergman TJ, Beehner JC. 2012. A Bruce effect in wild Geladas. Science 335: 1222-1225
  7. Richard Dawkins, The Extended Phenotype, 1982 (ISBN 0-1928-8051-9)

Autres références[modifier | modifier le code]

  • Mahady S, Wolff JO. 2002.A field test of the Bruce effect in the monogamous prairie vole, Microtus ochrogaster. Behavioral Ecology and Sociobiology 52: 31–37.
  • Kenney AM, Evans RL, Dewsbury DA. 1977. Postimplantation pregnancy disruption in Microtus ochrogaster, Microtus pennsylvanicus, and Peromyscus maniculatus. Journal of Reproduction and Fertility 49: 365–367.
  • Schwagmeyer PL. 1979. The Bruce effect: An evaluation of male/female advantages. The American Naturalist 114: 932-938.
  • Wersinger, S.R., Temple, J.L., Caldwell, H.K. et al. (2008). Inactivation of the oxytocin and the vasopressin (Avp) 1b receptor genes, but not the Avp 1a receptor gene, differentially impairs the Bruce effect in laboratory mice (Mus musculus). Endocrinology 149, 116-121.
  • de la Maza HM, Wolff JO, Lindsey A. 1999. Exposure to strange males does not cause pregnancy disruption or infanticide in the gray-tailed vole. Behavioral Ecology and Sociobiology 45: 107–113.
  • in parts from: Wolff, J. O. (2003) Laboratory Studies with Rodents: Facts or Artifacts? BioScience 53:421-7[1]